Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2476
Nouvelles: 27667
Entrevues: 117
Critiques en Vrak
Groupe: Manowar
Album: Gods of War Live
On peut rire de Manowar et de leur attitude résolument virile, mais nul ne peut renier leurs performances sur scène. Gods of War Live est le troisième album live des Kings of Metal, et comme son nom...
Groupe: Hate Eternal
Album: Phoenix Amongst the Ashes
Erik Rutan peut dormir tranquille maintenant, les problèmes de jadis semblent loin, très loin même. Grâce à une formation plutôt stable, qui comprend le Montréalais Jade...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Putamen Insula
 Album: Putamen Insula (2011)
Note:
7.5/10
Style : Black Metal

Compagnie : Productions Haineuses

Format : CD

Liste des pistes :

01 - EXTREME VIOLENCE
02 - TECHNICAL DEATH
03 - MK ULTRA
04 - ALWAYS ALMOST DEAD
05 - DIGGING HANDS
06 - TU PLEURES, JE DÈCHE
07 - DEATH OF A PERSONALITY
08 - CHICHEN-ITZA
09 - MEILLEURE CHANCE LA PROCHAINE FOIS
10 - DRUNK TANK
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Pierre-Yves Bédard
 
Pierre-Yves Bédard
Putamen Insula est une formation montréalaise qui oeuvre dans le Black Métal depuis maintenant trois ans. Malgré tout, sa présence ne fut remarquée qu’en 2011 avec la parution de leur tout premier démo intitulé ‘’Jam 2010’’. À peine six mois après leur première sortie, il revient avec son tout premier effort studio dont il sera question dans les prochaines lignes. Il suffit de chercher quelques minutes pour découvrir que le trio se décrit comme une entité oeuvrant dans le ‘’disgusted metal’’. Comment ne pas être attiré par cette appellation à la fois innovatrice et louche. C’est donc avec une oreille intéressée que je me suis attardé à cette galette.

Tout d’abord, avant même d’avoir déballé l’album, quelque chose de mythique s’en dégage. En effet, la pochette créée par Mathieu Vaillancourt est originale et se détache complètement de ce que l’on retrouve actuellement sur la scène Black Métal. Je dois avouer que l’analogie entre les trois petits cochons et l’inscription ‘’Il était une fois… Putamen Insula’’ m’a charmé à la fois par sa fraicheur et le lien entre le début d’une histoire et le premier opus complet de la formation.

Dans un autre ordre d’idées, dès que j’ai inséré le disque dans mon lecteur, j’ai découvert un produit captivant, mais désappointant. En effet, tout au long de l’écoute, Putamen Insula sait maintenir une atmosphère de haine et de violence qui cadre bien avec l’image qu’il dégage. La majorité des pièces présentées ont un tempo qui saura plaire à plusieurs en raison de sa rapidité et de sa fougue enivrante. Là ou le trio n’a pas su répondre à mes attentes est dans la qualité de son enregistrement. Certes, personnellement, j’adore une ambiance minimaliste ou lorsque l’enregistrement se fait avec le matériel le plus crasseux de la planète. Par contre, dans le cas présent, certaines coquilles ont fait de mon expérience une aventure très agréable, mais avec une légère déception. Tout d’abord, aux vocaux, Sovannak exprime son dégout avec une voix rauque, criarde et intense. Sa tonalité est tout à fait adéquate considérant les thèmes lyriques exprimés par les montréalais. Malgré sa bonne performance à ce niveau, son assignation secondaire est ce qui m’a le plus déçu. Plus précisément, en ce qui a trait à la guitare, les mélodies sont bien construites même si elles se situent dans un registre qui n’explose pas les limites de la normale. Ce qui m’a fait le plus sourciller est la manière dont cet instrument crucial fut capté. En effet, à plusieurs endroits, les notes sonnent comme si elles étaient jouées trop rapidement sans laisser au son la possibilité de s’épanouir d’une manière juste. Ce problème n’est pas présent lors des passages plus langoureux, mais se fait plutôt remarquer lors des moments où la cadence est accélérée. Un bon exemple de ce phénomène est la pièce ‘’Technical Death’’ ; peut-être que l’ajout d’un guitariste de soutien permettrait au protagoniste principal de se concentrer davantage sur les passages nécessitant plus de doigté. Changement de sujet, à la basse, Vincent m’a agréablement surpris. On entend son instrument claquer à souhait et il ne se contente pas de suivre la mélodie principale, ce que j’adore. Il est sincèrement un des points forts de cette expérience. Finalement, à la batterie, Mark propose une versatilité digne de mention. Lors de moments plus intenses, il vient ajouter une dose massive d’agressivité et quand il se doit d’être plus posé, il réussit à apporter une lourdeur digne de mention.

En résumé, avec ‘’Putamen Insula 2011’’, le trio de Montréal vient s’afficher sur la scène québécoise actuelle. Certes, l’album qui fut traité dans la présente critique n’est pas renversant ni révolutionnaire, mais laisse présager un avenir intéressant pour Putamen Insula si ce dernier peaufine le matériel qu’il a à offrir. La violence, la hargne et le mal sont au rendez-vous, mais il manque certains éléments afin de faire de cet opus une œuvre qui restera gravée dans la culture du Black Métal Québécois.


  Note de MU : 7.9/10 Note des Membres : --/10  

 Auteur : Yanick Tremblay
 
Yanick Tremblay
Attitude punk, sonorité minimaliste et discordante du black métal et de gros fuck you en français (un léger pourcentage!) sur une production bon marché mais qui déborde de conviction. C’est ce qui est offert par Putamen Insula, un groupe québécois qui déchiquette le genre pour en faire des confettis de haine ! Ce n’est pas pour toutes les oreilles, ce n’est pas toujours droit au niveau technique mais ce qui importe dans ce genre de black métal aucunement poli ou apprivoisé, c’est l’assurance du produit, rendu avec cœur.

En y allant avec des chansons à la structure dénaturée comme MK Ultra, Drunk Tank ou Tu Pleures, je Dèche, nous sommes en présence d’une laideur qui frappe à la base, ça choque et ce, autant au niveau du texte qu’au niveau de la livraison sonore. Mais sous cette crasse volontaire se terre une affection du genre qui prend tout son sens dans cette panoplie de sons aussi tonitruants !

Tel qu’annoncé, ce n’est pas pour toutes les oreilles. Les plus puristes de nos lecteurs pourront comprendre Putamen Insula tandis que ceux qui carburent aux tendances imposées par l’élite du bon goût détesteront passionnément… et c’est probablement l’un des buts visés par le groupe !


www.myspace.com/putameninsula





Putamen Insula sera du Festival La Messe des Morts, le 25 novembre!


Cliquez ICI pour avoir tous les détails!



  Note de MU : 7/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau