Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
Seven Kingdoms
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2454
Nouvelles: 27667
Entrevues: 111
  • Symphony X
    Entrevue avec Michael Romeo.


    Sujet principal: Entrevue avec Michael Romeo (Symphony X).
    Date : 16 Juillet 2007
    Interviewer : Marc Bizouard & Patryk Pigeon
    Crédit : metaluniverse.net
    L'entrevue a été réalisée en personne avant le spectacle de Symphony X à Montréal.


    MU: Premièrement, bienvenu à Montréal, de nouveau. Je pensais qu’il s’agissait de votre 3e visite mais je me suis fait dire que c’était en fait votre 4e ici.

    Romeo: Oui, c’est notre 4e.

    MU: Tu es ici pour faire la promotion de votre dernier album intitulé « Lost Paradise ». Peux-tu nous en parler un peu?

    Romeo: Et bien je pense que l’élément majeur de cet album est qu’il a pris tant de temps à faire. En fait, c’est pas entièrement vrai ça, c’est sur que beaucoup de temps s’est écoulé entre cet album et l’album « The Odyssey », mais nous avons vraiment commencé à l’écrire qu’en 2004. C’est à ce moment que tous ensemble on s’est dit « allons-y ». Comme pour tous les albums précédents, nous en parlons avant. Nous nous demandons ce que nous voulons faire de ce CD. Est-ce qu’il sera plus mélodique, ou plus « Heavy », ou peut être même un album concept? C’est pour avoir une certaine direction. Donc en 2004, on s’est finalement dit qu’on le voulait plus « heavy », plus orienté sur les mélodies des guitares pour avoir en bout de ligne des chansons puissantes avec de bonnes mélodies. On a aussi opté pour une ambiance plus sombre et plus agressive. On a commencé à joindre nos idées et puis nous sommes partis sur la tournée avec Queensrÿche et ensuite sur le Gigantour 2005. Donc nous étions en période d’écriture, constamment interrompue par des tournées, et à chaque fois il fallait se remettre dans le bain de la création. Ça devenait très désorganisé et on commençait à vraiment perdre notre focus. Nous avions beaucoup de bonnes idées mais rien n’a été assemblé avant la fin du Gigantour. C’est à ce moment que nous avons mis fin aux tournées jusqu’à ce que l’album soit fini. Une fois cette décision prise, tout c’est mis en place de lui-même. Le thème de l’album traite de « Meltdown », et tu sais, nous essayons de trouver une idée principale et d’ensuite la travailler pour en sortir des idées plus précises pour les paroles sans toutefois tomber dans un album concept, ce que nous ne voulions pas refaire à ce point. Nous voulions avoir une longue chanson, du genre épique, mais personne ne le sentais vraiment, ça n’allait pas. Une grande partie de la musique que nous avions pour cette idée et qui ne servait pas était plus « Heavy » avec une touche de Gothique dedans. Donc quand est venu le temps de créer cette dite chanson épique, c’est devenu un genre de puzzle d’arranger tout ça car nous voulions respecter le thème original et y ajouter des touches plus sombres avec un orchestre et même des cœurs en restant dans un lignée agressive et plus sauvage si on peut dire ainsi. Avec les paroles, les idées ont été dérivées de cette ambiance musicale, mais nous ne voulions pas tomber dans le cliché du genre « Satan est allé vers un arbre et… ». C’est à propos de vengeance et de trahison, alors parlons-en. Donc en gros, c’est le processus du nouvel album et nous en sommes bien satisfaits, alors tout est parfait.

    MU: C’était la première chose que j’ai remarqué en écoutant l’album pour la première fois, c’est un album très « Heavy ». On y retrouve quand même la touche progressive de Symphony X, mais comme tu disais, plus sombre.

    Romeo: Et ça été ça depuis le tout début. L’album « V » était notre album concept. « The odyssey » avait cette immensément longue chanson tandis que cet album est vraiment à propos de se vider les trippes et de cogner tout le monde dans les couilles avec de la guitare bien pesante et rapide. Même pour Russel, le vocal est différent pour bien s’intégrer avec les émotions des chansons. Donc quand ça devient vraiment brutal, il est vraiment dedans et il « vit » ce qu’il chante.

    MU: Tu as presque répondu à la prochaine question, mais est-ce qu’il y a eu des obstacles pour réaliser l’album?

    Romeo: Pas vraiment, le seul problème était que nous avions tellement de matériel accumulé au fil du temps. C’est une accumulation datant de plus d’un an à juste rassembler des idées et tout ça, sans même qu’une seule chanson ne soit complète. Donc c’était un mix de trouver des idées, partir en tournée, revenir et écrire encore une autre centaine de trames et ainsi de suite. Donc en 2005, nous nous sommes retrouvés avec un dossier sur l’ordinateur qui contenait 283 extraits de guitare. Tu peux t’imaginer que le gros du travail était maintenant de tout réécouter et de le trier. Nous voulions garder seulement ce qui était vraiment « cool » et d’en créer une chanson qui a de l’allure. C’était ça le plus dur en fait. Une fois que nous avions décidé d’aller avec un album plus agressif, c’est tout de suite devenu plus facile vu que nous avions un but à atteindre. C’était vraiment de tout réécouter qui a été long et c’est cette longue durée qui a rendu le tout plus difficile.

    MU: … et le temps, c’est de l’argent alors ça non plus n’a pas du aider?

    Romeo: Nous faisons tout dans mon studio donc l’argent n’était pas vraiment un problème, mais ce qui en est devenu un c’est que nous n’avions pas de limite de temps, nous pouvions continuer jusqu’à ce que tout sois parfait et nous ne somme jamais à 100% satisfait. C’est quand même bien d’avoir sa propre place pour la liberté de pouvoir faire les choses à ta manière.

    MU: Comment tu vois le public de Montréal? Plusieurs groupes sont impressionnés de voir la réaction du public ici. Est-ce qu’il y a quelque chose de spécial avec Montréal?

    Romeo: Oui, à vrai dire, juste en sortant de l’autobus tout à l’heure, il y avait déjà beaucoup de fans qui étaient vraiment gentils qui nous attendaient. Ils étaient vraiment réceptifs et sincèrement heureux de nous voir, donc oui, il doit y avoir quelque chose de spécial, c’est génial.

    MU: Demain vous jouez à Québec pour la première fois, t’attends-tu à quelque chose de spécial?

    Romeo: C’est tellement difficile de deviner comment ça va se passer…

    MU: C’est peut-être pas bon d’avoir des attentes trop hautes?

    Romeo: Oui, je suis plutôt tranquille, je suis le mouvement. Donc si c’est bien, c’est bien, et dans le cas contraire, eh bien c’est nul.

    MU: Beaucoup de fans ont attendu longtemps pour vous voir jouer à Québec. Dans les concerts précédents, il y a toujours une bonne partie des fans qui viennent de Québec à Montréal pour vous voir. La ville de Québec est beaucoup plus fan de « Power Metal » que Montréal.

    Romeo: Vraiment?

    MU: Bien c’est plus gros qu’à Montréal.

    Romeo: Et bien maintenant tu viens de faire monter mes attentes d’une coche.

    MU: Comment est-ce que les fans réagissent aux nouvelles pièces lors des concerts?

    Romeo: Très bien à chaque concert jusqu’à maintenant. La première fois que nous avons joués, c’était au BB King de New-York juste pour nous remettre dans le bain un peu. Nous voulions essayer les nouvelles chansons et ça c’est très bien passé. La réaction a été géniale et la même chose lorsque nous sommes allés en Amérique du Sud pendant deux semaines. Je penses que c’est en parti grâce à nous aussi car même lorsque nous jouons des chansons plus anciennes, que nous aimons jouer, ça fait du bien d’avoir du nouveau matériel à partager car avec de nouvelles chansons vient une nouvelle énergie.

    MU: Et est-ce que vous jouez beaucoup de chansons du nouvel album pour cette tournée?

    Romeo: Oui, nous jouons à peu près la moitié de l’album je crois. Nous avions discuté de faire l’album au complet, mais il y a tellement de chansons d’anciens albums que nous voulons jouer parce qu’elles sont bonnes que nous avons décidé d’en jouer que la moitié environ pour ne pas rendre le spectacle trop nouveau. Et en plus, c’est pas un album concept alors pas vraiment besoin de jouer toutes les pièces. Au fil du temps, on va peut-être en ajouter, on verra.

    MU: La chanson « Walls of Babylon » semble beaucoup être appréciée par les fans?

    Romeo: Ah oui?

    MU: À en juger par ce qui peut être lu sur Internet, je dirais que oui. Beaucoup de monde voudrait bien l’entendre jouée.

    Romeo: Vraiment?

    MU: Donc allez-vous la jouer ce soir?

    Romeo: Oui, il y a de bonnes chances. (rires)

    MU: Quelle genre de concert est-ce que les gens peuvent s’attendre de voir ce soir et demain?

    Romeo: C’est définitivement le plus métal et un peu « Old school » pour nous. Tout sur cet album est cool. Par le passé, nous écrivions des chansons dans le but de les jouer live, ou pour voir jusqu’où nous pouvions pousser les passes techniques dans une chanson… Cette fois ci, c’est différent. On c’est dit « on s’en fout » de tout ça, si ça sonne cool, on le l’utilise. Peu importe si c’est facile a jouer ou pas, si c’est cool, c’est l’important. Par exemple, pour cette chanson (Wall of Babylon) c’est un genre de mixe entre du vieux Judas Priest / Black Sabbath. Donc c’est une chanson cool.

    MU: Quelles sont les influences du groupe?

    Romeo: Nous avons chacun un peu nos propres influences.

    MU: Les tiennes alors?

    Romeo: Moi, je suis 100% métal. J’ai commencé à jouer à cause du groupe Kiss.

    MU: Je ne crois pas que tu sois le seul. (rires)

    Romeo: Et bien, c’était LA chose à faire dans le temps. Je me souviens que dans l’album Kiss Alive II je crois, il y avait du « pick sliding », et c’était la première fois que j’en entendais et j’ai tout de suite pensé que c’était la chose la plus cool que j’avais entendue! J’ai par la suite commencé à jouer de la guitare et plus ça allait, plus je me mettais à jouer du Maiden, du Sabbath, du Van Halen et tout ce genre de guitaristes.

    MU: Que penses tu de Kiss ces temps-ci?

    Romeo: Je ne sais pas trop, je les ai perdu de vue depuis un certain temps.

    MU: Tu ne suis plus leur carrière?

    Romeo: Pas vraiment, je crois que l’un d’entre eux a une série télé, mais pas plus que ça.

    MU: Donc ça veut dire qu’on n’aura pas une télé série similaire avec toi comme star?

    Romeo: Jamais de la vie! (rires)

    MU: J’ai lu sur votre site que vous ramassiez du matériel pour un DVD. La nouvelle date de 2003 donc est-ce qu’il y a du nouveau à ce sujet?

    Romeo: Je ne pense pas que ça soit totalement vrai cette info la. Ça doit être seulement pour les bonus d’un DVD. La raison que nous n’avons pas fait de DVD encore est que nous pensons que nous n’avions pas la production nécessaire sur scène pour faire exactement ce qui nous voudrions. Maintenant, nous croyons que nous pourrions, alors on verra.

    MU: Dans les prochains mois, vous avez un horaire assez occupé. Il y a la tournée pour « Paradise Lost » en ce moment, ensuite, vous allez en Europe avec Dream Theater…

    Romeo: C’est assez long en plus, 2 mois je crois.

    MU: Quels sont les plans pour le groupe après? Une pause, une autre tournée ou un nouvel album?

    Romeo: Une autre tournée parce que nous avons été en studio pendant si longtemps. On va faire cette tournée avec Dream Theater et ensuite nous allons aller dans certains endroits que nous ne visitons pas souvent. Nous avons pensé à l’Australie pour ensuite repartir à travers le monde entier. Je suis prêt à en faire jusqu’à ce qu’on se tanne.

    MU: Vous utilisez beaucoup l’ordinateur pour le processus d’enregistrement. Est-ce que tu penses que l’ordinateur est devenu un instrument de musique telle une guitare ou plus comme un outil à utiliser pour finaliser un projet.

    Romeo: C’est une bonne question! C’est parfois des mauvaises nouvelles.

    MU: Surtout sur une scène.

    Romeo: Oui, Dieu merci, nous ne faisons pas ça. Mais des fois, lorsque ce n’est pas un outil, ca peut devenir une béquille sur laquelle on se fie pour réparer le produit ou pour encore créer quelque chose d’artificiel. Dans ces cas la, c’est mauvais. Pour nous, je pense que c’est une bonne chose parce que nous savons où tirer un trait, on sait quand assez c’est assez. Je pense qu’on l’utilise à bon escient. Le seul problème est que pour cet album, la pré-production sonnait comme une production de 3 000 000$ parce que nous n’arrêtions pas d’ajouter plein de truc dessus comme plus de vocal ici, d’autre guitare la et ainsi de suite. Ça a créer quelque chose de gigantesque et lorsque nous l’écoutions, on se demandait si l’album final sonnerait mieux que le démo en bout de ligne. Par contre, ça nous a motivé à sortir un album dont nous avons visé toujours plus loin en terme de ce que nous voulions. Donc c’est un aspect positif.

    MU: Et ca peut devenir un problème aussi que de reproduire tout ça sur scène.

    Romeo: Oui, mais nous en sommes conscient. On sait quand ça commence à être trop. Par exemple, pour la chanson « The Odyssey », quand nous la composions, toute l’orchestration que j’ajoutais, je le fesais parce que je savais qu’on pouvait le reproduire sur scène. Ce n’est pas pareil à 100%, mais tous les morceaux sont présents, même s’ils sont adaptés pour le spectacle. Donc pour moi, je considère que l’ordinateur est un outil quand on est assez sage pour bien l’utiliser.

    MU: Vous avez joué avec plusieurs bons groupes par le passé, comment vous préparez vous pour un spectacle où vous êtes la tête d’affiche comparé à un spectacle où vous êtes invités? Est-ce la même préparation?

    Romeo: Oui ça l'est. La seule différence, c’est le temps alloué. Il y a un peu plus à penser et s’occuper lorsque nous sommes en tête d’affiche. Ce soir par exemple, nous allons jouer pendant à peu près 90 minutes, donc c’est de trouver les bonnes chansons pour ce temps la. Quand nous sommes invités, on joue en général entre 30 et 40 minutes, donc c’est assez évident de savoir quelles chansons nous allons jouer.

    MU: Les prochaines questions sont complètement aléatoires.

    Romeo: Ok.

    MU: Qu’est-ce que vous écoutez dans l’autobus de tournée?

    Romeo: Nous écoutons Family Guy la plus part du temps. Écoutes tu cette émission la?

    MU: Oui bien sur.

    Romeo: Ça joue 24 heures sur 24 dans le bus. « Russ » a un PSP et il c’est acheté la première saison. La journée suivante, j’ai acheté la collection complète. Et maintenant, c’est au tour de Pinella de se réveiller à 6 heures du matin pour l’écouter. Nous sommes accros.

    MU: Qui est ton personnage préféré?

    Romeo: C’est Peter bien sur. C’est juste trop un bouffon.

    MU: Nous l’avons en français ici.

    Romeo: Quoi?

    MU: L’émission est traduite en français.

    Romeo: Vraiment?

    MU: Oui, mais nous avons quand même la possibilité de l’écouter en anglais si on veut. C’est parce que la plupart de la population est francophone. Tu vas trouver ça vraiment bizarre d’écouter l’émission dans une langue que tu ne comprends pas.

    Romeo: Ca demeure un classique quand même. Quel âge as-tu?

    MU: 27 ans.

    Romeo: Oui, donc c’est quand même pas mal de notre génération tout ça. Comme Star Wars.

    MU: C’est sûr.

    Romeo: C’est juste qu’on sait que ces trucs la vont être des classiques éventuellement. Mais pour ce qui de la musique dans le bus… Ça peut être n’importe quoi. Chacun d’entre nous aime ses propres affaires. J’aime bien le métal et les trames sonores. « Russ » aime bien des styles plus classiques comme Led Zeppelin. En majorité du métal classique. J’ai acheté un nouveau CD aussi, mais lequel donc?? … Ah oui, le nouveau CD de Rush. Je n’ai même pas eu le temps de l’écouter comme il faut encore.

    MU: Il est bon.

    Romeo: Je ne l’ai pas écouté au complet en fait. Juste en partie, et jamais les mêmes et en désordre. Tout le monde dit qu’il est très bon, mais faudrait bien que je me mette à l’écouter attentivement.

    MU: Ça prend quelques écoutes pour totalement l’apprivoiser, mais une fois que tu accroches, il est excellent.

    Romeo: Je pense que je vais faire ça se soir.

    MU: Quelle est la chose la plus comique qui te soit arrivée sur scène?

    Romeo: (longue réflexion). Je ne pense pas qu’il me soit arrivé rien de majeur… ah attend, peut être cette chose la…

    MU: Tant que tu peux en parler en public, c’est bien.

    Romeo: Oui oui, ce n’est pas comme si je m’étais chié dessus ou quoique ce soit. « Russ » et moi sommes tout le temps en train de faire des blagues et c’était dans le temps de notre ancien bassiste. Nous étions tous copains, des amis, donc on déconnait pas mal avec « Russ » et il a ces expressions qu’il peut faire que personne ne voit vraiment parce qu’il les fait en se retournant et il y a une de ces fois où il l’a fait et il a fallu que j’arrête de jouer tellement je riais. J’étais tout rouge et j’avais les yeux pleins d’eau et je braillais tellement je riais et pendant ce temps, tout le monde se demandait ce que j’avais qui n’allait pas. Évidemment, « Russ » se retournait ensuite et faisait semblant de rien. C’est pas mal ca qui est arrivé. Rien de mal, ce n’est pas comme si j’avais reçu un truc sur la tête ou si je m’étais évanoui.

    MU: Tant mieux! (rires) Eh bien, c’est toutes les questions que j’avais. Merci d’avoir pris le temps d’y répondre. Est-ce que tu voudrais dire un mot aux fans avant de terminer?

    Romeo: Juste merci d’être restés fidèles pendant ces 4 années et j’espère que vous allez aimer le nouveau CD.

    MU: Encore merci.

    Romeo: De rien, ça m’a fait plaisir.
    Partager cette entrevue
    Informations
    Symphony X
    Entrevue avec Michael Romeo.
    Posté et traduit par
    Marc Bizouard
    le 16 juillet 2007
    Symphony X
    Début: 1994
    Pays: États-Unis
    Style: Progressive Metal
    Site Internet: Visiter
    MySpace: ...
    Le groupe Symphony X vient du New Jersey aux États-Unis et il a été fondé en 1994. Michael Romeo avait déjà eu beaucoup de bonnes critiques de son enregistrement solo The Dark Chapter et...
    Dernière critique
    Symphony X
    Iconoclast (2011)
    7.7/10
    SYMPHONY X – ICONOCLAST 2011 Symphony X est arrivé en 2007 avec un album très surprenant en ‘Paradise Lost' qui laissait un peu tomber la formule majoritairement progressive des CD's...
    Toutes les critiques du groupe
    Nouvelles connexes
    Spectacles connexes
    Nos partenaires
    Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
    >>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
    >>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
    Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau