Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2457
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112
Critiques en Vrak
Groupe: Exawatt
Album: Time Frames
Pour cette critique, nous devons embarquer dans l'avion du bonheur du metal progressif avec influences power metal pour se rendre en Italie afin de rencontrer Exawatt, qui était à leur troisième...
Groupe: Chasse-Galerie
Album: Ars Moriendi
L'histoire du Québec est une épopée digne des plus grandes légendes de ce monde. Notre vécu collectif a laissé et laissera un patrimoine qui nous est propre et qui a su faire naître un folklore...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: End Of Green
 Album: Dead End Dreaming (2005)
Note:
9.5/10
Style : Gothic Metal

Compagnie : Silverdust Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. No Coming Home 
02. Dead End Hero 
03. Speed My Drug 
04. Cure My Pain 
05. Weakness 
06. Sad Song 
07. So Many Voices 
08. Sick One 
09. She’s wild 
10. Drink Myself To Sleep 
11. All About Nothing 
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Christophe Giroux
 
C'est moins de deux ans après la sortie de "Last Night on Earth" que les allemands d'End of Green reviennent à la charge avec un nouvel opus dédié, une fois de plus, à la déprime et à la laideur du monde, Dead End Dreaming. Limite entre le Goth Metal et un style qu'ils qualifient eux-mêmes de "Depress subcore", la barre était haute à franchir suite au chef d'oeuvre qu'est "Last Nigh on Earth", End of Green a-t-il été capable de relever le défi ou est-ce bien la fin du rêve ?




Dès les premiers instants du CD on vient vite à la conclusion que nous sommes en présence d'un produit plus "vivant" que son prédécesseur (étrange, me direz-vous venant d'un groupe qui ne cesse de prôner la mort...). "No Coming Home" ouvre très bien cet album et on ne peut qu'admirer la performance vocale de Michélle "Darkness" Hu-Burn, voix
caverneuse, sortie d'outre-tombe, timbre sonore qui irait à merveille à tous les draculas de ce monde.




Les riffs de guitares (3 sur certaines pièces) sont efficaces du début à la fin et nous plonge très vite dans cet univers noir, humide, désolant (à la manière d'une vieille cave mal entretenue quoi...) que s'efforce de peaufiner à chaque album la sombre formation allemande. La qualité des textes vient ajouter une autre couche de désespoir à ce continuel et poignant deuil qu'est "Dead End Dreaming". À croire que toute la haine, la tristesse et la honte de l'univers ont choisis la plûme tourmentée de Michélle Darkness comme rendez-vous pour leur 5 à 7 annuel, de quoi rendre le plus enjoué des clowns l'être le plus misérable de la Terre.




Désolante harmonie que l'on retrouve sur des pièces telles "Dead End Hero", "Speed My Drug", "So Many Voices" et ma pièce coups de coeur sur cette parution: "Weakness".




Seul bémol à cet album: la durée, 52 minutes c'est bien mais compte tenus de la qualité du produit on aimerait en avoir une dizaine de plus pour se mettre sous la dent. Si le passé est garant de l'avenir comme semble le penser le proverbe et à voir l'évolution du groupe au fil du temps, c'est avec impatience que j'attend la sortie de leur sixième ôde à la consternation !



MySpace: http://www.myspace.com/endofgreen


  Note de MU : 9.5/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau