Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2392
Nouvelles: 27046
Entrevues: 98
Critiques en Vrak
Groupe: Satyricon
Album: The Age of Nero
À ses débuts, Satyricon était reconnu comme un groupe Black Métal Norvégien très prometteur. Une destinée semblable à Mayhem, Burzum ou Darkthrone était à leur portée. Par contre, depuis la sortie de...
Groupe: Power Quest
Album: Magic Never Dies
Amoureux du Hard/Rock des années 80, bienvenue dans le monde merveilleux de Power Quest. Ce groupe Anglo-Italien peut très bien se comparer à quelques groupes qui fesaient la pluie et le beau...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Like Moths To Flames
 Album: Dark Divine (2017)
Note:
6.0/10
Style : MetalCore

Compagnie : Rise Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. New Plagues
02. Nowhere Left To Sink
03. Shallow Truths For Shallow Minds
04. Dark Divine
05. Empty The Same
06. From The Dust Returned
07. Even God Has A Hell
08. Mischief Managed
09. Instinctive Intuition
10. The Skeletons I Keep
11. False Idol
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Marc-André Provost
 
Marc-André Provost

Depuis maintenant 8 ans, le groupe Like Moths To Flames, originaire de l'Ohio, nous présente un Metalcore émotionnel et brutal. Nous présentant leur dernier disque “Dark Divine”, la formation nous offre un opus qui mélange DJENT, Post-Hardcore et Metalcore. Sortant un album généralement aux 2 ans, les gars de LMTF ont été fidèles à leur habitude.

Ayant déjà présenté leur premier single "Nowhere Left to Sink" depuis la fin du mois de septembre, le vidéoclip du titre est décent et le morceau en tant que tel bien réussit. Délaissant les "screams" et exploitant plus les "cleans", Chris Roetter nous prouve que l'authenticité de sa voix peut permettre le groupe d'explorer des horizons plus mélodiques. Le passé du groupe a été plus que rebondissant d'album en album et ce dernier opus ne semble pas se percevoir sur une prestation unique d'un style en particulier. Passons ensuite au deuxième titre qui a été disponible d'écouter avant la sortie du disque, la chanson titre de l'album, "Dark Divine".Plus lourd que son prédécesseur et possédant plus de performance grave côtée vocale, le morceau reste encore captivant et les jeux des guitaristes sont toujours aussi percutants. Personnellement, les décisions vocales que la formation décide d'adapter sur leurs disques ne me dérangent en aucun cas, car je trouve que la force du chanteur est aussi attrayante lors de son “clean” que lors de ses “screams”. Ce n'est pas, par contre, le cas de tous les chanteurs du même genre. Ce qui me déplaît, par contre, lors de mon écoute, c'est le manque de passages qui viennent me chercher intensément. Le disque est bon, mais sans plus. Les chansons finissent par se ressembler à un point ou le changement de pièces n'est pas toujours évident lorsqu'on ne porte pas assez attention. J'ai toujours été un admirateur du groupe et je dois dire que ce nouveau disque manque un peu de personnalité. Il est intéressant de voir que dans le cas des chansons “Even God Has a Hell” et “Shallow Truths for Shallow Minds" la persistance des guitaristes et des autres musiciens sont plus qu'efficaces et la brutalité des morceaux est jouée de façon dynamique et fidèle au son de la formation. J'ai simplement trouvé que l'album était commun tout au long de mon écoute et que malgré la force de quelques titres, le tout est assez ordinaire. Évidemment, les “breakdown ” sont au rendez-vous et les jeux de guitares sont magnifiques, mais pour une formation qui a jadis créé des morceaux d'une efficacité beaucoup plus impressionnante, “Dark Divine” restera un album qui ne marquera pas l'histoire de la formation.

Pour conclure, un album plutôt banal qui comporte quand même quelques pièces de qualité, mais sans plus. Il ne faut pas s'attendre à avoir un album digne de leur premier opus “When We Don't Exist”. L'innovation est complètement absente ici et la redondance est plus que présente. Le point fort de “Dark Divine” reste le jeu vocal de Chris Roetter qui a exploité plus le pouvoir de sa voix que la force de ces cris. Je vous conseille quand même de lui donner une écoute si vous étiez déjà admirateurs de la formation, mais je ne le conseillerais pas à quelqu'un qui ne les a jamais écoutés. Il y a beaucoup plus à offrir par une formation comme Like Moths To Flames.


https://www.facebook.com/likemoths/



  Note de MU : 6/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau