Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2456
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112
Critiques en Vrak
Groupe: Motörhead
Album: The World is Ours Vol. 2: Anyplace Crazy as Anywhere Else
Autre produit en mode concert de la part de Motörhead et comme de raison, avec le groupe, plus ça change, plus c’est pareil ! Le groupe n’a jamais été reconnu pour son évolution...
Groupe: Necronoclast
Album: Monument
L'année 2008 à été le cadre de plusieurs sorties pour les protégés de Moribund Records, une maison qui se spécialise dans la promotion de groupes (ou plutôt de one-man band) ayant plusieurs points...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Blind Guardian
 Album: A Night at the Opera (2002)
Note:
7.7/10
Style : Power Metal

Compagnie : Century Media

Format : CD

Liste des pistes :

01. Precious Jerusalem 
02. Battlefield 
03. Under The Ice 
04. Sadly Sings Destiny 
05. The Maiden And The Minstrel Knight 
06. Wait For An Answer 
07. The Soulforged 
08. Age Of False Innocence  
09. Punishment Divine  
10. And Then There Was Silence  
11. Mies Del Dolor (Bonus) 
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Nexorak
 
Combien de temps j’ai attendu pour le plus gros navet du groupe ? 5 ans!!! Bon. Je l’avoue, j’ai commencé à décrocher de Blind Guardian avec les deux derniers albums. Je croyais qu’il allait revenir en force mais non. Encore, les putains de « wouah-wouah » à la guitare d’André Olbrich, sa marque de commerce qui me chatouille les oreilles quand je l’entend. Décidément, il n’évolue pas ce gars-là. J’ai l’impression de toujours écouter les mêmes solos d’un album à l’autre.


Pourtant, quand j’ai mis cet album dans mon système de son, la qualité sonore m’a frappé en pleine gueule. Enfin, un album de Blind Guardian qui sonne comme une tonne de briques. La première chanson « Precious Jérusalem » m’a cloué sur place mais ma joie s’est estompée rapidement après « Battlefield ». Le reste, ça m’a donné vraiment le même sentiment que les gars à l’endos de la pochette du livret intérieur. Ils ont dormi, moi aussi! Désolé pour les puristes de Blind Guardian. Quand j’avais entendu, la chanson « And then there was silence », je m’étais dit : « Super, cela auguère bien. » mais finalement, non.


Une chose que l’on peut accorder au groupe, c’est au niveau de la composition. Ils ont voulu explorer encore une fois de nouvelles avenues en incluant des pistes sonores de plusieurs instruments divers. Résultat : une grosse pizza sonore dégoulinante. Le groupe a souligné le fait qu’il avait utilisé voir jusqu’à 50 pistes à la fois. Pour ma part, j’aurais pu m’en passer. Car un des gros problèmes avec ce genre de procédé, c’est que le groupe ne peut refaire cela en live. À moins d’avoir un séquenceur. Et Blind Guardian, depuis leurs tout débuts, utilisent quasi quatre pistes de guitares à la fois, ce qui rend leurs prestations « live » beaucoup plus vides. Parfois, la simplicité demeure plus efficace que d’essayer la voie compliquée.


Mes chansons préférées, et ben, je les ai nommés plus haut. Maintenant, à savoir si vous devez posséder absolument cet album ? Je n’en sais rien. Sauf qu’il est fort probable, à moins d’un miracle, que c’est le dernier album de Blind Guardian que je critique. Il y a eu une époque (91-93) où j’aurais virer le monde à l’envers pour avoir parlé en mal de ce groupe mais ce n’est plus le cas. Dommage.


  Note de MU : 7.4/10 Note des Membres : --/10  

 Auteur : Mathieu Grenon
 
Blind Guardian figure parmi les groupes les plus connus dans l’univers du Power Metal. Avec une longue liste d’albums et de succès à leur actif, ce groupe d’Allemagne d’abord connu sous le nom de Lucifer’s Heritage n’a toujours pas fini d’innover et de redéfinir leur propre style pour surprendre leurs fans. En faite il y a quelques mois, je critiquais leur premier album officiel sous le nom de Blind Guardian, Battalions Of Fear, qui avait un son beaucoup plus Speed Metal que Power. J’avais également entendu beaucoup de chansons des autres albums, mais c’est il y a quelques jours en me procurant l’album A Night At The Opera, un album de Blind Guardian dont je n’avais absolument jamais entendu parler et qui m’intriguait, que j’ai vraiment constaté un énorme changement dans la sonorité du groupe, bien que ce changement était présent sur les albums précédents celui-ci (comme Nightfall In Middle Earth par exemple). Une sonorité bien plus mélodique est présente sur ce disque, et l’aspect de Speed Metal semble avoir été mit un peu de côté, du moins comparativement aux autres albums. Il suffit de comparer un titre comme Banish From The Sanctuary à la chanson Battlefield. Est-ce que le tout donne un bon résultat ? Ma critique répondra à vos interrogations (enfin je l’espère !), tout en vous donnant mon opinion !





Premièrement, j’appréciais surtout Blind Guardian pour ces chansons rapides au refrain accrocheur, l’excellente présence de la guitare, la puissance du drum et la voix de Hansi, qui collait parfaitement avec la musique que ce soit dans une ballade comme Harvest Of Sorrow ou une chanson plus rapide comme Into The Storm. Hansi interprète toujours n’importe lequel chanson d’une façon parfaite et unique, soit sur un ton agressif ou plus doux. Sur A Night At The Opera, la plupart de ces aspects sont toujours présents sauf pour la guitare. Comme je le disais plus haut, l’aspect de Speed Metal semble avoir été mit un peu de côté (pour ne pas dire totalement) pour quelque chose de plus mélodique/symphonique. J’ai donc trouvé que la guitare se démarquait moins qu’à l’habitude mais elle fait toujours très bien le travail. Côté vocal, on a droit à des refrains chantés en chœurs, ce qui donne un excellent résultat qui ma totalement accroché, il en sera probablement de même pour vous si vous aimez le style. Je trouve également que les chœurs ajoutent un petit côté opéra à l’album ( non pas qu’ils ont une voix opéra à la Tarja comme sur les premiers albums de Nightwish mais plutôt qu’il donne de ajoute de la puissance aux passages chantés). La voix de Hansi est toujours aussi solide qu’avant . Côté Drum, tout est toujours aussi bon qu’avant et nous avons droit à de bon rythme du début jusqu’à la fin. Bien sures, des musiciens invités (Rolf Köhler, Thomas Hackmann, Olaf Senkbeil et Billy King) figurent sur l’album. Donc ajouté à tout ce qui est cité plus haut des effets sonores, du keyboard, de la basse, et des effets d’orchestres qui sont excellents. Côté paroles, il suffit de regarder la chanson And Then There Was Silence ( qui dure en passant un gros 14 minutes 5 secondes !) pour voir le talent de Blind Guardian à l’écriture ! Les paroles de ce titre, à elle seule, prennent 3 pages du livret ! Parlant de ce dernier, la couverture est très belle et colorée. L’intérieur est plutôt décorés par des dessins d’objets qui ont plus ou moins rapport avec l’opéra et finalement à l’arrière, on peut voir une photo des membres du groupe qui dorment sur des bancs. Parlons maintenant des 11 chansons dont est composés l’album.





Precious Jerusalem : La chanson commence sur un bon rythme de drum accompagné d’espèces de bruits étranges et de murmures jusqu’à l’arrivée de la voix de Hansi. En écoutant la chanson la première fois je me suis dit ¨Est-ce vraiment Blind Guardian ?¨. Tout ça faisait vraiment différent de ce que j’avais entendu d’eux jusqu’à présent. Je dois dire que j’ai commencé à véritablement apprécier l’album à la deuxième écoute comme il arrive souvent et à l’heure ou vous lisez ces lignes, je l’apprécie probablement encore plus. J’aime vraiment la présence du drum tout comme le vocal sur ce titre, tant qu’à la guitare, rien de particulier à souligner. Une bonne chanson, mais ne vous attendez pas à quelques chose dans le style de Mirror Mirror.





Battlefield : Battlefield fut une des premières chansons que j’ai entendu de Blind Guardian, lorsque je les avais découvert il y a environ 2 ans. Elle commence sur un petit air médiéval qui fait un peu joyeux, rappelant un peu à un certain moment la musique sur laquelle dansent les danseuses du ventre ! Le tout s’accélère un peu et laisse place à la guitare électrique. J’adore cette chanson, la mélodie et la présence des chœurs est tout simplement superbe. Un des grand titre de l’album.





Under The Ice : Un petit intro de keyboard au son un peu bizarre et tout est parti ! La guitare et le drum rejoignent le tout. Un autre chanson puissante et vocalement assez entraînante, surtout au refrain. On note toujours la présence des chœurs, ce que je trouve très bien. Elle se termine sur un petit effet d’écho. Une de mes recommandation de l’album !





Sadly Sings Destiny : J’apprécie vraiment la manière dont la chanson débute. Elle reprend la même formule que les autres chansons plus haut donc inutile de me répéter. Néanmoins elle reste très bonne.





The Maiden And The Minstrel Knight : Une des ballades (si on peut l’appeler ainsi) à saveur médiéval de l’album. Une excellente chanson qui commence d’une façon lente avec des chœurs et l’orchestre, ce qui donne un bon résultat. Un peu plus tard, le tout devient un peu plus énergique de façon a tout terminer en beauté !





Wait For An Answer : Une autre chanson avec également un bon refrain. En faite, j’ai adoré non seulement tous les refrains de cet album, mais également l’aspect vocal tout entier. L’instrumental n’est pas mauvais non plus sans être toutefois le meilleur de l’album.





The Soulforged : The Soulforged fait également parti des très bonnes chansons de l’album. J’adore absolument ce titre d’un bout à l’autre et je ne peux absolument rien lui reprocher !





Age Of False Innocence : Une chanson qui commence d’une façon digne d’une ballade, sur de bel air de piano. Mais plus Age Of False Innocence avance, plus la musique change et s’éloigne du style initial de la chanson. Un autre titre très bien réussi.





Punishment Divine : La chanson débute sur des bruits bizarres et enchaîne sur un son un peu “heavy” à la guitare et un rythme de Drum vraiment rapide et puissant comme on a été habitué dans les pièces précédentes. Cette puissance revient tout au long de la chanson et s’en va par moment pour redonner place à un aspect plus mélodique qui a été mit en valeur tout au long de l’album.





And Then There Was Silence : On arrive enfin à And Then There Was Silence. La chanson la plus longue de l’album par ses 14 minutes 5 secondes. Probablement la plus grande chanson de l’album, elle semble parfaitement réalisé et elle utilise tout les éléments dont Blind Guardian disposait ( Orchestre, keyboard etc. ). On y retrouve de très beau mélange de voix, une belle présence de tous les instruments et plusieurs changements de rythme sans toutefois gâché la chanson comme il arrive parfois lorsque d’autres groupes tentent ce genre d’expérience. Le chef d’œuvre de l’album dont je ne me tanne tout simplement pas. Elle figure également sur le EP du même nom.





Mies Del Dolor : Mies Del Dolor qui apparaît à titre de bonus est en faite la version en espagnole de Harvest Of Sorrow. Blind Guardian en avait même fait une version française, Moisson de Peine. J’aime d’ailleurs beaucoup ces adaptations et je trouve que c’est une très bonne idée de la part du groupe. Pour ceux qui connaissent déjà les versions anglaise et francophone, sachez que la version espagnole n’a rien de plus ou de changée, sauf évidemment la langue dans lequel la chanson est interprétée. Pour ceux qui n’ont pas encore entendu cette chanson, je vous l’a conseille fortement, peu importe la version que vous écouterez. En faite, c’est une de mes ballades favorites ! L’instrumental à la guitare acoustique est remarquable et la voix de Hansi aussi. La chanson nous montre bien que ce dernier peut adapter sa voix pour qu’elle soit plus douce, comme je parlais plus haut.





Donc en conclusion, même si l’aspect Speed Metal qu’on avait pu entendre sur les autres albums de Blind Guardian n’est pas aussi présent qu’avant, l’album est tout de même excellent. L’aspect mélodique/symphonique amène une toute nouvelle profondeur au son de Blind Guardian ce qui dépendant de vous, sera pour le pire ou pour le mieux. Personnellement, si j’aurais faite cette critique après ma première écoute de l’album, celui-ci aurait probablement reçu une note plus basse que celle que je crois qu’elle mérite en ce moment. Ce que j’aime également de l’album, c’est que les chansons sont toujours assez longues.J’en suis venu à l’apprécier d’avantage à chaque écoute. Cependant, ce n’est peut-être pas l’album de Blind Guardian que je suggérerais à quelqu’un pour les découvrir surtout depuis la parution de l'excellent album Live.





Recommandations :

And Then There Was Silence
Punishment Divine
Battlefield
Under The Ice
The Soulforged


  Note de MU : 8/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau