Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
BARF
Anonymus
Stitched Up Heart
Spirit Adrift
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2465
Nouvelles: 27667
Entrevues: 115
Critiques en Vrak
Groupe: Les Discrets
Album: Ariettes Oubliées...
Deuxième enregistrement pour cette formation française qui est difficile à catégoriser. Si vous êtes un amateur de shoegaze, d’Alcest et d’Explosions in the...
Groupe: 29/09
Album: La Violence Thérapeutique
Il y a un an environ, lors d'une ballade dans les vertes prairies de... myspace, je suis tombé sur le groupe 29/09. Je dois admettre que j'ai directement accroché. Un an après (il y a quelques...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Lost Horizon
 Album: Awakening the World (2001)
Note:
8.6/10
Style : Power Metal

Compagnie : Music For Nations

Format : CD

Liste des pistes :

01. The Quickening  
02. Heart Of Storm  
03. Sworn In The Metal Wind  
04. The Song of Air  
05. World Through My Fateless Eyes  
06. Perfect Warrior  
07. Denial Of Fate  
08. Welcome Back  
09. The Kingdom Of My Will  
10. The Redintegration  
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Nexorak
 
C’était sur la recommandation d’un ami que j’ai acheté le premier album de Lost Horizon intitulé « Awakening the World ». Au début, j’hésitais en voyant sur la pochette les musiciens aux habits de guerriers et aux visages peinturés qui allaient me rappeler un autre groupe qui se nomme Manowar. Bon, n’aimant pas trop ce genre de look, je me suis risqué et j’ai eu le souffle littéralement coupé par la puissance des chansons de ce groupe. En particulier le chanteur, l’un des vocal les plus puissants, charismatique, chaleureux avec un range de notes tout à fait impressionnant. Ici, je ne parle pas d’une voix de tête aigue mais d’une voix qui sort directement des tripes d’une personne, c’est-à-dire Daniel Heiman.


Lost Horizons œuvre dans un speed métal mélodique à tendance très heavy metal traditionnel, rien à voir avec Rhapsody, Gamma Ray ou Helloween. Je dois dire qu’ils y réussissent très bien. De plus, je dois souligner le travail du drummeur, qui est absolument génial. Que dire : il est complètement en furie derrière son instrument qu’il maîtrise tout simplement à merveille. J’ai rarement entendu ce genre de jeu de drums dans ce type de musique. Par ailleurs, il a aussi le travail du bassiste qui me rappelle étrangement Steve Harris d’Iron Maiden, ce qui donne encore plus de poids au groupe. Les chansons sont entraînantes du début à la fin comme des chevaliers au galop et ne semblent pas vouloir s’arrêter. La musique est complète, sans transitions inutiles. Quant au jeu des guitares, je dirais que c’est la norme. Ni plus, ni moins. Ils supportent bien la musique avec leurs riffs acérés.


Coté production sonore, il y a un tout petit bémol, car c’est très compressé comme son. Les guitares sonnent très « high-mid », idéal pour un baladeur mais pas pour un bon système de son. Il y a des ajustements à faire. Ceci dit, on oublie très vite avec l’énergie qui se dégage de l’album. Et surtout, le vocal de Daniel Heiman qui est l’un des meilleurs que j’ai entendu dans ce début du millénaire.


Mes chansons préférées : « Sworn in the Metal Wind », une ode aux métalleux qui se sentent un peu épuisés, la punchée « Heart of Storm », le refrain agrippant de « World through my Fateless Eyes », l’entraînante « Denial of Fate », la ligne de basse de « Welcome Back » et pour terminer « The Kingdom of My Will ». Cet album serait quasi sans failles si ce n’avait pas été du gaspille sonore de la dernière chanson de l’album et qui se nomme « Redintegration ». C’est juste un bruit et cela ne rime pas à grand-chose. L’album « Awakening the World » de Lost Horizon est vraiment incroyable pour une première œuvre de ce groupe. Il commence bien leur carrière. Si vous êtes un maniaque de Power Metal ou un inconditionel de heavy metal traditionel alors, cet album est une obligation pour votre collection.


  Note de MU : 9.1/10 Note des Membres : --/10  

 Auteur : Kéven Binette
 
Après les deux albums d'Iron Fire, je vais critiquer ceux du jeune, mais néanmoins très bon groupe, Lost Horizon. Je vais commencer tout d'abord par leur premier, "Awakening The World". Comme tout les groupes débutants qui sortent leurs premier album, "Awakening the World" contient quelques défauts, mais il ne faut pas leur en vouloir. Commençons donc!




La pochette bien-sûr. Contrairement à plusieurs groupes qui ont des pochettes épiques représentant des dragons, des guerriers ou des monstres, Lost Horizon nous présentent une dure réalité de la vie. On voit des têtes de vautours, des porcs et des hyènes à corps d'humain. Ces animaux ne sont pas habillés de n'importe quelle manière, ils sont en toxedos. Certains fouettent de pauvres esclaves humains et d'autres les manipulent comme des marionnettes. La réalité dans tout ça? Les pauvres esclaves nous représentent en tant que consommateurs qui se font exploiter, sans nous en rendre compte, par les gouvernements et les entreprises de toutes sortent qui se servent de nous sans le moindre scrupule. Ils paraissent bien dans leurs beaux uniformes, mais n'ont en fait aucune pitié. On aperçoit aussi quatre extra-terrestres qui s'amènent en volant sur un nuage. Ces derniers sont en fait les membres du groupe, répondant au nom de Cosmic Antagonist, Ethereal Magnanimus, Preternatural Transmogrifyer et Transcendental Protagonist. Ils s'amènent sans aucun doute pour nous réveiller afin qu'on prenne conscience de la société dans laquelle nous vivons. Ce n'est pas pour rien que l'album s'appelle "Awakening The World".




L'intro de l'album, "The Quickening" est assez étrange. Au début, on entend le souffle du vent et quelques éclairs. Par la suite, une mélodie à l'air plutôt angoissant se fais entendre ainsi que des sons d'étoiles filantes qui vont à toute allure. Ensuite, une voix puissante se fait entendre de loin et qui crie: "THE QUICKENING'S POWER IS MINE!!!"




La première pièce de l'album enchaîne tout de suite après la phrase criée par le chanteur pendant l'intro. On est choyé par "Heart Of Storm" qui nous fais visiter le coeur d'un inconnu, humain ou dieu, qui nous raconte comment il a retrouvé ses pouvoirs. Cela n'a pas beaucoup de lien avec la pochette, ou peut-être explore-t-on le coeur d'un des extra-terrestres qui descend sur son nuage, probablement le chauve, Ethereal Magnanimus, le chanteur du groupe. Le rythme est très entrainement et la voix du chanteur est totalement incroyable. Vers la fin de la pièce il pousse sa voix très haute. Le refrain fait très "barbare" avec ses "Heart-Of-Storm" lancés par des voix graves. Probablement une des meilleures chanson de l'album.




"Sworn In The Metal Wind" ressemble plus à une discussion sur l'avance rapide qu'à une chanson, mais c'est ce qui lui donne tout son charme. Tout au long de la pièce, on assiste à la conversation du coeur qui parle à l'esprit du même propriétaire. L'humain en question est peut-être découragé pour une raison quelconque et son coeur essaie de le motiver. Au début de la pièce, on a encore affaire à la magnifique voix du chanteur. Tout est rapide dans cette pièce. Le rythme, le refrain et l'instrumental. Les fans de "Speed" adoreront.




"The Song Of Air" est une très douce mélodie jouée uniquement par un piano et un clavier. Il n'y a aucune voix dans la pièce. Elle est très courte et la mélodie ne dure que 59 secondes. "The Song Of Air" porte très bien son nom. Si l'air (l'élément) aurait une chanson pour la représenter, je choisirait immédiatemment celle-ci! De plus, elle enchaîne parfaitement la prochaine chanson...




Dès le début de la piste, un cri d'aigle se fais entendre, un aigle qui vient surement de la pièce précédente. Dans cette pièce, on voit le monde par les yeux d'un inconnu. Un inconnu qui a le pouvoir de scruter l'âme de tout le monde, d'où le nom de la pièce, "World Trough My Fateless Eyes". Encore une fois, le rythme et la voix du chanteur sont impeccables. Bien que le refrain ne comporte qu'une phrase, elle dit ce qu'elle a à dire et elle est chantée avec une voix puissante.




La chanson "Perfect Warrior" met probablement en scène Ethereal Magnanimus, qui avertit une quelconque puissance de ne pas le toucher sous peine de terribles représailles. "Perfect Warrior" possède un rythme moins rapide que les pièces précédentes, mais cela ne lui enlève rien. Le chanteur ne pousse pas de hautes notes. Le refrain est l'avertissement que donne Ethereal à son ennemi, les "Remember" qu'il pousse avant le refrain sont dits avec beaucoup de conviction.




"Denial Of Fate" est une pièce qui nous est destinée. Elle nous encourage à nous débarasser des oppresseurs et d'agir par nous-même afin de ré-instaurer la liberté. Cette piste rejoint les rangs de la plupart des chansons précédentes pour ce qui est de la voix du chanteur. L'instrumental, le rythme et le refrain sont eux entraînants comme toujours!




"Welcome Back" ressemble beaucoup à la deuxième pièce de l'album historiquement parlant. Encore une fois, on peut s'imaginer que le coeur d'une personne parle à l'esprit, mais c'est par contre le seul point en commun. La chanson est très répétitive et le chanteur n'offre pas une aussi bonne performance comparativement aux autres chansons. D'après moi, "Welcome Back" est la chanson la plus ordinaire de cet album.




Quand les groupes composent de longues chansons, il faut qu'ils s'arrangent pour bien la faire puisque si la pièce ne sait pas nous tenir en halène pendant toute sa durée , on risque de passer à autre chose bien vite. "The Kingdom Of My Will" reflète en quelque sorte la pochette de l'album, elle nous insiste à nous rebeller contre l'autorité qui nous dirige scrupuleusement, mais elle ne nous révèle pas si les quatres extra-terrestres ont réussi à nous faire entendre raison. Pour une longue pièce (9min15), "The Kingdom Of My Will" est très bonne et, pendant quelques parties, l'instrumental change pour un son que l'on n'avait jamais entendu auparavant, un son néanmoins très bon. Le rythme et le refrain sont parfaits pour motiver les rebels de l'album. "The Kingdom Of My Will" enchaîne tout de suite sur la fin de l'album.




Après leur ultime message chanté dans la pièce précédente, les quatre extra-terrestres repartent aussi vite qu'ils sont arrivés. "The Redintegration" nous fait entendre des sons étranges à thématique "cosmique", surement le départ des extra-terrestres. Il n'y a aucune voix, ni de musique, seulement ces bruits bizarres. Est-ce qu'ils ont réussis à nous libérer de notre esclavage? Il faut regarder le dessous de l'album pour le savoir, en regardant les horribles porcs, hyènes et vautours en toxedo enchainés par Cosmic Antagonist, Ethereal Magnanimus, Preternatural Transmogrifyer et Transcendental Protagonist...




Lost Horizon m'ont impressioné avec leur album "Awakening the World", mais avec un air quelque peu anarchique. Ils s'en sont très bien sortis pour leur premier album, même si nous aurions aimé qu'il dure plus longtemps que 43 minutes. Ils n'innovent pas, mais l'album est très potable. Bien-sûr, il possède quelques défauts sans toutefois être excellent ou ennuyant. Lost Horizon est un groupe qu'il va falloir avoir à l'oeil pour les années à suivre... De plus, Daniel Heiman (Ethereal Magnanimus) possède une voix sublime, il vous faut à tout prix l'entendre.


  Note de MU : 8/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau