Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
BARF
Anonymus
Stitched Up Heart
Spirit Adrift
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2466
Nouvelles: 27667
Entrevues: 115
Critiques en Vrak
Groupe: Paul Gilbert
Album: Get Out Of My Yard
Plutôt connu dans les années '90 par sa présence dans la formation MR. BIG, et surtout par la fameuse pièce 'To Be With You', Paul Gilbert mène maintenant une carrière solo depuis déjà 12 ans....
Groupe: Mastodon
Album: Remission
Comme tout grand cru a déjà été piquette, le premier album de Mastodon ‘’Remission’’ nous prouve que le démo ‘’LifesBlood’’ n’avait pas été fait à son plein potentiel. Je vous rappelle que la...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Hands of Despair
 Album: Hereafter (2011)
Note:
8.5/10
Style : Death Metal Progressif

Compagnie : N/A

Format : CD

Liste des pistes :

1. The Departure
2. Shattered Memories
3. Them
4. Underworld
5. Creator
6. The Road
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : François Toutée
 
François Toutée
Hands of Despair est un projet composé entièrement par Maxime Côté qui évolue dans un style Death progressif où se mélangent et se croisent diverses influences, allant du Black au Doom en passant par des styles plus mélodiques. Néanmoins, malgré la diversité des inspirations de cet album, il est difficile de l’écouter sans penser à Opeth: son penchant pour un Death plutôt old-school, les passes de guitares « clean », les refrains chantés ainsi que certaines progressions d’accord mélancoliques nous rappellent la troupe de Mikael Åkerfeldt. Il faut toutefois noter que Hands of Despair est considérablement plus brutal que le groupe suédois, et que les compositions sont trop originales pour que quiconque crie au plagiat.

Le premier contact avec Hereafter est très agréable, tout d’abord en raison d’une production de très haute volée: dès les premières notes de The Departure, on est frappé par la puissance des accords assenés avec une distorsion meurtrière sur nos pauvres pavillons auditifs. Le deuxième choc, non moins dévastateur, nous viens du growl de David-Alexandre Brousseau. Puissant et hargneux au possible, il ajoute énormément de fureur au son de l’album, et constitue un des principaux attraits.

Après une première écoute, j’avais eu l’impression que la batterie serait le point faible de l’album. Mais une deuxième écoute, plus attentive, m’a convaincu du contraire: les percussions enregistrées par Lyle Cooper (The Faceless) sont très intéressantes et regorgent de détails surprenants. C’est une réflexion qui s’applique à l’ensemble de l’album, car en raison de sa nature progressive, il demande un peu de temps pour en saisir toutes les subtilités. Même la basse, qui m’avait complètement échappé aux premiers abords, nous réserve quelques surprises, bien qu’elle aurait gagné à être plus audible dans le mix sonore.

Les seules reproches que j’ai à formuler au sujet de Hereafter sont assez anecdotiques: j’ai trouvé que les premières paroles de The Departure sentaient fort le fromage (cheezy, c’est-à-dire cliché), que le son du clavier dans Creator (ma pièce préférée de l’album) aurait pu être peaufiné, mais rien de vraiment grave. Par contre, je n’ai pu m’empêcher de remarquer que la structure de base des chansons était relativement semblable d’un morceau à l’autre: on a souvent des riffs brutaux et épiques entrecoupés d’intermèdes en guitares clean et de refrains mélancoliques. Heureusement, de nombreux passages comme le breakdown saccadé et imprévisible de Them ou l’intrusion Black, d’une brutalité corrosive, plus tard dans la même chanson, empêchent habilement la monotonie de s’installer.

Bref, Hereafter est un album épique au sens littéraire du terme: c’est une musique grandiose et majestueuse, une musique sur laquelle on s’imagine sans peine des colosses s’affronter sous un ciel apocalyptique dans un monde de glace aux dimensions infinies. Ce n’est pas l’album qui vous surprendra le plus, mais c’est sans conteste un voyage musical de très haut calibre.


  Note de MU : 8.5/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau