Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2457
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112
Critiques en Vrak
Groupe: Eluveitie
Album: Spirit
Eluveite, groupe de Folk/Death Metal Mélodique originaire de Suisse, sortait leur premier album le 1 juin 2006. Les instruments utilisés dans cet album sont des plus surprenants. Flûte irlandaise,...
Groupe: Sinergy
Album: Beware the Heavens
Ce groupe fait parti des premiers que j'ai découvert dans l'aventure power metal. Malgré qu'ils offrent un son un peu plus heavy que power metal, ils ont su attirer mon attention, mais à l'époque, je...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Circus Maximus
 Album: The 1st Chapter (2005)
Note:
9.3/10
Style : Progressive Metal

Compagnie : Sensory Records

Format : CD

Liste des pistes :

1. Sin  2. Alive  3. Glory of the Empire
 4. Biosfear
 5. Silence From Angels Above
 6. Why Am I Here ?
 7. The Prophecy  8. The 1st Chapter  9. Haunted Dreams (bonus track)
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Alex Bélanger
 
Formation reliée à la vague de metal progresif Norvégien (Pagan's mind, Communic), Circus maximus offre une musique proche de celle de Symphony X ou Dream theater. Pourtant, avec son premier album The first chapter, le groupe réussit, avec brio, à se démarquer de ses prédécesseurs.



Tout d'abord, ce disque contient une diversité impressionnante d'influences musicales. Dans des structures typiquement progressives, les nombreuses sections des chansons traversent à la fois les styles hard rock, heavy, power en passant parfois par des passages symphoniques ou même death metal.
Toutefois, Circus maximus livre ici, sans ambiguïté, un produit purement metal progressif. La voix constamment claire et mi-aigüe du chanteur, accompagnée des guitares tranchantes et abrasives rappelleront à plusieurs les meilleurs morceaux de Symphony X. Ainsi, tout au long de l'album, l'influence de ce dernier groupe reste particulièrement notoire.



Or si Circus maximus arrive vraiment à se démarquer des "grands" du metal progressif, c'est par l'utilisation d'une panoplie de moyens musicaux, souvent inattendus: gammes exotiques, sons multiples du clavier, ambiances sonores autant variées que saisissantes. Dans une production où chaque instrument sonne avec la transparence du cristal, les surprenants enchaînements et les structures éclatées des pièces bouleverseront du même coup l'auditeur attentif. En même temps, ces arrangements hétéroclites sont d'une rare fluidité. Ainsi, malgré les prouesses techniques et les structures étranges de ses pièces, The first chapter demeure accessible et facile d'approche.



En ce sens, quelques pièces du disque me semblent incontournables pour prouver la réussite générale de cet album. Par exemple Biosphear, une pièce instrumentale placée en milieu d'album, secoue avec originalité et grandeur dans un délire sonore à la fois metal et expirémental. Encore, la pièce titre de l'album, d'une durée de 19:07 minutes, constitue un chef d'oeuvre d'inventivité, de rigueur complexe et d'exploration musicale. Ses tempos lents et entraînants, entrecoupés de longs passsages instrumentaux, de séquences symphoniques rapides, de guitares et claviers plus que démentiels définissent de nouveaux sommets en matière de metal progressif.



Bref, Circus maximus rivalise aisément avec ses maîtres à penser. Autant par la richesse que la justesse de ses explorations sonores, The first chapter est, en définitive, d'une rare qualité. Voici donc, encore, un album à écouter sans modération!


  Note de MU : 9.2/10 Note des Membres : --/10  

 Auteur : Paolo Ouellet
 
Paolo Ouellet
Circus Maximus nous provient de la scène Norvégienne. Formé en 2000, le groupe se compose des frères Mats Haugen (guitare) et Truls Haugen (batterie), de Michael Eriksen (chant, guitare), de Glen Mollen (basse) et de Espen Storo (claviers). Le mixage de cet album a été réalisé par le producteur Tommy Hansen (Helloween, Wuthering Heights).


Le style et les influences musicales de Circus Maximus se promènent autant du metal progressif, au hard rock ainsi qu'au heavy mélodique. Pour vous citer que quelques groupes, Dream Theater, Queensrÿche, Symphony X et Fates Warning sont les chemins empruntés par ses Norvégiens.

La qualité du son ainsi que la production de cet album sont au rendez-vous. Musicalement, aucun doute sur la valeur des musiciens. Le chant de Michael Eriksen apporte beaucoup de couleurs aux compositions et son timbre de voix se promène entre Joey Tempest ou encore un certain Geoff Tate.

"The 1st Chapter" débute avec une pièce très heavy-progressive avec "Sin". Déjà, l'auditeur est mit au parfum de la qualité de l'opus. Avec "Alive", le côté hard-rock "à la Europe" fait surface, tout en gardant un son progressif; une de mes préféré sur cet album. "Glory of the Empire" nous révèle un côté épique de plus de dix minutes qui laisse le temps aux musiciens de nous faire découvrir tout leur potentiel. D'ailleurs, le chant de Michael Eriksen y dévoile toute la richesse de son talent. "Biosfear" pièce instrumentale, est toute à l'honneur d'un classique de Dream Theater. Certains éléments jazz-rock font parties de celle-ci et nous avons droit à de magnifiques solos endiablés entre le guitariste et le clavieriste. Par la suite, c'est la ballade avec "Silence From Angels Above". Définitivement, c'est sur cette magnifique composition que le timbre de voix de Eriksen ressemble incroyablement à celui de Geoff Tate et la pièce "Someone Else" de l'album "Promised Land" de Queensrÿche. "Why Am I Here" se compare beaucoup avec les deux premiers titres de l'album; un prog/metal bien mélodique. "The Prophecy" débute par une introduction acoustique qui, au fur et à mesure se change en rythme prog/technique. Nous en sommes rendus à la pièce maitresse de l'album: "The 1st Chapter". D'une durée pas moins de 19.07 minutes, cette composition se compare au plus grand classique de Queensrÿche (Operation Mindcrime) en développant une superbe pièce de métal progressif aux ambiances diverses. La version européenne de l'album contient une pièce bonus s'intitulant "Haunted Dreams". Et encore une fois, l'influence "Queensrÿche" est prédominant.

Si un point négatif peut être pointé du doigt sur cet album, c'est un peu un manque d'identité que le groupe n'a pas sû se trouver. Malgré tout, pour les amateurs des groupes mentionnées ci-haut, nul doute que "The 1st Chapter" comblera leur attente. Un album d'une grande qualité et l'avenir est très prometteur pour Circus Maximus


  Note de MU : 9.4/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau