Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2455
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112
Critiques en Vrak
Groupe: Guardians of Time
Album: Machines of Mental Design
Au début des années ’90, Hammerfall redonne vie au True Metal avec son Glory To The Brave. Dès lors, quantité de groupes suivent leur exemple, se revêtent de cuir noir et se laissent pousser les...
Groupe: Ueickap
Album: Stereotyped
"Stereotyped" est le premier album de la formation italienne hard rock/gothique metal Ueickap, jeu de mot avec "wake up". Malgré une atmosphère plus sombre et la magnifique voix de Irene Fraccavento,...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Universe Effects
 Album: Desolation (2018)
Note:
9.0/10
Style : Rock Progressif

Compagnie : Indépendant

Format : CD

Liste des pistes :

01. Desolation (3:12)
02. Wasteland (7:49)
03. Oblivious (5:53)
04. Fading Light (11:22)
The Library (38:07)
05. I. Departure (5:15)
06. II. The Garden Of Lights (7:01)
07. III. Corruption (8:20)
08. IV. Collapse (6:22)
09. V. Resurgence (11:10)
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Julie Voyer
 
Julie Voyer

 Universe Effects (UFX pour les intimes), groupe de Québec, a officiellement lancé son deuxième album Desolation au Théâtre du Petit-Champlain le 5 novembre 2018. MetalUniverse était présent à cette occasion et vous présente enfin son appréciation de cet album.

UFX joue du rock progressif mais n'hésite pas à aller se promener dans les plate-bandes de la musique de film et, à la limite, d’un orchestre symphonique. Mixé par Paul Northfield, il regroupe des compositions très techniques, à la mesure du souci de perfection des cinq musiciens du groupe. Même s’il n’est pas aussi organique comme le prog d’origine des années 1970 (lire, avec Mellotron et émotion), il emprunte la forme typique des albums progs, soit celle d'un récit et Desolation est un album qui est une histoire en soi. Et c'est ce qu'il y a de beau dans ce genre musical : c'est très évocateur, on est amenés à voyage hors du temps ou de l’espace. Ou même parfois hors des deux.

La première pièce, « Desolation », est une intro instrumentale digne d'un film de science-fiction, les vrais bons films du millénaire passé, comme 2001, Odyssée de l’espace. Ensuite on revient vite sur Terre avec « Wasteland » aux sonorités du Cirque du Soleil. La voix de Gabriel Antoine Vallée sonne clair et juste, et les instruments s’interpellent avec contretemps et progressions d'accords assez complexes. Avec « Oblivious », le premier extrait, la comparaison est inévitable – l'influence de Dream Theater est évidente. C’est une pièce plus moderne, technique, où les claviers de Francis Grégoire sont davantage mis en valeur. Ça se calme ensuite avec la longue pause (11 minutes!) que nous offre « Fading Light », avant d’embarquer dans la seconde moitié de l’album, intitulée « The Library » et divisée, ou plutôt écrite, en cinq chapitres. Et justement, « The Library Part III: Corruption » correspond exactement au déroulement d’une histoire. Pour ceux qui se rappellent leurs cours de français au cégep, on arrive au moment fort du récit, là où il y a de l'action et une nouvelle intrigue, ou un premier dénouement de l’intrigue. On sent, on entend qu’il se passe quelque chose. La partie IV, « Collapse », est en quelque sorte un retour sur l'intro. La guitare de Gabriel Cyr est partout, comme sur l’ensemble de l’album mais surtout ici, s’habillant parfois de douceur, parfois de rudesse, sous l’influence du metal. La pièce finale, « Resurgence », est comme un générique. On reste assis pour l’écouter avec attention et s’imprégner de l’ambiance et attendre les petites animations surprises réservées aux vrais amateurs qui seront restés jusqu’à la fin.

Pas mal tous les ingrédients d’un bon album de rock progressif se trouvent sur Desolation : les harmonies vocales, la communion des instruments et la mise en valeur de chaque musicien, y compris Dominic Tapin-Brousseau (basse) et Philippe Pouliot (batterie), les sonorités des claviers, qui valsent entre piano et signaux électroniques. Sans oublier deux pièces de 11 minutes. On voudrait à ce point que l'aventure musicale se poursuive que l’album finit un peu sec, à mon avis. On en voudrait plus. Alors tant qu’à y être, réécoutez-le en boucle et achetez aussi le premier album de Universe Effects, In the Haze that Surrounds Us.

Desolation, c’est la trame sonore du film épique qui défile dans votre tête quand vous regardez les étoiles. Vous voulez faire partie du voyage? UFX sera en spectacle le 16 décembre à L’Anti. Ne manquez pas le décollage.

Pour lire le compte-rendu et voir les photos du spectacle du 5 novembre 2018 sur MetalUniverse.net : ICI.

http://www.universeeffects.ca

https://www.facebook.com/universeeffectsband/

 



  Note de MU : 9/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau