Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2464
Nouvelles: 27667
Entrevues: 113
Critiques en Vrak
Groupe: Nocturnal Rites
Album: Afterlife
Ici, le groupe Nocturnal Rites nous revient avec un nouvel album qui, je dois dire, m’a fort surpris. Non seulement la sonorité de l’album a changé pour le mieux mais le style musical aussi. Voulant...
Groupe: Cold Anger
Album: Cold Anger
Avec sa pochette proposant un montage visuel Photoshoppée et une sonorité métallique ancestrale, je croyais que cette production de Cold Anger était une série de pièces...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Silent Voices
 Album: Building Up The Apathy (2006)
Note:
8.5/10
Style : Progressive Metal

Compagnie : Low Frequency Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. World's End  
02. Distorted  
03. Once Lost Fire  
04. Blood Of Eden  
05. Corridors  
06. Hollowed  
07. The Realm Of Flames  
08. Into The Flow  

MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Catherine Carrier Lessard
 
On connaît surtout la Finlande pour ses groupes de Power, de Folk, ou même de Black. Cela dit, on la connaît peu par ses groupes de progressifs. Cependant, les choses pourraient changer avec ce troisième album.

C’est après 11 ans d’existence que ces 5 Finnois (composé entre autres du claviériste de Sonata Arctica Henrik Klingenberg) sortent leur troisième album : Building up the Apathy, qu’on qualifie de progressif. Cependant, ce terme est un peu trop catégorique pour Silent Voices. Bien sûr, il va sans dire que l’influence du progressif est très présente sur l’album (notamment celle du groupe Dream Theater), cependant, celle du power l’est autant. Ainsi, il serait plus juste de qualifier ce troisième album de prog-power.




Cela dit, bien que ce soit leur troisième album, c’est le seul que j’ai eu le plaisir d’écouter, et laisser moi vous dire que ce ne sera pas le dernier. Ainsi, même si vous n’êtes pas fan de progressif comme moi, vous serez peut-être très surpris par cet album. Que ce soit par sa qualité technique, ou simplement par l’émotion qu’il dégage.




La qualité générale de production tout comme le niveau technique, sont souvent des facteurs d’excellence très importants dans les groupes progressifs, et ça l’est autant pour Silent Voices. Mais le point fort de l’album, c’est le bon mélange effectué lors de la composition. C’est par ses mélodies et par ses refrains accrocheurs qu’on apprécie vraiment l’album. Tout d’abord, je dois dire qu’à première écoute j’ai trouvé le genre très bon, mais c’est vraiment après quelques écoutes que je suis devenue vraiment très enthousiaste face à ce groupe. Effectivement, après quelques écoutes, on s’aperçoit qu’il y a un certain aspect de l’album qui fait en sorte qu’on ne peut plus s’en passer. Et cet aspect positif, on le doit entre autres à la beauté qu’il y a dans la mélodie de la voix. En effet, sur le plan vocal, Michael Henneken a su trouver le bon ton pour rendre les émotions. En plus, sa voix se mélange parfaitement à la complexité de la musique. Finalement, ajoutez à cela le côté entraînant et accrocheur des riffs et vous avez un album impressionnant, mais surtout un album qu’on se plaît vraiment à écouter.




La première chanson : «World’s End », représente très bien le genre prog-power de Silent Voices. Bien qu’elle dure 8 minutes, il n’y a aucun moment ennuyant et inutile dans la chanson, et c’est le même phénomène pour toute la durée du disque. La richesse présente dans cette première chanson est conservée durant tout l’album, ce qui laisse l’impression que c’est vraiment le maximum qui a été donné lors de la composition de chaque titre. «Hollowed», la pièce qui se différencie le plus des autres est une chanson calme et apaisante, contrairement aux autres, qui sont beaucoup plus agressives. Cette chanson permet donc de pouvoir apprécier aussi le côté plus doux qu’il y a dans la musique de Silent Voices.




Finalement, je crois qu’on peut s’attendre à beaucoup de ce groupe dans le futur et cela ne me surprendrait pas qu’il se fasse beaucoup connaître grâce à ce troisième album.


  Note de MU : 9/10 Note des Membres : --/10  

 Auteur : Marc Desgagné
 
Marc Desgagné
En 2006, Silent Voices nous offre leur troisième opus, "Building Up The Apathy". Plusieurs personnes peuvent connaître le groupe en raison de la présence du claviériste de Sonata Arctica, Henrik Klingenberg. Il est accompagné du bassiste Pasi Kauppinen, son collègue au sein de Mental Care Foundation, du guitariste Timo Kauppinen, du chanteur Michael Henneken et du batteur Jukka-Pekka Koivisto. Sur ce nouvel album, nous y retrouvons un son progressif très intéressant, le groupe ayant quelques influences de groupes tels que Dream Theater. Depuis 1995, ils sont maintenant rendus à un stade un peu plus mature musicalement, il faut avouer que la plupart des membres ont quand même beaucoup d'expérience dans le milieu en plus d'avoir quelques autres projets. C'est agréable de constater qu'il peut également y avoir du progressif comme celui-ci en Finlande, puisque nous sommes habitués au power metal et au gothic metal traditionnel provenant de ce coin de pays.





Premièrement, il s'agit d'un metal progressif un peu plus sombre par moment, mais d'une fluidité musicale vraiment bien réalisée. Ils parviennent à nous accrocher sans toutefois tomber dans le côté complètement technique du style. Ils nous offrent quelques mélodies très accrocheuses. Sur "World's End", le mélange progressif et power metal est un peu plus présent. En fait, il y a quelques influences power et c'est bien évident, comme nous pouvons l'entendre sur "Distorted". Par contre, les accords et les transitions sont clairement progressives, il y a plusieurs petits solos qui apportent une belle atmosphère à la musique. Au niveau instrumental, les musiciens ont beaucoup de talent et il nous le démontre sur "Once Lost Fire" ou sur la pièce mid-tempo "Blood Of Eden". La guitare, le clavier et la batterie font très bien le travail. Pour ce qui est du vocal, Michael Henneken possède une belle voix, même si ce n'est pas la plus unique et la plus variée dans le milieu power/progressif. Un peu plus de diversité vocale aiderait grandement Silent Voices à passer à un stade supérieur.





De plus, il est toujours intéressant de voir les autres qualités de Henrik Klingenberg, qui peut aussi bien faire du progressif, du power metal avec Sonata Arctica ou du thrash metal avec Mental Care Foundation. Silent Voices ne s'est pas limité à un progressif quelconque, ils y ont même ajouté des pièces un peu plus heavy, en fait dans l'influence power metal, avec "Corridors". Par contre, nous revenons rapidement à une ballade/mid-tempo plus lente avec le morceau suivant, "Hollowed". Le disque se termine de belle façon avec "The Realm Of Flames" et "Into The Flow". Le fait que ce ne soit pas un album progressif avec la mentalité exclusive de "la complexité avant tout" devrait plaire à plusieurs personnes, il s'agit d'une autre façon de présenter le style.





Finalement, il ne fait pas de doute que Silent Voices avec "Building Up The Apathy" nous a donné un progressif tout de même bien diversifié et accrocheur. La production est vraiment excellente et les pièces sont bien réalisées. La petite faille est du côté du vocal, qui pourrait être plus stable et varié, malgré qu'il fait bien le travail sans être extraordinaire. Une belle surprise et je vous recommande d'écouter quelques pièces pour vous faire une petite idée. Mes pièces préférées sont "World's End", "Distorted", "Corridors" et "Into The Flow".


  Note de MU : 8/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau