Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2475
Nouvelles: 27667
Entrevues: 117
Critiques en Vrak
Groupe: Censure
Album: Censure
Censure est un groupe de death metal québécois de la région de Québec. Après avoir sortie un démo en 1999, les voici leur EP éponyme. Le groupe est composé de Sébastien Legacé au vocal, Fred Goulet à...
Groupe: Iron Savior
Album: Battering Ram
Iron Savior est un groupe vraiment typique, heavy metal ‘’The way it’s meant to be’’ et ils l’ont extrêmement bien. Étant autrefois considéré le band de Kai Hansen, on a eu la preuve du contraire,...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Twisted Into Form
 Album: Then Comes Affliction To Awaken The Dreamer (2006)
Note:
7.0/10
Style : Progressive Metal

Compagnie : Sensory

Format : CD

Liste des pistes :

01. Enter Nothingness 
02. Instinct Solitaire 
03. Torrents 
04. The Thin Layers Of Lust And Love 
05. Tear 
06. Manumit 
07. The Flutter Kings 
08. Erased 
09. House Of Nadir 
10. Coda 
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Marc Desgagné
 
Marc Desgagné
Composé de Leif Knashaug (vocal)(ex-Spiral Architect), Kaj Gornitzka (Guitare)(ex-Spiral Architect), Erik Aadland (Basse) et de David Husvik (Batterie)(Extol), le groupe de la Norvège Twisted Into Form a mis en vente son premier album, "Then Comes Affliction To Awaken The Dreamer", via Fusion 3 au Canada en 2006. Le progressif n'est déjà pas facile d'approche pour plusieurs personnes, alors je n'ose pas imaginer la réception de certains fans devant ce style pratiquement schizophrène par moment.




Au début, j'avoue que je ne savais pas trop si le style allait passer ou pas. Ils intègrent même des éléments jazz fusion à des pièces comme "The Thin Layers Of Lust And Love". Toutefois, l'approche générale est intéressante. Nous étions habitués à des morceaux progressifs incroyablement longs, mais Twisted Into Form a décidé de condenser le tout dans des pièces de 5 minutes et moins, une seule est de 7 minutes. Sans devenir une cacophonie, "Enter Nothingness", "Instinct Solitaire" et "Manumit" sont d'un mélange progressif et autres influences parfois très étranges. Pour jouer aux jeux des comparaisons, "Manumit" a quelques passages me faisant penser à uneXpect. Seulement en mentionnant ceci, vous avez donc une bonne idée à quel point la présentation sort parfois de l'ordinaire.




De plus, les instruments sont exploités grandement, dont la basse qui est vraiment visible sur "The Flutter Kings". Cependant, j'ai de la difficulté à digérer le vocal clair de Leif Knashaug, même avec beaucoup de désir de m'y habituer, il possède un petit quelque chose qui me fait grimacer à plusieurs endroits. Personnellement, j'ai l'impression que la juxtaposition du vocal et de l'instrumental manque encore de fluidité.




En général, Twisted Into Form a fait un bon album, mais c'est évident qu'il n'est pas accessible pour tous, encore plus en raison des passages schizophrènes présents régulièrement sur ce disque. Malheureusement, le vocal a tué beaucoup mon appréciation de l'album, il a du talent, mais pour qu'il soit en mesure de fondre littéralement dans leur musique, nous aurons peut-être besoin d'un deuxième album. Je vous recommande une écoute si vous aimez le progressif et un groupe qui tente d'y apporter quelques touches différentes.

mySpace: http://www.myspace.com/officialtwistedintoform


  Note de MU : 7/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau