Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2463
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112
Critiques en Vrak
Groupe: Sarah Jezebel Deva
Album: A Sign Of Sublime
Sarah Jezebel Deva, même si son nom attire de plus en plus l'attention, vous l'avez probablement déjà entendu comme soprano sur des disques de Cradle Of Filth, Therion et son propre groupe,...
Groupe:
Album:
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Evemaster
 Album: MMIV Lacrimae Mundi (2005)
Note:
7.5/10
Style : Black Metal

Compagnie : Low Frequency Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. Pandemonium  
02. Whispers 
03. Embraced 
04. Archways 
05. Lacrimae Mundi 
06. Epistelium (the storm rises) 
07. Equinox Nocturne 
08. We Rock  
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Marc Desgagné
 
Marc Desgagné
"Lacrimae Mundi MMIV", le nouvel album du groupe Evemaster. Ils font partis de cette vague de groupes black metal mélodique avec quelques influences doom. Ne connaissant pas la formation, je ne savais pas trop à quoi m'attendre. Je dois avouer que je ne suis pas le plus grand amateur de black metal, mais la touche mélodique de certains groupes peut venir me chercher, il s'agit un peu de ce phénomène dont j'ai été victime avec Evemaster.





Que ce soit des pièces aux accents beaucoup plus mélodiques/symphoniques, comme c'est le cas sur "Pandemonium" ou "Whispers" ou avec de grandes surprises, "Lacrimae Mundi", le groupe possède une facette particulièrement accrocheuse. En fait, le morceau "Lacrimae Mundi" est le plus exploité du disque. Il y va de passages bien classiques du black, en enlevant le côté symphonique, mais au cours de la même pièce, ils offrent une sorte de doom metal très lent et atmosphérique. L'exploitation du "double-bass drum" ne se fait pas mettre de côté très longtemps, puisqu'il est de retour sur "Epistelium (the storm rises)". Le problème que nous pouvons retrouver sur le disque est une similarité entre certains morceaux. Bien que le travail soit efficace et souvent violent, un peu de variation dans le style de vocal et de la batterie aurait été appréciée.





Généralement plus rapide et plus violent, ils me font penser à des groupes comme Blind Stare. La mixture est particulièrement intéressante avec le doom metal, comme le prouve "Equinox Nocturne". Très longue, plus de 11 minutes, elle exploite une belle profondeur de Evemaster.





Pour la dernière pièce, "We Rock", V. Keinänen fait le vocal clair sur celle-ci, un invité sur le disque. Toutefois, il y a surtout la présence du vocal black metal. C'est surprenant venant du groupe, un morceau axé beaucoup plus sur le heavy metal mélodique, étonnante à tous les points de vues.





Avec "Lacrimae Mundi", Evemaster aura démontré de belles choses et quelques expérimentations intéressantes. Malgré que certaines redondances se font entendre, le résultat est positif. La production est superbe, mais des variations plus globales auraient été bénéfiques. Au lieu d'augmenter les mélanges, ils ont plutôt découpés le tout en différentes pièces, pour plusieurs de celles-ci. Un album qui contient des morceaux qui seront satisfaire les amateurs de ce genre de black metal symphonique/mélodique aux influences doom metal.


  Note de MU : 7.5/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau