Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2456
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112
  • Martyr
    Entrevue avec Daniel Mongrain.
    Sujet principal: Entrevue avec Daniel Mongrain de Martyr à propos du nouvel album et du groupe en général.

    MetalUniverse.net voudrait remercier Daniel Mongrain de Martyr de nous avoir accordé cette entrevue en personne lors du festival Envol et Macadam 2006 qui avait lieu à Limoilou, Québec.

    MU: Peux-tu nous résumer ce qui s’est passé avec la formation Martyr depuis la sortie de Warpzone à ce jour?

    D. Mongrain: Depuis Warpzone, nous avons fait beaucoup de shows au Québec, quelques festivals aux États-Unis, nous avons essayé de pousser le plus possible l’album. Nous avons ensuite changé de guitariste, Martin Carbonneau qui remplace Pier-Luc Lampron, pour ensuite commencer à composer. Nous travaillons donc sur le nouvel album depuis 2001 environ. Nous avons été ralentis par des histoires de familles, de travail, d’école et il faut avouer que nous nous cherchions beaucoup aussi musicalement. Les compositions prenaient parfois des directions que nous n’étions pas certains que Martyr devait prendre alors nous avons été dans l’incertitude pendant presque deux ou trois ans. Heureusement, nous en sommes venus à un accord sur le fait que nous voulions continuer à faire de la musique mais pas à n’importe quel prix. Pas au prix de détruire l’héritage de Martyr et ce que nous avions fait avant. Nous avons ensuite commencé la pré-production de l’album et sommes entrés en studio avec Pierre Rémillard en Décembre dernier. Les vocaux ont été enregistrés avec Breen Lebœuf, qui nous a beaucoup coaché puisqu’il est lui-même chanteur et anglophone. Pour les paroles, nous avons eu la collaboration d’un ami de longue date qui écrit lui-même en anglais alors c’est la première fois que les textes de Martyr seront écrits avec toutes les subtilités et les tournures qu’elles doivent contenir. Ensuite, nous avons magasiné les compagnies de disques. Nous avons eu des offres de compagnies majeures, mais la seule compagnie qui nous est arrivée avec une vraie offre de partenariat band/label est Galy Records. Nous avons donc signé avec Eric Galy pour la réédition des albums précédents ainsi que pour le petit dernier.

    MU: Quand tu dis ‘se chercher musicalement’, veux-tu dire que les pièces ont changées en cours de route? Ceux qui ont entendu Wreck jouée en spectacle n’ont peut-être pas entendu la version finale?

    D. Mongrain: À vrai dire, nous avions enregistré une démo de deux chansons en 2002 pour magasiner les compagnies de disques. Ces chansons étaient des pré-productions et n’auraient jamais du se retrouver sur le marché. Il y a eu beaucoup d’épuration musicale sur ces chansons et Wreck a même changé de titre. Ces deux pièces restent les plus complexes sur l’album, mais n’ayez crainte, Feeding The Abcess reste du Martyr pareil! C’est encore un album semi-concept qui offre un voyage musical à travers différentes ambiances. C’est un album réalisé plus en équipe que les précédents et nous avons un produit beaucoup plus riche.

    MU: Pour les solos de guitare, est-ce principalement toi ou vous avez partagé la tâche?

    D. Mongrain: Je dirais qu’en quantité, j’en ai plus, mais c’est simplement arrivé comme cela. Nous avons essayé beaucoup de choses en studio, mais il arrivait que mes solos soient retenus et d’autres fois, ceux de Martin. Je n’ai pas monopolisé les solos, mais c’est plutôt arrivé comme l’album devait sonner.

    MU: Des chansons sur le nouvel album, combien ont été jouées en spectacle?

    D. Mongrain: À ce jour, cinq chansons ont été jouées en spectacle, mais nous n’en jouerons que trois ce soir (prestation au festival Envol et Macadam 2006). Les 2 autres étaient des chansons très complexes et nous nous sommes rendu compte que nous n’avions pas encore l’équilibre pour que ça sonne bien. Nous allons attendre de voir comment les gens appréhendent l’album avant de sortir définitivement les chansons à jouer en spectacle.

    MU: Vous faites votre lancement d’album au Medley à Montréal le 11 Novembre 2006, comment vois-tu cet évènement?

    D. Mongrain: Je vois cela comme un show de Martyr tout simplement. Bien entendu, nous allons mettre un peu plus le paquet au niveau du son et de l’éclairage, mais ça reste que le show sera nous quatre sur la scène et rien d’autre. Il n’y aura pas de guirlandes, pas de feux d’artifices, pas de danses ni de niaiseries, ce sera un show de musique, un show de Martyr.

    MU: Quel fût l’influence de Pierre Rémillard sur l’album?

    D. Mongrain: L’influence se situe surtout au niveau technique. Il a un son qui lui est propre et une oreille exceptionnelle. C’est un professionnel, donc un plus pour nous.

    MU: Y-a-t’il des musiciens invités sur l’album?

    D. Mongrain: Oui, un musicien invité sur l’album dont je ne révélerai pas le nom tout de suite. Il a participé à une chanson bien spéciale sur l’album, un cover.

    MU: Point de vue présentation, l’album viendra-t-il dans un digipack spécial avec des extras?

    D. Mongrain: Nous y avons pensé, un digipack, quelque chose d’un peu plus prestigieux. Vu le temps que ça prenait et les tracas que ça engendrait, nous nous sommes arrêtés sur une pochette bien standarde.

    MU: Les fans de Martyr ont eu cinq ans pour se construire des attentes face au nouvel album, est-ce que cela vous ressentez de la pression face à ces attentes?

    D. Mongrain: Ce n’est pas les fans qui nous mettent de la pression, c’est nous-mêmes. En bout de ligne, on fait de la musique parce qu’on aime cela et qu’on veut en faire. Le succès que nous avons, si nous en avons, nous savons qu’il est très éphémère, alors nous composons pour nous même. La musique qu’on fait, c’est celle que nous voulons entendre. En sortant un album après cinq ans alors qu’il aurait très bien pu ne pas y en avoir du tout, je crois que nous sommes arrivés à faire un produit dont nous sommes fiers.

    MU: L’idée vous est-elle passée par la tête de lancer la serviette et laisser tomber?

    D. Mongrain: Absolument! J’ai pensé moi-même à ‘tirer la plug’. C’était devenu trop compliqué de se réunir pour pratiquer mais nous avons mis les choses au clair et heureusement, ce n’est pas arrivé. Peu importe les attentes, notre conclusion fût bien simple, on joue de la musique, point. Rare sont les groupes qui vivent réellement de leur musique. Trivium en vivent, Voivod ont réussit quelques temps. En ce qui me concerne, je joue parce que j’aime cela et je le veux bien.

    MU: Tu viens de parler de Trivium, on sait que tu as collaboré avec Matt Heafy dans Capharnaum. Comment s’est déroulée l’expérience?

    D. Mongrain: C’était super cool, Matt est un fan de Martyr depuis très longtemps. Quand nous nous sommes rencontrés la première fois, c’est moi qui est allé souper chez lui et il m’a présenté à ses parents et a pris des photos et tout. Bref, il trippait pas mal à ce moment là. Aujourd’hui, son groupe perce pas mal et je suis très content pour lui. Je lui parle encore aujourd’hui.

    MU: As-tu eu une grosse influence sur l’album?

    D. Mongrain: Plus ou moins, j’ai juste enregistré les guitares et programmé les ‘click tracks’ pour le drum. C’était un album très décontracté à faire et un maudit beau trip.

    MU: Y a-t’il des chances que le projet se reproduise?

    D. Mongrain: Nous en parlons parfois Jason et moi. Il me racontait avoir trouvé un guitariste pour un projet et il voulait que j’aille pratiquer en Floride dans le but de partir en tournée. Pour ma part, c’est impossible de pratiquer sur place et encore moins prévoir des shows. S’il a un projet d’album cependant, je ne dirais pas non mais rien de tel n’est prévu.

    MU: Mis à part le lancement de l’album, y-a-t’il des projets importants qui s’en viennent pour Martyr?

    D. Mongrain: Probablement une tournée au printemps au Canada en headline et une tournée aux États-Unis et en Europe si tout s’aligne.

    MU: Sur une note plus personnelle, on sait que Daniel Mongrain a participé avec Dan Bigras, avec Cryptopsy et aussi Martyr. Comment fais-tu pour tirer la ligne entre tous les genres musicaux que tu pratiques et parvenir à jouer la musique?

    D. Mongrain: Avant toute chose, je suis un musicien. Je suis musicien avant d’être un guitariste Heavy Metal. J’adore travailler avec différents styles et j’ai toujours participé à toutes sortes de projets variés depuis que je suis jeune. Si je joue du Heavy Metal, c’est simplement parce que j’aime cela. J’y retrouve une agressivité que je ne retrouve pas ailleurs et ça me plait. Mais je ne me limiterai jamais à cela. J’ai écrit pour Dan Bigras, j’ai même écrit des arrangements pour ‘Big Bands’… J’ai fait aussi la guitare sur Elvis Gratton 3, ce sont toutes des choses qui m’ont allumé, ce sont toutes des choses qui m’ont fait vibrer. Ce que je reproche souvent aux ‘metalheads’, c’est d’être parfois trop fermés ou bornés à une seule musique.

    MU: C’est vrai qu’il y a toujours beaucoup de puristes…

    D. Mongrain: Oui il y a des puristes et moi, je les emmerde!

    MU: Sur le site officiel de Martyr, on trouve un avant goût de l’album sur lequel on remarque tout de suite une grosse différence dans le vocal qui semble plus clair que jamais. Comment est venue cette approche?

    D. Mongrain: Ce qui est disponible sur le site, c’est la pré-production et non la version finale. Il est vrai que nous avons beaucoup travaillé sur les intonations et l’intentions dans les paroles, mais il y a aussi un facteur sur lequel j’ai moins de contrôle. J’ai eu une opération à la gorge et ma voix en est restée changée. Je me débrouille avec ce que j’ai et, de toute manière, je ne me considère pas comme un chanteur mais bien un musicien…

    MU: Est-il trop tôt pour parler d’un autre album de Martyr?

    D. Mongrain: Oui…

    MU: Un autre album live?

    D. Mongrain: Je ne sais pas. Nous allons faire un DVD par contre. Nous avons accumulé pas mal de ‘footage’ depuis 5 ans et nous allons éventuellement rassembler de quoi sur un DVD.

    MU: Sur les dernières ré-éditions de Warpzone et de Extracting de Core, il y avait des sections multimédias et des pièces bonus. Est-ce que ce sera le cas avec les nouvelles ré-éditions et le nouvel album?

    D. Mongrain: Sur le nouvel album, il n’y en aura pas. Sur les ré-éditions, il y aura des versions démos qui sont bien comiques.

    MU: Comiques?

    D. Mongrain: Pour nous en tout cas! Ce sont des vieilles versions avec des passages vraiment cools que nous avons enlevés par obligations par rapport aux pièces. C’est vraiment drôle de voir l’évolution entre les démos et les versions finales.

    MU: Tu t’es surement fait poser la question avant, mais sur la pièce Inner Peace, il y a un riff qui ressemble beaucoup au riff de Spirit Crusher de Death. Tu sais sans doute ou je veux en venir?

    D. Mongrain: Haha! Le riff en tant que tel a été composé avant la sortie de l’album Sound Of Perseverance et j’ai effectivement rencontré Chuck, en 98, à Milwaukee et je lui ai effectivement donné une copie de l’album. Sauf que s’il l’a écouté, l’histoire ne le dira jamais. Il ne l’a peut-être même pas écouté et est arrivé avec un riff semblable ou alors il l’a écouté et ce riff lui est resté dans la tête… Je ne sais pas…

    MU: Il y a après tout un proverbe anglais qui dit : ‘Great Minds think alike’… S’il y avait une pièce que tu avais à choisir comme ta pièce favorite de Martyr, laquelle serait-elle?

    D. Mongrain: Elle est sur le prochain album, elle s’appelle Dead Horizon. Je l’aime beaucoup car elle constitue un effort de groupe. Elle dure à peu près 9 minutes. C’est une pièce progressive qui comprend 4 parties. C’est un voyage musical qui représente tout ce que Martyr est. Sinon c’est Endless Vortex, je suis vraiment fier de l’avoir composée et suis toujours content de la jouer.

    MU: Quand tu as joué avec Cryptopsy, quelle était ta pièce favorite à jouer en show?

    D. Mongrain: C’était soit We Bleed ou alors Cold Hate, Warm Blood. La dernière contient un excellent solo de Jon.

    MU: Merci beaucoup pour cette entrevue et bonne chance pour le nouvel album.

    D. Mongrain: Merci
    Partager cette entrevue
    Informations
    Martyr
    Entrevue avec Daniel Mongrain.
    Posté par
    Frédéric Laroche
    le 08 septembre 2006
    Traduit par
    Aucun
    Martyr
    Début: 1994
    Pays: Canada
    Style: Death Metal
    Site Internet: Visiter
    MySpace: Visiter
    Martyr - Une personne qui souffre pour un idéal, pour les principes d'une cause. Peine cruelle, souffrance constante physique ou morale Le concept de Martyr a été...
    Dernière critique
    Martyr
    Havoc In Quebec City (2008)
    8/10
    Depuis la création du groupe death metal technique québécois Martyr en 1994, la scène metal extrême locale s'est dotée d'une bonne réputation à travers le monde. Attirant la majorité...
    Toutes les critiques du groupe
    Nouvelles connexes
    Spectacles connexes
    Nos partenaires
    Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
    >>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
    >>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
    Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau