Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2457
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112
Critiques en Vrak
Groupe: uneXpect
Album: In a Flesh Aquarium
Unexpect, voilà un groupe qui porte parfaitement son nom! Nous ne savons jamais à quoi s'attendre avec leur musique hors du commun et avant-gardiste. La formation est composé de Syriak au chant et à...
Groupe: Dying Fetus
Album: Reign Supreme
Dying Fetus, version 2.0, offre probablement l’album le plus intéressant de l’ère post-Jason Netherton avec cet amalgame de brutalité qu’est Reign Supreme....
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Theocracy
 Album: Theocracy (2003)
Note:
8.0/10
Style : Power Metal

Compagnie : MetalAges Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. Prelude 
02. Ichthus  
03. The Serpent Kiss  
04. Mountain  
05. Theocracy  
06. The Healing Hand 
07. Sinner 
08. New Jerusalem 
09. The Victory Dance 
10. Twist Of Fate 
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Alexis Woodbury
 
Voici Theocracy. Le premier album de Matt Smith ( sous le surnom Theocracy ) qui nous offre du power metal épique avec des éléments de prog metal. Cet album est le fruit que d’un seul homme qui fait tout, soit : composition, instruments, programmation de batterie, mixage. La seule chose qu’il n’ait pas faite c’est le mastering.
État seul, l’américain Matt Smith ‘’clenche’’ une bonne partie de la majorité des groupes de power qui sortent. J’ai cherché Theocracy dans le dictionnaire, n’ayant pas trop compris la définition, je sais que c’est en lien avec la religion, alors les paroles doivent traiter de ce genre de chose.




Bon, approfondissons la musique…




L’album débute en beauté avec le Prélude, très belle pièce symphonique qui nous mène de façon magique à la première véritable chanson de l’album : Ichthus.




Ichthus est une chanson rapide qui débute bien un album. Très bonnes mélodies, bon rythme et excellent refrain accrocheur. Il faut aussi dire que pour un gars qui fait tous les instruments, il a une excellente voix et est excellent pour faire des chorales à lui tout seul, chapeau! En tant que guitariste, Matt Smith ne tente aucunement d’épater la galerie, on y retrouve quasiment pas de solos de guitare, encore moins des solos à une vitesse folle, mais bien sûr il joue de la lead guitar et fait beaucoup d’harmonies de guitare, pas besoin de faire de solos!




La suivante, The Serpent’s Kiss est une des trois longues chansons épiques de l’album. Elle dure 12 minute, mais heureusement on ne s’en écoeure pas. On y retrouve des éléments progressifs ainsi que les éléments de power metal comme dans Ichthus. Tout comme dans Ichthus, on y retrouve une excellente ligne de clavier… lignes vaut mieux dire, il y en a plusieurs. La chanson progresse de tempo lent à rapide et ainsi de suite, très bien réussie. À compter aussi les excellents chœurs de chant que Matt Smith nous donne à lui seul et les passages plus agressifs, ce gars sait varier son album, ça fait original!




Moutain suit et débute avec une intro qui sonne cimetière. On a ici une mid-tempo qui suit le standard de Matt Smith, soit des bonnes mélodies, de grands chœurs et d’excellent clavier.




Comme 5e piste, on a la chanson Theocracy, considérée la meilleure de l’album, malgré que moi je ne crois pas que ce soit la meilleure. Elle est excellente, après une courte intro symphonique, on est propulsé par une intro de guitare excellente, comme toujours, excellentes mélodies et refrain. Quoi que je ne trouve pas que c’est la meilleure, elle est certainement ma deuxième préférée, Ichthus était ma favorite.




The Healing Hand est la deuxième très longue chanson de l’album, personnellement je préfère The Serpent’s Kiss même si The Healing Hand suit le standard de la précédente. On y retrouve encore d’excellentes mélodies de clavier et de grands chœurs qui me font dresser les poils sur la tête. Petite anecdote : la première fois que j’ai entendu The Healing Hand j’avais un mal de bras extrême, et suite à l’avoir entendu c’était parti… est-ce que la Healing Hand est venue se poser sur mon bras? Je ne sais pas :D




Sinner débute comme une ballade, très bonne comme ballade jusqu’à ce que le rythme devienne plus rapide, une autre excellente chanson que Matt Smith nous offre.




New Jerusalem est une autre chanson assez rapide qui garde le standard du reste. Sans savoir pourquoi, quelques moments de la chanson me font penser à du Forgotten Tales… expliquez moi! Le refrain est excellent, probablement un des meilleurs de l’album. C’est une des plus ‘’belles’’ pièces de l’album sinon la plus belle…




The Victory Dance débute avec une intro spéciale et encore une fois elle est très bonne, je ne sais pas si c’est parce que je l’ai en mp3, mais elle prend un ‘’step’’ assez spécial vers le milieu.




L’album termine en force avec une autre chanson épique qui dure environ 11 minute, encore une fis on y retrouve tous les éléments qui ont su me faire tripper tout au long de l’album.




Bref cet album est conseillé à peu importe qui vous êtes, si vous êtes un fan de power, vous allez aimer. C’est probablement un des meilleurs album début que j’ai vu dernièrement, c’est sans compter que l’homme est seul!




Mes titres préférés : Ichthus, Theocracy, New Jerusalem… et le reste aussi!


  Note de MU : 8/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau