Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2456
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112
Critiques en Vrak
Groupe: Inferno
Album: Black Devotion
Actif sur la scène black metal depuis 1996, le groupe Inferno nous vient de la République Tchèque. En 2009, il lance son cinquième album, "Black Devotion". Il a déjà trois albums live à son...
Groupe: Sweet Distortion
Album: Life Kills
Sweet Distortion est un groupe des environs de Montréal qui oeuvre dans le heavy metal. En fait, nous allons utiliser le terme heavy metal puisqu'il a tellement d'influences différentes tout au long...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Atreyu
 Album: In Our Wake (2018)
Note:
7.0/10
Style : MetalCore

Compagnie : Spinefarm Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. In Our Wake
02. House of Gold
03. The Time Is Now
04. Nothing Will Ever Change
05. Blind, Deaf & Dumb
06. Terrified
07. Safety Pin
08. Into the Open
09. Paper Castle
10. No Control
11. Anger Left Behind
12. Super Hero
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Marc-André Provost
 
Marc-André Provost

Si tous comme moi vous avez grandi durant les années 2000, vous avez probablement vécu la période emo que vous le vouliez ou non. Aujourd'hui, plusieurs des groupes populaires de cette époque sont dissous. Par contre, certains ont réussi à adapter leur jeu et sont toujours actifs en 2018. L'un des groupes importants de ce mouvement était la formation californienne Atreyu. Le groupe est composé de Alex Varkatzas au chant, Dan Jacobs et Travis Miguel aux guitares, Marc McKnight à la basse électrique, ainsi que Brandon Saller à la batterie et au chant. La sortie de leur album précédent "Long Live" remonte déjà à 2015 et les revoilà avec leur plus récente offrande "In Our Wake". Un album étant composé de façon assez étrange. Ce septième album est disponible depuis le 12 Octobre 2018.

Premièrement, Atreyu était jadis un groupe typiquement metalcore. Si l'on revisite leurs deux premiers disques, "Suicide Notes and Butterfly Kisses" et "The Curse", on constate facilement que leur jeu était agressif et puissant. Presque 15 ans plus tard, nous sommes complètement sur une autre planète. Ayant déjà fait un virement assez radical lors de leur album de 2007 "Lead Sails Paper Anchor", la formation a donc décidé de continuer leur cheminement dans la même lignée que ce disque, dont les réactions étaient assez mitigées à sa sortie. que se disque, qui avait été vraiment mitigé à sa sortie à l'époque. Lorsque je parle de l'étrangeté de ce disque, c'est que généralement, les morceaux sont assez différents les uns des autres. Prenons le premier single pour débuter mon analyse.

Le disque débute avec la pièce-titre : "In Our Wake". Un morceau qui est, selon moi, assez ordinaire. Les échanges mélodieux entre Alex et Brandon sont certainement magnifiques, mais le morceau manque de "Power". Nous remarquons aussi que Brandon est plus présent que Alex et que la sonorité du titre est assez "Radio Friendly" et Pop-Metal. C'est probablement l'une des raisons qui ont poussé le groupe à l'utiliser comme single. Pour ma part, cette chanson m'a laissée sur ma faim et elle est un mauvais choix pour commencer le disque. On est loin de "Bleeding Mascara". J'ai d'ailleurs été l'un de ceux qui ont resté attentif à tout ce que le groupe a fait avec le temps. Alors que beaucoup ont "tiré la plug" après la sortie de "A Death-Grip On Yesterday" en 2006, j'ai toujours suivi la formation attentivement. La deuxième chanson sur "In Our Wake", "House Of Gold" me rappelle fortement le genre de composition que le groupe réalisait dans la période "Congregation Of The Damned". Il présente un refrain accrocheur accompagné d'un solo de guitare qui arrive au parfait moment. Il s'agit de l'un de mes coups de coeur lors de mon écoute. Le morceau suivant possède quelque chose de plus que les autres. Coté musical, le titre est assez bien exécuté.

Le deuxième extrait qui a su bénéficier d'un clip, "The Time Is Now" est parfait pour accompagner une équipe sportive lors de son entrée et pour tout montage sportif et promotions télévisuelles. Cette chanson pourrait fortement devenir une pièce classée comme "Arena Rock" avec le temps. Il est l'un des passages importants de ce nouvel album. Ensuite, c'est une chanson pour ceux qui veulent du lourd ! "Nothing Will Even Change" est la chanson la plus "heavy" de "In Our Wake". Cette dernière est ce qui se rapproche le plus du "vieux Atreyu," comme certains aiment si bien le dire. Une pièce puissante avec une finale qui a du "kick"! Le morceau suivant est la pièce "bête noire" de l'album. Un morceau regroupant plusieurs attraits assez différents les uns des autres. Premièrement, les couplets sont rapper, ce qui semble être une triste tentative de se la jouer à la Attila. Le refrain est accrocheur et le morceau s'écoute bien, mais la touche Nu-Metal est plutôt déconcertante. Pour ma part, j'ai aimé la tentative et le fait que ce morceau soit unique lui permet de se démarquer des autres.

Vers le milieu du disque, nous tombons sur une ballade qui se nomme "Terrified". Ce n'est pas la première tentative de la formation de créer un titre plus lent. La pièce permet à Brandon de démontrer ses talents vocaux qui sont toujours impeccables. Point négatif malheureusement, je trouve que l'album perd un peu d'intensité à la suite de ce morceau. "Safety Pin" et "Into The Open" sont de bonnes chansons, sans plus. Elles sont efficaces, certes, mais je trouvais les créations plus intéressantes dans la première moitié de l'album. "Paper Castle" est probablement l'un des prochains extraits du groupe, tout ce que les radios d'aujourd'hui recherchent. Lente et accrocheuse, cette pièce est lyriquement magnifique. "No Control" contient l'un des refrains qui se démarquent le plus. Les couplets sont assez monotones, mais l'attaque lors du refrain est très tenace. Le solo de guitare rajoute l'émotion nécessaire pour faire de ce titre l'un des passages les plus impressionnants pendant la deuxième partie du disque.

La finale de "In Our Wake" a quelque chose d'assez particulière. Premièrement, elle comporte deux invités assez majeurs. M.Shadows de Avenged Sevenfold et Aaron Gillespie de Underoath. À ma première écoute de "Super Hero", j'étais assez perplexe, je trouvais même que ça sonnait comme un morceau de Noël à la saveur August Burns Red. Par contre, après plusieurs écoutes, j'ai commencé à aimer la chanson de plus en plus à en devenir l'une de mes préférées de l'album. L'approche symphonique apporte une nouveauté dans la musique de Atreyu. J'ai trouvé que l'expérience était époustouflante et qu'elle ne pouvait pas mieux terminer cet album.

En conclusion, cette nouvelle offrande est un mélange de plusieurs éléments. Certaines chansons plairont aux fans de la première heure, alors que d'autres rejoindront ceux aimant plus leur côté commercial. "In Our Wake" forgera la destinée du groupe, qui d'album en album, devient de plus en plus mature.

https://www.facebook.com/Atreyu/





  Note de MU : 7/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau