Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
BARF
Anonymus
Stitched Up Heart
Spirit Adrift
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2465
Nouvelles: 27667
Entrevues: 115
Critiques en Vrak
Groupe: The Kenny Wayne Shepherd Band
Album: How I Go
La carrière de Kenny Wayne Shepherd ne date pas d'hier. Jouant de la guitare depuis l'âge de sept ans, il a su placer plusieurs simples dans les palmarès, notamment avec l'album "Trouble...
Groupe: Exodus
Album: Exhibit B: The Human Condition
Trois ans après la parution de l’album ‘The Atrocity Exhibition... Exhibit A’, le groupe Thrash de San Francisco nous offre une suite logique intitulée ‘Exhibit B : The Human Condition’. L’album...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Sepultura
 Album: Kairos (2011)
Note:
8.5/10
Style : Thrash Metal

Compagnie : Nuclear Blast

Format : CD

Liste des pistes :

Spectrum
Kairos
Relentless
(2011)
Just One Fix(MINISTRY Cover)
Dialog
Mask
(1433)
Seethe
Born Strong
Embrace The Storm
(5772)
No One Will Stand
Structure Violence (Azzes)
(4648)
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Yanick Tremblay
 
Yanick Tremblay
Quand j’ai vu que j’avais le nouveau Sepultura à critiquer, j’ai eu des frissons car je savais que j’allais m’en cri**er royalement. Derrick Green pour moi n’est pas celui qui a su remplir sa mission, celle de nous rendre un Sepultura crédible même sans Max Cavalera. J’ai toujours douté du choix des membres restants à l’époque. Aie, un groupe de la trempe de Sepultura qui se cherchait un chanteur ? Les candidats devaient se bousculer aux portes !

Donc, il aura fallu 6 albums à Green pour enfin me convaincre de son potentiel en tant que leader de la plus grande formation brésilienne existante sur la planète, désolé Angra… car je peux enfin faire la paix avec Green à ce sujet qui comporte une tension si intense. Kairos n’est pas L’ALBUM qui va nous faire oublier Max Cavalera comme a pu le faire un John Bush sur Sounds of White Noise d’Anthrax qui nous faisait oublier Joey Belladonna ou ce que Bruce Dickinson proposait sur The Number of the Beast, ce qui éclipsait totalement Paul Di’Anno.

Mais Kairos est plutôt le disque qui va nous faire oublier tous les autres albums précédents qui brillaient tous par leur côté couci-couça. Effectivement, on peut sentir qu’Andreas Kisser a encore le feu bien ardent, que la passion métallique brûle en lui. De côté sont les concepts empruntant à Clockwork Orange ou les bizounages tribaux avec quelques joueurs de djembé provenant d’une tribu du fond de l’Amazonie, tout ça est loin… Que du métal mur à mur, c’est ce qui est présenté sur Kairos !

C’est de manière féroce que l’album commence en nous propulsant une chanson du nom de Spectrum que demeure très flegmatique comparativement à la suivante, la pièce titre. Comme cinquième chanson sur l’album, une reprise de Just One Fix de Ministry nous est livrée de façon juste et concise par le groupe. Avec un départ plutôt intéressant, c’est par la suite que le tout devient plus intéressant, que la pédale est mise à fond avec la chanson Dialog qui propose, en plus d’un riff prompt et assourdissant, un refrain mémorable. Avec Mask, Sepultura retrouve ce qu’il fait de mieux : du métal punitif aux accents discordants et un groove robuste bercé par le jeu habile de Kisser aux guitares.

Et le bonheur là-dedans ? Aucune chanson de hippie au tam-tam ! Rien, vous avez bien lu !

L’abattage se poursuit sur l’album et nous en sommes tellement, comment dirais-je… bienheureux ? Seethe est une chanson qui balance bien la vitesse, le jeu de guitare et les percussions précises. Born Strong aurait pu être une chanson rejetée des sessions de Arise à l’époque par son jeu semi-tribal dans l’interprétation des guitares et l’impulsion de la batterie. Il n’y a que la chanson Structure Violence (Azzes) qui peut tomber sur les robignolles à la longue avec sa cadence électronique, quelques intonations semi-tribales très courtes et des échantillonnages de voix en portugais.

Je me sens en paix maintenant avec Sepultura, c’est un retour au jeu qui me plait. Par le passé, avec les albums de l’époque Derrick Green et même Roots dois-je avouer, j’avais le doigt sur la fonction Fast Forward et je m’en donnais à cœur joie ! Kairos est un disque judicieux qui nous rappelle de ne jamais perdre espoir envers les pionniers du genre qui semblaient s’éloigner du troupeau ! Aucun Fast Forward avec Kairos, non !

http://sepultura.uol.com.br/





  Note de MU : 8.5/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau