Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
BARF
Anonymus
Stitched Up Heart
Spirit Adrift
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2465
Nouvelles: 27667
Entrevues: 115
Critiques en Vrak
Groupe: Loits
Album: Vere Kutse Kohustab
La scène estonienne n’est pas très connue ici. Cependant, Loits devrait attirer l’attention ailleurs que dans leur pays balte puisque la qualité de la musique qu’ils produisent est excellente. «Vere...
Groupe: Gothërfall
Album: Blacksphere Architecture
Plutôt rare et inattendu pour notre scène metal québécoise, le groupe montréalais Gothërfall vient de sortir un album de black metal symphonique d’une extrême violence que les fans d’Anorexia...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Leprous
 Album: Bilateral (2011)
Note:
9.8/10
Style : Progressive Metal

Compagnie : InsideOut Records

Format : CD

Liste des pistes :

1. Bilateral (4:00)
2. Forced Entry (10:20)
3. Restless (3:30)
4. Thorn (5:47)
5. Mb. Indifferentia (6:33)
6. Waste Of Air (5:32)
7. Mediocrity Wins (6:07)
8. Cryptogenic Desires (2:45)
9. Acquired Taste (5:13)
10. Painful Detour (8:18)
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Yanick Tremblay
 
Yanick Tremblay
Habituellement, en octobre, c’est à ce moment que l’on se demande quels seront les albums à mettre dans notre Top de l’année. Je jonglais encore avec trois choix dernièrement mais je dois conclure que c’est avec la formation Leprous et leur album Bilateral que mon choix s’arrête pour 2011. Ce disque est, à mes oreilles, parfait sous toutes les coutures, et en voici les raisons :

Cette formation présente une série de musiciens de haut calibre (Leprous est le « backing band » d’Ihsahn, chanteur d’Emperor lorsqu’il est en mode solo) qui préconisent une sonorité musicale à forte teneur progressive, le tout enveloppé dans une couche métallique lourde et une facilité à créer des chansons accrocheuses, aux confins du pop métal même. Le chanteur du groupe, Einar Solberg, propose une voix qui se rapproche de celle de Garm d’Ulver lors de certains moments. Musicalement, si je dois mettre les comparaisons d’usage, j’irais avec une dose musicale des artistes que sont Opeth, Devin Townsend et Dream Theater, ce qui expliquerait en partie la sonorité de Leprous.

Sur les 10 chansons de ce troisième album de Leprous, aucune ne semble orpheline versus ses consœurs. C’est une entité qui ne présente que des forces, aucune faiblesse grâce à des chansons qui sont toutes différentes les unes des autres mais qui suivent le même fil conducteur, c’est-à-dire des pièces complexes mais totalement accrocheuses par le fait même.

Avec la chanson titre en ouverture, les bases sont solides dès le début du disque. Nous savons que Leprous possède un certain poids métallique mais le groupe aime s’aventurer dans les méandres de la complexité musicale. La seconde, Restless, nous amène vers d’autres horizons plus célestes en ouverture pour ensuite nous plonger vers une sphère plus criarde et métallisée. La chute vers la folie se poursuit avec le chant plutôt aigu, mais jamais insoutenable, pour terminer le tout dans un univers chaotique qui demeure contrôlé.

La pièce la plus longue de l’album est Forced Entry avec ses 10 minutes qui passent de façon rapide grâce à des changements de structures nombreux mais aucunement étourdissants. C’est une chanson dynamique qui possède quelques moments plus apaisants dans ses arrangements et les nombreuses couches vocales qui créent un environnement sonore puissant. Avec Thorn, on retrouve de la trompette en quantité infime, un instrument plutôt rare dans ce genre musical, en plus de la voix caverneuse d’Ihsahn d’Emperor. Sur cette chanson, l’esprit du rock plutôt régulier flotte agréablement lors des couplets tandis que les refrains nous rappellent étrangement la voix de Jonathan Davis de Korn.

Les véritables « coups de calibre .12 dans la gueule » sont envoyés avec des chansons comme Mb. Indifferentia qui présente une finale de haute voltige vocale à la toute fin à vous faire dresser les poils sur les bras si vous êtes un amateur de voix puissantes et justes, Waste of Air pour sa portion plutôt contretemps comme si les membres de Meshuggah étaient plus que fortement influencés par King Crimson, Mediocrity Wins qui a une touche très Faith No More dans sa livraison musicale et vocale en plus de Cryptogenic Desires avec sa cadence rythmique trop puissante.

Un album fantastique que j’écouterai probablement encore l’an prochain, dans 5 ans et même dans 20 ans!

Chapeau très bas pour ce disque plus-que-parfait de musique progressive et d’avant-garde!

www.facebook.com/leprousband









  Note de MU : 9.8/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau