Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2475
Nouvelles: 27667
Entrevues: 117
Critiques en Vrak
Groupe: Derelict
Album: Ideological Prey
En 2006, le groupe death metal montréalais Derelict nous offre leur premier enregistrement, "Ideological Prey". Armé de 8 pièces puissantes, Derelict tente d'envahir le marché avec un parfait...
Groupe: Gamma Ray
Album: Silent Miracles
Quand j’ai vu ce mini-album que je qualifierai d’interlude sur l’étagère, je me suis dit : « Ouais, pourquoi pas ? » Bon. Quant à moi, c’était une sortie un peu inutile. Il faut dire que la première...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Sonata Arctica
 Album: Reckoning Night (2004)
Note:
8.4/10
Style : Power Metal

Compagnie : Nuclear Blast

Format : CD

Liste des pistes :

01. Misplaced  
02. Blinded No More  
03. Ain't Your Fairytale  
04. Reckoning Day, Reckoning Night…  
05. Don't Say A Word  
06. The Boy Who Wanted To Be A Real Puppet  
07. My Selene  
08. Wildfire  
09. White Pearl, Black Oceans…  
10. Shamandalie  
11. Wrecking the Sphere (Bonus: Japon)
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Mathieu Grenon
 
Mieux vaut tard que jamais ! C’est lors du Metalbus organisé le 17 avril en l’honneur du passage de Sonata Arctica à Québec que j’ai pu, totalement par chance, mettre la main sur le dernier opus du groupe, Reckoning Night. C’est donc après le spectacle que j’ai pu tendre mon oreille plus attentivement au disque, et quel disque ! Les mots qui me viennent en tête en l’écoutant ; énergie, mélodies, émotions. Et pour le décrire brièvement, on peut également dire que Sonata garde sa bonne vieille recette ; un power mélodique au tendance speed bien exécuté. Et puis, pourquoi changer quelque chose qui marche ?



On a encore droit a des compositions de qualitées, passant de speed à la ballade que chaque cd se doit d’avoir. Les prouesses vocals de Tony Kakko sont toujours aussi agréables à entendre et, avec la nombreuse présence de back vocal, de chorale a wooowoo, les parties vocals n’ont jamais été autant travaillées, du moins je crois. Les solos de claviers sont toujours aussi entraînant de même que Jani à la guitare. Le groupe est à son meilleur. On ne peut rien reprocher côté son, enregistrement. Le mixage a été fait au Finnvox studio. Attendez vous donc a un aspect sonore de grande qualité !



Attardons nous maintenant au contenu. Tellement de chansons m’ont accrochées sur l’album, qu’il m’est réellement difficile de choisir les pièces a aborder particulièrement. Misplaced, une excellent chanson débute l’opus avec la marque de commerce de Sonata ; guitare rapide, mélodie de keyboard rapide et entrainante, un rythme à faire tapper du pied et un refrain a vous faire crier à tue tête en spectacle. La pièce dégage beaucoup d’énergie, comme l’album en général d’ailleurs.



La 3e piste, Ain’t your Fairytale me fait totalement tripper ; encore une fois rapide, énergique. Un résultat impeccable et efficace, avec vers la fin quelques passages que je pourrais qualifier d’un peu plus thrash qui donne l’inévitable d’Headbanger dans son salon ! Je me surprend à chaque fois à fredonner le refrain et comme c’est parti, il va me rester dans la tête pour la semaine ;).



Un excellent choix pour le single, du moins je trouve, la pièce Don’t Say A Word. Comment rester indifférent à cette pièce ? Le vocal y est de grande qualité… les mots me manque pour décrire une telle pièce, une de mes préférées de Sonata à ce jour, ce qui n'est pas peu dire. Et, Wildfire, avec ses chœurs qui donnent une petite touche « épique » ou « opéra » si on veux, est elle aussi une incontournable. Et que dire de White Pearl Black Oceans et la ballade Shamandalie … eux aussi à découvrir !



Sonata Arctica nous est donc revenu en force avec un autre excellent album. L’énergie des chansons rappelle un peu le temps d’Ecliptica et de Silence. Du moins, ces dernier reste mes albums favoris, suivi de très prêt par Reckoning Night. Fans de Sonata, vous ne regretterez aucunement cette achat ou du moins, jeter un coup d’œil sur les pièces mentionnées plus haut!


  Note de MU : 8.5/10 Note des Membres : --/10  

 Auteur : Nexorak
 
Sonata Arctica a frappé très fort à la sortie de leur premier album mais ils se sont aussitôt avérés très répétitifs avec les albums suivants. Ayant été déçu par « Winterheart’s guild », j’hésitais à acheter celui-ci. La première chanson « Misplaced » rappelle encore une chanson comme « Wolf & Raven » par sa rapidité. Hmm, plus ça change et plus c’est pareil! Cependant, ils ont continué de mettre de l’emphase sur les backvocals créant des harmonies absolument entraînants sur certaines de leurs chansons. De plus, il y en a qui me rappellent l’énergie de « Eclipitica » et ce, à ma grande joie. J’ajouterais même que le groupe a décidé d’explorer de nouvelles avenues dans leur musique, ce qui n’est pas pour déplaire à l’auditeur à mon avis. Avec cet album, Sonata Arctica a su garder le pied sur un terrain très connu et a graduellement invité l’auditeur à découvrir de nouveaux passages.


Si j’avais à situer cet album comparativement à ce qui a été fait précédemment par nos amis Finlandais, je le placerais entre un mélange de « Winterheart’s guild » et de « Silence ». C’est étrange. Il y a moins de chansons qui m’accrochent sur cet album que sur l’album de « Silence » sauf que celles qui m’accrochent le sont plus davantage que les chansons de « Silence ». Les chansons « Don’t say a word » et « White Pearl, Black Oceans » sont des summums à mon avis dans la carrière de Sonata. Elles sont efficaces et entraînantes. J’aurais aimé avoir plus de chansons comme celles-ci. Les parties vocales et backvocals dans les refrains sont grandioses. De plus, j’ai adoré aussi de constater que le chanteur Kakko a plus d’émotions dans sa voix. Bon. Le drum est toujours aussi répétitif sauf qu’il y a quelques changements par occasion. Ouf! Un point négatif, ce sont les paroles, on remarque que le groupe parle encore une fois d’histoires de gars qui perdent leurs amies de cœur, ou qu’elles le trichent, etc. Je vais finir par croire que les gars de Sonata Arctica ont des problèmes affectifs. Admettons qu'ils ont épuisé le sujet, qu'est-ce qu'ils vont dire à ce sujet le prochain coup ? On va les faire bouillir dans une marmite ? Hum! Et finalement, en ce qui concerne la sonorité en général, c’est encore compressé mais pas à l’extrême comme l’a été « Winterheart’s guild ».


Mes chansons préférées : « White Pearl, Black Oceans » qui possèdent des « build-up » musicaux me faisant frissonner. Cette chanson est vraiment incroyable. Ensuite, il y a « Don’t say a word » avec sa guitare accérée et entraînante, et son refrain grandiose. C’est ma seconde sélection de l'album. Aussi « Wildfire » avec son passage style Opera en plein milieu de la chanson, élément intéressant. Pour le reste, c’est correct, sans être à couper le souffle. Si vous aimez Sonata alors je vous conseille ce nouvel album, du moins pour les chansons que j’ai cité plus haut. Bonne écoute!


  Note de MU : 8.5/10 Note des Membres : --/10  

 Auteur : Julien Bazile
 
Un peu plus d’un an après la sortie d’un « Winterheart’s Guild » pas mal critiqué par les puristes et fans de la première heure, on attendait donc avec ce nouvel album un Sonata Arctica de retour aux sources tout en continuant sa progression vers un son plus mûr. « Reckoning Night » est donc arrivé, quelques semaines après le EP « Don’t Say a Word » qui annonçait déjà une certaine couleur plutôt positive parmi les fans du groupes.




10 titres au programme, un album assez court donc mais qui offre tous les ingrédients pour un bon petit voyage musical. Au niveau des « Silence » et « Ecliptica » ? Sur une lignée plus décevante comme « Winterheart’s Guild » ? Difficile à dire au premier abord. Voyons voir titre par titre pour nous faire une idée plus globale.






Misplaced : Chanson rapide pour commencer l’album sur de bonnes bases. Titre intéressant, bien composé, pas très original et très Sonatien si je peux m’exprimer ainsi. Pas le meilleur de l’album donc, mais loin d’être le moins bon.




Blinded no More : Titre assez surprenant, à l’atmosphère particulière, au rythme assez cassant et à la structure un peu anarchique. Morceau qu’on peut ne pas aimer au début mais qui renferme un certain charme, une accroche unique. Bref il ne sera pas forcément le préféré des fans, loin de là, mais il n’est pas loin d’être celui que j’apprécie le plus sur cet opus. L’une des rares originalités de l’album, disons.




Ain’t your Fairytale : Déjà présent sur le EP/single « Don’t Say a Word », voici un morceau légèrement modifié pour l’album. Très légèrement, attention. Mais tout aussi excellent. Du bon speed à la finlandaise, bien mélodique, aux couplets et refrains très accrocheurs, mais… comme la plupart des titres de l’album peut-être, sans grande originalité. Ca reste du Sonata, et ma foi on aime ça.




Reckoning Day, Reckoning Night & Don’t Say a Word : Je commente les deux pistes ensemble la première étant l’introduction de l’autre. Une longue intro piano instrumentale qui n’apporte aucun intérêt particulier même si elle est fort agréable. Suit donc le single, ici plus sérieusement modifié pour les biens de l’album. Structure qui diffère légèrement et qui change un peu le rythme, sans plus, laissant le résultat final à un niveau de qualité parfaitement acceptable. Très bon titre donc, l’un des meilleurs de l’album, peut-être plus original que le précédent mais tout aussi dans le style habituel du quintet finlandais.




The Boy Who Wanted to be a Real Puppet : Voilà un titre avec lequel j’ai eu du mal, disons. Selon moi l’un des points faibles de l’album. Pourtant il s’agit d’une chanson plutôt originale, tant dans sa composition que dans le thème abordé, mais je ne lui ai tout simplement trouvé qu’un intérêt limité. La mélodie y est décevante à mes oreilles, mais peut-être s’agit-il d’un manque d’écoute ou d’attention. Que sais-je…




My Selene : Cette chanson sonne comme un vague retour en arrière, je ne sais pas pourquoi, mais il s’agit bien de celle qui me rappelle le plus les précédents albums. Certes, c’est un bon signe, mais ce n’est pas que cela. Encore une fois manque d’originalité ici, et pourtant… elle est magnifique ! La seule de l’album composée et écrite par le guitariste, d’ailleurs, sachant que sur les autres c’est Tony Kakko qui a tout fait. Bien que différente au niveau créateur, elle reprend les ingrédients d’un bon Sonata, plaçant ainsi cette chanson très haut en intérêt. C’est tout simplement l’une des meilleures de l’album, sorte de « ballade speed » avec mélodie accrocheuse, assez inoubliable donc.




Wildfire : Voici une « killer song » ! Voilà de l’originalité ! Voilà de la nervosité, de la vitesse, un peu de violence ! Une chanson de feu ! La meilleure de l’album sans contestation possible. Elle donne une pêche incroyable, par sa rapidité certes mais aussi par sa violence latente et sa mélodie plutôt folle. Sans oublier un passage rappelant même Queen à ses grandes heures. La seule chose qu’on pourrait lui rapprocher : pas assez longue ! Elle passe trop vite, ça en est presque frustrant…




White Pearl, Black Oceans : Après la meilleure, voici le coup de cœur. Grandiose harmonie musicale n’étant pas sans rappeler « The End of this Chapter » ou « The Power of One », ce titre est déjà anthologique me concernant. 8 minutes 47 de variations, mélodies enchanteresses nuancées d’accélérations habiles et d’un piano envoûtant. Sans oublier une narration à la fin qui élève ce morceau au rang de « récit musical » assez unique. Originale, qui plus est, même si pas complètement nouvelle dans le style de groupe. Rare donc, disons, mais parfaite.




Shamalandie : Ainsi se conclut l’album, avec une ballade… légèrement décevante ! Et pourtant, c’est un groupe qui nous en a offert des belles, mais celle-ci est presque ratée dirais-je. Je ne saurais trop dire pourquoi ni comment, mais j’ai tout simplement pas été accroché niveau mélodie et émotion. Attention, elle n’est pas sans intérêt, loin de là, mais après deux chefs d’œuvre… dur d’avoir sa place, surtout pour une ballade. D’ailleurs, n’est-ce pas une erreur de conclure l’album ainsi ? Personnellement je le pense, la précédente aurait été plus logique en conclusion…






Album donc assez inégal qui alterne l’excellent, le bon et le moins bon. Que dire ? Sonata Arctica poursuit son petit bonhomme de chemin, avec un opus solide mais qui n’atteint pas les « Silence » ou « Ecliptica ». Il surpasse cependant un tantinet « Winterheart’s Guild » qui, même s’il ne fut pas excellent, reste un album intéressant. Bref, album à avoir pour les fans du groupe et de bon metal mélodique à la nordique, qui montre la progression d’un groupe toujours en devenir… maintenant, libre à chacun d’adorer ou d’être déçu, chose certaine : les critiques risquent d’être très diverses.


  Note de MU : 8.2/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau