Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2465
Nouvelles: 27667
Entrevues: 113
Critiques en Vrak
Groupe: Alestorm
Album: Captain Morgans Revenge
Après des journées de tempêtes, des changements de musiciens et de nom, Alestorm est enfin prêt à lever les voiles vers l’aventure ! Captain Morgan's Revenge est le premier album de la formation...
Groupe: Adagio
Album: Sanctus Ignis
La période des guitares-héros, comme j’ai suivi ce mouvement dans le milieu des années 80. Et voilà qu’un compatriote français prénommé Stéphan Forté, jeune guitariste talentueux qui nous offre son...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Anvil
 Album: Juggernaut of Justice (2011)
Note:
8.3/10
Style : Heavy / Power Metal

Compagnie : The End Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. Juggernaut Of Justice 03:40
02. When Hell Breaks Loose 03:11
03. New Orleans Voodoo 04:25
04. On Fire 03:23
05. Fuckin' Eh 04:08
06. Turn It Up 02:57
07. The Ride 03:12
08. Not Afraid 03:44
09. Conspiracy 03:20
10. Running 02:54
11. Paranormal 07:04
12. Swing Thing 03:00
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Albert Lamoureux
 
Albert Lamoureux
Fort du succès de leur documentaire, le groupe Anvil nous offre un nouvel album qui est en quelque sorte leur manière de se faire justice. Pour un second album consécutif, le groupe enregistre leur musique en trio, ce qui fonctionne très bien pour ces derniers. On retrouve donc Steve ‘Lips’ Kudlow à la guitare et à la voix, Robb ‘Robbo’ Reiner à la batterie et Glen ‘G5’ Gyorffy à la basse.

‘Juggernaut Of Justice’ est le nom de l’album et c’est aussi la première pièce de l’album. Le style musical et la structure de la composition restent fidèles à ce que le groupe nous a offert dans le passé. La mélodie est simple, entrainante et bien soutenue par la section rythmique. Le fait que le groupe est maintenant un trio se transpose évidemment en un son plus aéré. Le rythme de ‘When Hell Breaks Loose’ est beaucoup plus rapide et entrainant que celui de la pièce précédente. Lips nous offre du même coup une prestation beaucoup plus mélodique à la guitare. Avec son style rappelant Motörhead, cette pièce sera adéquate pour faire participer la foule lors des concerts. L’introduction de basse du titre ‘New Orleans Voodoo’ est marquante, il est dommage qu’elle fasse penser à celle que l’on retrouve sur ‘Dawn Patrol’ de Megadeth. La pièce prend plus de rythme par la suite avec la venue des autres instruments et véhicule pleinement l’atmosphère sombre et lugubre de la composition. Des influences de Megadeth, on passe à celles de Deep Purple sur la pièce suivante. C’est avec une reprise de ‘Burn’ que le titre ‘On Fire’ débute. Vous comprendrez que ce n’est pas un hasard si, en plus de la musique, on retrouve des compositions ayant des titres similaires! Après cette reprise d’introduction, nous retrouvons un rythme soutenu et rapide qui met en évidence Robb à la batterie. Lips se démarque à son tour lors du solo de guitare. S’il y a une seule pièce qui se démarque de l’album et qui sera jouée lors des concerts pendant plusieurs années, c’est bel et bien ‘Fuckin Eh’. La musique est mélodique et classique, de plus, son refrain est parfait pour faire participer la foule. ‘Turn It Up’ est une autre pièce qui se démarquera lors des concerts avec son style puissant et direct. Pour la première fois depuis qu’il a joint le groupe, Glenn Gyorffy s’occupe de la voix sur un titre. Sans être une grande performance vocale, Glenn fait du bon travail sur ‘The Ride’. Sa voix est agressive et plus basse que celle de Lips, ce qui s’agence bien avec la férocité de la musique. Après quelques pièces moins mélodiques, le groupe revient en force avec le titre ‘Running’. La musique est rapide et la mélodie est centrée sur une guitare lourde et simpliste. C’est ce style qui a fait le succès du groupe lors de leurs premiers albums et ils connaitront certainement autant de succès avec cette nouvelle composition. Le groupe s’aventure dans le style Doom sur ‘Paranormal’. On y retrouve une musique qui rappelle ‘Electric Funeral’ de Black Sabbath, en plus lent. Après plus de 6 minutes de cette musique lugubre, nous avons droit à une partie plus rapide et enjouée en fin de composition. Cela semble nous préparer mentalement pour le dernier titre de l’album qui est intitulé ‘Swing Thing’. Cette instrumentale en surprendra plusieurs par son style aux arrangements jazz ainsi que par la présence de cuivres! Oui, vous avez bien lu, nous avons un ensemble de cuivre sur une pièce d’Anvil. Mais ce qui est encore plus remarquable c’est l’excellent travail de Robb à la batterie. Tout comme il le fait avec ‘March Of The Crabs’ et ‘White Rhino’, il est facile de le voir épater la foule en combinant cette pièce à son solo!

Avec leur longue carrière et leur succès mitigé depuis de nombreuses années, le groupe aurait pu faire comme plusieurs autres et réorienter son style à plusieurs reprises. Mais non, ils ont continué dans la même direction. Ce quatorzième album n’est pas seulement le résultat de cette persévérance, il est aussi l’un des meilleurs du groupe depuis longtemps. En plus des éléments traditionnels qui ont défini leur style durant le début de leur carrière, nous avons droit à d’heureuses surprises. ‘Juggernaut Of Justice’ est un album que les amateurs de longue date vont aimer, mais il sera une belle découverte pour ceux qui pensaient que le groupe avait tiré sa révérence après leur quatrième album.



  Note de MU : 8.3/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau