Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2389
Nouvelles: 26746
Entrevues: 98
  • Bison
    Entrevue avec le chanteur James Farwell


    Jonathan Gamache de MetalUniverse.net a eu l’opportunité de faire une courte entrevue avec James Farwell, chanteur, guitariste et membre fondateur de Bison.



    MU : Vous étiez initialement connu sous le nom de Bison B.C. Pourquoi avoir choisi ce nom?


    James : En fait, nous n’avons jamais décidé de nous appeler Bison B.C. Nous avons commencé sous le nom Bison, mais nous nous sommes fait fortement suggérer par un tiers [la maison de disque de l’époque] d’ajouter « B.C. » pour éviter des poursuites. Et c’est ce que nous avons fait puisque nous étions jeunes et stupides. Maintenant que nous n’avons plus d’obligations envers le tiers, nous avons changé notre nom à nouveau.


    MU : Et pourquoi Bison?


    James : J’ai grandi à Winnipeg, Manitoba. Il y a des bisons partout et c’est une partie de ma vie. Et, vous savez, ce sont des animaux massifs, forts, stoïques et très beaux. Ils ont combattu l’extinction. C’est pour cela que nous avons choisi ce nom.


    MU : Au moment du lancement de votre EP One Thousand Needles en 2014, vous avez changé votre logo. Quelle est la raison derrière ce changement?


    James : En fait, ça marquait le début d’une nouvelle ère pour nous, donc nous voulions avoir un nouveau départ et nous démarquer des albums précédents.


    MU : J’aimerais avoir certains commentaires concernant le départ du batteur original et l’arrivée de Matt Wood en 2011.


    James : Lorsque Brad a décidé de quitter le groupe, ce qui n’avait rien de personnel, nous sommes demeurés de bons amis, il n’était plus intéressé dans le mode de tournées que nous avions à ce moment. Il était plutôt intéressé à rester chez lui et avoir une vie, avoir des amis, avoir une famille, etc. Alors il a simplement quitté le groupe. De son côté, Matt était un très bon ami du groupe et il est un excellent batteur, alors il est simplement embarqué dans le groupe.»


    MU : Cette année marque le 10e anniversaire de Earthbound. Avez-vous prévu de fêter cela d’une façon ou d’une autre?


    James : Oui! Je crois que nous allons effectuer une petite célébration vers la fin de l’année. Nous allons retourner en arrière et jouer nos meilleures chansons de notre répertoire en concert.


    MU : Il y a deux (2) ans, Shane Clark est devenu le nouveau bassiste de Bison. J’aimerais en savoir plus sur son implication dans le groupe et dans le nouvel album.


    James : Shane était le guitariste principal de 3 Inches of Blood pour plusieurs années avant que le groupe ne se sépare. Au même moment, notre bassiste de l’époque, Masa Anzai a décidé de quitter le groupe pour sensiblement les mêmes raisons que Brad. Shane, comme Bison, voulait prendre une pause de la tournée. Les membres du groupe – nous avons tous des familles, nous avons des enfants – étaient toujours intéressés à faire de la musique, mais nous ne voulions pas vivre dans notre van pour six (6) mois ou plus pendant l’année, ni faire une tournée pour 60$ par jour ou être 4e première partie pour des « Monster Energy shit ». Bison et Shane étaient au même point : vraiment intéressés à faire de la musique et jouer puisque c’est notre vie, c’est dans notre sang, nous ne pouvons pas faire autrement. Shane est évidemment un guitariste phénoménal et nous avons toujours voulu jouer ensemble, donc ça s’est fait naturellement. Ce qu’il apporte au groupe, c’est une compréhension de la musique. Il est très intuitif sur ce qui devrait arriver dans les sections rythmiques et je crois qu’une grosse partie de ça vient du fait qu’il était guitariste principal et qu’il connait l’importance de la basse dans une section rythmique. Il botte des culs! C’est un excellent musicien!


    MU : Plus tôt cette année, vous avez lancé un nouvel album intitulé « You Are Not The Ocean, You Are The Patient ». Êtes-vous satisfait de l’accueil qu’a reçu cet album jusqu’à maintenant?


    James : Je le suis! Mon niveau de satisfaction est, vous savez (rires)… J’adore quand les gens sont excités et heureux et qu’ils semblent vraiment aimer l’album. Je ne peux pas dire que ça ne me fait pas plaisir (rires). Évidemment, en tant qu’humain, je veux que les gens même, mais lorsque j’ai écrit l’album nous n’avions parlé à aucune maison de disque. L’album était écrit en 2016. Au départ, je voulais publier l’album, mais je me suis dit « Fuck! Je n’ai pas d’argent! » Nous ne voulions pas non plus être liés à une maison de disque américaine « branchée », car nous n’avons jamais été « branchés » et nous n’étions plus intéressés à faire de la tournée aux États-Unis, alors je ne pense pas qu’une maison de disques américaine se souci de nous de toute façon. Un peu plus tard, j’ai fait écouter l’album à un ami allemand qui a adoré l’album et m’a dit de contacter Robin [Staps] de Plagic. Comme je le connaissais déjà pour avoir fait une tournée avec son groupe The Ocean, je me suis dit que c’était une bonne possibilité. C’est ainsi qu’est sorti l’album. L’album est fait tellement différent que tous nos albums précédents, dans sa direction, dans sa production et dans la façon que nous l’avons que c’est parfait pour moi. Le fait que Plagic l’ait publié et que les gens l’apprécient, c’est fou! C’est un excellent album et je l’aime beaucoup (ndlr : « fucking love it » sont les termes exacts).


    MU : Pour ceux qui ne connaissent pas Bison, comment vous décrieriez-vous?


    James : (Silence)… Je ne sais pas vraiment. C’est agressif et je pense qu’il y a quelque chose là-dedans qui parle à beaucoup de gens différents. Je ne pense pas qu’il faut être un metalhead pour aimer le groupe. Il y a beaucoup d’énergie, il y a toujours de la colère, mais avec une parcelle d’espoir puisqu’il est impossible de vivre sans espoir. Nous serions tous morts s’il n’y avait pas cette parcelle d’espoir donc c’est important d’y faire référence. Je dois beaucoup à cette parcelle d’espoir, car c’est grâce à elle que je suis encore ici et que j’ai deux beaux garçons et une femme qui m’aide beaucoup. C’est important d’avoir un peu d’espoir.


    MU : Finalement, aimeriez-vous adresser quelques mots à vos fans de Québec?


    James : Ah! Mon Dieu! Nous ne sommes pas retournés à Québec depuis longtemps, mais nous allons y retourner l’an prochain. Nous prévoyons effectuer une grosse tournée à travers le Canada et nous allons arrêter à Québec. Nous adorons tout le support que nous avons de Québec. « Merci » (ndlr : en français dans l’entrevue).


    MU : Merci pour cette entrevue!


    James : Merci beaucoup man!



    https://www.facebook.com/bisonbc/


     

    Partager cette entrevue
    Informations
    Bison
    Entrevue avec le chanteur James Farwell
    Jonathan Gamache
    Post et traduit par
    Jonathan Gamache
    le 24 Septembre 2017
    Vido et montage par
    Aucun
    Dernire critique
    Bison
    You Are Not The Ocean You Are The Patient (2017)
    7/10
    Aprs une absence de cinq ans, le groupe sludge metal de Vancouver Bison tait de retour avec son nouvel album "You Are Not The Ocean You Are The Patient" en juillet...
    Toutes les critiques du groupe
    Publicit
    Nos partenaires
    Conditions d'utilisation | Politique de confidentialit | FAQ MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits rservs.
    >>> Si vous tes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicit : marc[@}metaluniverse.net
    >>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
    Conception graphique : Marc Desgagn - Programmation : Andrew Gagn - Samuel Falardeau