Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2465
Nouvelles: 27667
Entrevues: 113
Critiques en Vrak
Groupe: Between the Buried and Me
Album: The Parallax: Hypersleep Dialogues
Pour un EP de trois pièces et d’une durée de 30 minutes, on peut conclure que l’amateur du groupe est choyé car bien des groupes lancent des albums dits « complets » ayant une durée de 31...
Groupe: Masterplan
Album: Aeronautics
Pour ce deuxième opus, la troupe de monsieur Roland Grapow revient en force avec un album pas très différent de son prédécesseur. Ils n’ont pas opté pour un changement de formule, ni de recette,...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Kamelot
 Album: Karma (2001)
Note:
7.2/10
Style : Progressive Metal

Compagnie : Noise Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. Regalis Apertura  
02. Forever  
03. Wings Of Despair 
04. The Spell  
05. Don't You Cry  
06. Karma  
07. The Light I Shine On You 
08. Temples Of Gold  
09. Across The Highlands 
10. Elizabeth Part I: Mirror Mirror 
11. Elizabeth Part II: Requiem For the Innocent  
12. Elizabeth Part III: Fall From Grace 
 
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Nexorak
 
Quand ce nouvel album de Kamelot est sorti en magasin, je suis immédiatement parti avec dans mes achats sans prendre la peine de l’écouter sur place. Dites-moi pourquoi le ferais-je après la bombe incroyable de l’album précédent « The Fourth Legacy » ? Et pourtant, j’aurais dû. Car, je suis tombé dans le piège. Je vous avais dit que, pour l’album précédent, Kamelot avait bifurqué de leur musique progressive habituelle pour se diriger vers une voie musicale un peu plus Power Metal, ce qui m’avait plu grandement. Alors, que ce nouvel album, il revienne un peu à leur ancien style. Oh, ce n’est pas en écoutant les deux premières chansons de l’album que vous y voyez une grosse différence avec son prédécesseur, et pourtant, le momentum de « Karma » redescend très rapidement au fil des chansons.


De plus, la qualité sonore de l’album est moins bonne que son prédécesseur. Il n’y a plus cette clarté des instruments de musique mais plutôt un son général passé dans des compresseurs pour rendre la musique comme un pain rassis. (compact) On en perd les notes dynamiques que j’avais aimées sur l’album « The Fourth Legacy ». Les mélodies sont moins intéressantes et il y a beaucoup de passages mid-tempos qui tirent vers un peu de la musique progressive. C’est plutôt endormant en résumé, et la voix de Khan qui ne m’avait pas trop agressée sur l’album précédent, m’ennuie littéralement. Non, ce n’est que de la poudre aux yeux. J’ai été très déçu.


Pourtant, la chanson « Forever » commençait l’album de manière fantastique, et était suivi de « Wings of Despair ». Ensuite, c’est la débandade. Il y a l’introduction de la chanson « Don’t you cry » qui semble nous revigorer un peu à son écoute sauf que la monotonie des couplets n’aide en rien. Non, l’orientation de cet album de Kamelot m’a tout simplement assommé. « The Fourth Legacy », l’album précédent est vraiment un cas isolé dans la carrière du groupe. Je l’avoue très sincèrement, j’ai eu de la difficulté à terminer l’écoute de cet album que je ne recommande pas du tout. Même pas aux fans de musique progressive qui, j’en suis sûr, apprécieront plus un album de « Dream Theater » comparé à cela. En ce qui me concerne, je n’ai plus acheté d’album de Kamelot par la suite.


  Note de MU : 7.2/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau