Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
I Prevail
IHSAHN
Matriax
Dance Laury Dance
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2479
Nouvelles: 27666
Entrevues: 120
Critiques en Vrak
Groupe: Judas Priest
Album: Rocka Rolla
En 1974, le heavy metal était en plein expansion avec des groupes comme Black Sabbath et Deep Purple. Au même moment, un nouveau groupe faisait son apparition sur la scène du heavy...
Groupe: Dremora
Album: Martyrs
Mené par un son gothic/symphonique avec voix féminine, Dremora est un duo composé de Thomas Kampert (tous les instruments) et de Juliana Novo (vocal). Le EP de quatre titres, "Martys", est...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Obscura
 Album: Omnivium (2011)
Note:
9.0/10
Style : Death Metal

Compagnie : Relapse

Format : CD

Liste des pistes :

1. Septuagint (7:18)
2. Vortex Omnivium (4:14)
3. Ocean Gateways (5:56)
4. Euclidean Elements (4:51)
5. Prismal Dawn (6:20)
6. Celestial Spheres (5:28)
7. Velocity (6:04)
8. A Transcendental Serenade (6:13)
9. Aevum (7:51)
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Yanick Tremblay
 
Yanick Tremblay
Festival de la précision et des notes régurgitées à la vitesse Mach 1 par ce groupe allemand. Avec l’absence interminable de Necrophagist, il me semble que ce groupe prend de plus en plus de place sur l’échiquier métallique dans le domaine du death métal hyper technique. Sur ce troisième album, le groupe épate encore avec une technicité hors pair, un sens de l’acrobatie hors du commun et une maîtrise excessive des instruments joués par chaque adhérent musical.

Mais ce que je trouve de plus intéressant, outre la surdose de technique inhumaine sur les armes musicales, c’est la présence de véritables chansons car contrairement à bien des contemporains qui versent dans le même style, Obscura propose de véritables chansons structurées qui possède des éléments reconnaissables qui permettent aux non-initiés de la débauche de la maîtrise instrumentale de pouvoir prendre leur pied avec des mélodies métalliques, fortement agréables et variées!

C’est pourquoi une chanson comme Ocean Gateways m’a plu dès les premières écoutes. Copinant avec le style de Morbid Angel, autant musicalement que vocalement, cette chanson expose une certaine massivité métalloïde en plus d’une domination musicale exquise avec sa basse ondoyante, les guitares effilées et les percussions généreuses. Du côté apocalyptique de l’album, il faut attendre la ténébreuse Velocity qui nous remémore les deux derniers albums d’Emperor, car le groupe proposait des enregistrements plus stylisés comparativement à l’essence beaucoup plus brute des premières années. On peut ressentir ce type d’influence sur cette pièce mais sans dénaturer l’essence même d’Obscura qui garde sa vision élitiste de la technique et des instruments bien joués. Avec une guitare sèche en introduction, nous devrions nous attendre à une certaine accalmie sur Prismal Dawn, surtout avec la voix susurrée qui suit, rappelant Opeth au passage mais par la suite, le tout se dirige vers une progression métallique forte tout en demeurant fidèle au style du groupe. Très habile!

Performances hallucinantes aux multiples styles passant du métal le plus excessif qui copule avec le jazz fusion ! Obscura épate, c’est aussi fantastique que ça !

www.obscura-metal.com






  Note de MU : 9/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau