Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2462
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112
Critiques en Vrak
Groupe: 29/09
Album: La Violence Thérapeutique
Il y a un an environ, lors d'une ballade dans les vertes prairies de... myspace, je suis tombé sur le groupe 29/09. Je dois admettre que j'ai directement accroché. Un an après (il y a quelques...
Groupe: Sonata Arctica
Album: Stones Grow Her Name
Oh mon dieu! Puisque Sonata Arctica m'a fait connaître le metal mélodique au début des années 2000, mon opinion a varié assez souvent. Il est assez clair que les fans de speed metal devront...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Iron Fire
 Album: On the Edge (2001)
Note:
7.0/10
Style : Power Metal

Compagnie : Napalm Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. Eternal Damnation  
02. The End of it All  
03. Prince of Agony  
04. On the Edge 
05. Into the Abyss 
06. Thunderspirit  
07. Wanted Man  
08. Lost n' Alone  
09. Forever Evil  
10. Here and Alive  
11. Miracle 
12. The Price of Blood  
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Kéven Binette
 
Me revoilà pour une deuxième critique ! Je critiquerai le deuxième et dernier album de Iron Fire. "On The Edge", groupe qui, je tiens à le préciser encore une fois, n'existe plus. Vous vous demandez sûrement si cet album contient une histoire retraçant une quelconque armée de preux chevaliers s'en allant vaincre leurs ennemis jurés, tout comme l'album précédent, "Thunderstorm"? Pas tout à fait. La manière dont je me l'imagine est la lecture d'une sorte de journal racontant les états d'âmes et les aventures d'un mort qui prédit la fin du monde. Il faut aussi préciser que cet album est plus "heavy" que le précédent. Ça demeure du power, mais on sent la voix du chanteur et l'instrumental plus menaçants. Ceci étant dit, allons-y pour la petite critique-pochette!




La pochette de "On The Edge" est beaucoup moins épique que la précédente où l'on nous présentait un barbare. La pochette est ordinaire, comme vous le voyez on y voit un immense pic rocheux s'élevant vers le ciel. Un ciel séparé en deux: le jour et la nuit, le soleil et la lune avec deux corbeaux chacuns de leur coté. Je crois avoir saisi deux sens à cette pochette. Premièrement, le jour et la nuit qui sont séparés signifient sûrement les deux cotés de la médaille de l'album. La journée signifie le coté calme de l'album et, la nuit, la coté plus agressif. Il y a aussi les deux corbeaux qui donnent le présage d'un album plus "heavy" que son prédécesseur. Le pic rocheux est sûrement ce qui sépare le jour de la nuit. C'est peut-être aussi les deux cotés de l'âme humaine aussi! Mais bon, je m'égare, passons à l'intro.




J'avais été un peu déçu de ne pas avoir eu droit à une intro dans l'album précédent, mais celle de "On The Edge" nous met très bien dans l'ambiance qu'aura la prochaine chanson. En entendant les sons de cloche en arrière-plan, on peut aisément s'imaginer que pendant la minute de l'intro, on voit un plan éloigné du pic rocheux, et que lentement on s'élève dans les airs jusqu'à ce qu'on atteigne le sommet et qu'on rencontre la personne, appellez le comme vous voulez, qui saute dans le vide...




Pendant qu'il tombe dans le vide, la personne nous parle beaucoup de l'intérieur humain et que l'on ne peut plus reculer en arrière, les dés sont jetés, la fin des hommes est proche. Il nous raconte aussi comment cela va finir, le titre de la chanson ne s'apelle pas " The End Of It All " pour rien. On dénote aussi facilement que l'instrumental est beaucoup plus dur quand dans l'album précédent, même la voix du chanteur, Martin Steene, a un peu changer. Tout comme " The Final Crusade ", qui était aussi la première pièce de l'album " Thunderstorm ", " The End Of It All " commence l'album en beauté, c'est l'une des meilleurs chansons du disque. Le refrain est très prenant et l'instrumental, bien que changé, est bon.




Le Mort nous fais une description quand même assez effrayante de la personne qui va créer la fin du monde. Le " Prince Of Agony ", du meme que le titre de la chanson, renaitra de ses cendres et viendra provoquer horreur et violence dans l'esprits des hommes. Le Mort regarde cette scène du futur, impuissant. Au début de la pièce on entend le Prince of Agony dire quelque chose de sa voix monstrueuse et démoniaque. Tout ce que j'ai entendu est la fin de sa phrase : ... break your souls a part... À vous d'essayer de déchiffrer le début. La chanson était très bien avant que le refrain ne vienne tout gacher. En tout, le chanteur prononc seize fois : " Prince of Agony ". Sa devient assez lassant, et on dirait qu'à chaque fois qu'il lance cette phrase, le chanteur a retenu son souffle pendant 30 secondes avant de la dire, ce n'est pas très agréable à entendre. Et Le solo en milieu de chanson est assez ordinaire.




" On The Edge " nous ramène au début de l'album, pendant que le héro de l'album s'apprête à sauter du pic rocheux. On comprend mieux pourquoi le malheureux s'est laisser tomber dans le vide. Le désespoir, l'impuissance face aux évènements futurs et la solitude ont eu raison de lui. Dès le début de la pièce, on entend très bien un bon instrumental dur digne des meilleurs groupes de Heavy. Le refrain est un des meilleurs de l'album, toutefois, elle a petit défaut. Pendant les 45 dernières secondes, Martin Steene n'arrête pas de dire : I'm on the Edge, tout comme la pièce précédente, sa devient fatigant à la longue, mais il ne faut peut-être pas considérer cela comme une simple phrase répétitive. C'est peut-être la voix de la Personne qui se répercute au-dela de son pic rocheux...




La chute de notre héro n'est pas terminer ! Dans " Into the Abyss ", le Mort tombe dans les profondeurs nauséabondes des abysses.. Cette pièce n'est vraiment pas fameuse. Le chanteur l'a chante comme s'il aurait déjà hâte de la finir, j'avais de la difficulté à suivre le fil même avec les paroles à coté de moi ! Aucun rythme dans le refrain qui est trop "speed" et ennuyeux. Le seul bon coté est le petit solo de guitare de Martin Slott, il produit vraiment de bons bruits avec sa guitars. Comme toujours le solo de Kristian Hegelund Martinsen n'est pas très fameux...




Mais qu'est-ce que " Thunderspirit " fais sur cette album ? Sérieusement, elle n'a aucun rapport avec le reste de l'album. On retrouve l'ambiance épic du disque précédent. On y retrouve même des bruits "background" de " Thunderstorm ". Notamment, les bruits de canons si grandement apprécié de la chanson " Warriors of Steel " et en même temps des cris de guerres. L'ambiance y est très présente. En ce moment même, cela fait la troisième fois que j'écoute la pièce. La première fois que je l'est écouter, je l'est trouvé ordinaire, trouvant que le refrain n'allait pas du tout avec le reste de la chansons, mais plus je l'écoute, plus je trouve qu'elle s'y accorde bien. Vous en ferez de même si vous avez le même problème. En entendant cette pièce, on se demande pourquoi Iron Fire ont quelque peu changer de produit.




" Wanted Man " retrace la vie d'un homme en cavale nommé Young Blood, sans aucun doute notre Mort. Cette chanson prend des tournures assez bizarres. À quelques reprises, j'ai trouver que sa ressemblait un peu à du Axel Rudi Pell, et la fois d'après, un rythme à l'allure western se faisait entendre. Curieux mélange.. Young Blood a mené une vie classique d'homme en cavale, rien de très original coté histoire.. J'ai trouver que le refrain faisait trop année '80 à la Bon Jovi. Rien a envier aux autres chansons.




Le facteur déterminant de la dépression a Young Blood durant sa vie de mortel est sans aucun doute la solitude. Dans " Lost N'Alone " on s'apercoit que notre héro à vécu une vie sans amis, sans femmes, sans gentillesse, sans amour. C'est la ballade de l'album. Cette pièce n'est pas aussi bonne que le "slow" " Angel of Light " de l'album précédent, mais elle ne donne pas sa place non plus. Le piano, comme dans toute bonne ballade, se fait entendre très souvent et la voix de Martin Steene s'agence très bien avec.




Cette chanson est la plus mauvaise de l'album et heureusement, la plus courte. " Forever Evil " se penche sur le quotidien démoniaque du Prince of Agony. Ce qu'il fait à ses victimes et comment il incitent ses victimes à se joindre à leurs promettant de fausses promesses. À part de sa, " Forever Evil " est la même, même chose que la pièce " Prince of Agony, sauf qu'au lieu de répéter " Prince of Agony " seize fois, c'est " Forever Evil " que l'on entend un nombre incalculable de fois. Décidemment, c'est pas très original en enfer.




Notre héro, Young Blood, est revenu à la vie par on ne sait quel mystère. La chanson et le refrain de " Here et Alive ", bien qu'un peu répétitif, est très entrainant et l'on sent que Young Blood est bien décider de faire quelque chose contre la fin du monde ! Il y aussi un son "background" qui se faufile dans la chanson. Les cris de guerres retrouvés dans " Thunderspirit " aparaissent au début et à la fin de la pièce, un autre signe de l'assurance de notre héro. Pour une fois le solo de guitare de Kristian Hegelund Martinsen est bon. Rien à redire de cette bonne pièce !




Young Blood a tout essayer pour prévenir la fin de monde, mais rien n'y fait. Tout ce qu'il peut faire, c'est de prier pour un miracle ; seul espoir qui reste. Je ne classerais pas " Miracle " dans la catégorie ballade et non plus dans la catégorie des chansons moyennes, c'est à la fois les deux. Dans certains paragraphes de la chanson, je trouve que la voix et le style du chanteur, sans l'instrumenal en arrière-scène, ressemble à du Our Lady Peace ! Le refrain fait très ballade, mais le reste ne l'est pas. Il y aussi les quelques " Bam, Bam, Bam.. " que lance le chanteur pendant la chanson qui me fais penser encore une fois à Bon Jovi. Malgré ces curieux mélange, " Miracle " reste un incotournable de l'album.




" The Price of Blood " clôt très bien l'album. C'est l'une des meilleurs pièces de l'album, ma préférée en fait, musiquement parlant bien sur, puisque ça ne va pas très bien du coté de Young Blood. Le monde entier se cache dans leurs maisons de peur d'affronter les quelques viles créatures qui annoncent la fin du monde. Le miracle que tout le monde attendait n'est pas venu, mais ils attendent toujours.. L'instrumental est plus "heavy" que d'ordinaire, mais le tout donne plus crédiblité à la chanson. Le refrain est très bon, on se croirait dans une légende d'horreur.




Est-ce que les humains l'auront leur miracle ? Malheureusement, on ne le saura jamais puisque cette album est le dernier d'Iron Fire, donc pas de suite. C'est dommage que ce grouoe ait laissé tomber leur ambiance épic pour s'orienter plus vers le "heavy", mais bon, chacun ses goûts. Je ne connais pas les causes exactes de la fin d'Iron Fire, mais je crois que le petit changement de style qu'ils ont opéré d'un album à l'autre ne leur a pas fait de bien. Un disque à ne pas acheter, à part s'il ne reste plus rien de bon dans l'étalage "Metal" de votre disquaire ou que vous vouliez ajouter un cd de plus à votre collection...


  Note de MU : 7/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau