Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2456
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112
Critiques en Vrak
Groupe: Terrordome
Album: We’ll Show you Mosh, Bitch!
Ce groupe m’a contacté par un intermédiaire, ici au Québec. Terrordome vient de Pologne mais n’est pas un groupe typique de la place : pas de death métal au menu ! Étrangement,...
Groupe: All That Remains
Album: For We Are Many
La prestation de All That Remains lors leur passage à Québec le 26 Septembre dernier m'avait laissé sur ma faim, trop court et pas beaucoup de nouvelles chansons. J'en voulais plus! Et le 5e CD du...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Overkill
 Album: Ironbound (2010)
Note:
8.7/10
Style : Thrash Metal

Compagnie : Nuclear Blast

Format : CD

Liste des pistes :

01. The Green and the Black
02. Ironbound
03. Bring Me the Night
04. The Goal is your soul
05. Give a Little
06. Endless War
07. The Head and Heart
08. In Vain
09. Killing for a Living
10. The Src
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Daves Couture
 
Daves Couture
Overkill n’en est pas à ses premières armes dans le monde du Thrash Metal. Avec ce que je considère comme un passage à vide depuis 15 ans environ, cette formation a quand même su rouler sa bosse malgré quelques embûches. Pas que les produits présentés étaient foncièrement mauvais mais ils ne pouvaient tout simplement pas se comparer aux chefs d’œuvres des années ‘The Years of Decay’ et ‘Horrorscope’. Ironbound nous arrive en 2010 et surprise, Overkill passe par Québec pour sa tournée promotionnelle. Que nous réserve cet album à la suite de cette période creuse? Je dois admettre que je suis un amateur de Thrash Metal et de Overkill depuis les années de ‘The Years of Decay’, c’est-à-dire 1989. Je crois que je vieillis….

Sans dire que j’avais porté une grande attention à Overkill depuis un bout de temps, les albums présentant des caractéristiques tellement différentes à chaque occasion, il était évident que le groupe cherchait à changer d’image à chaque CD et on ne savait trop à quoi s’attendre. On pensait que l’on avait trouvé une formation qui nous convenait parfaitement pour par la suite se rendre compte que l’album suivant ne respectait plus la ligne qui nous avait plu à l’origine. Ironbound est certes différent de ces prédécesseurs, on y retrouve essentiellement les couleurs marquantes à l’origine du succès de Overkill à ses débuts dans les années ’80. Je me permets de vous mentionner ici les albums ‘The Years of Decay et Horrorscope’. Malheureusement, la comparaison avec cette époque nous révèle certaines faiblesses évidentes. Certains rythmes des pièces qui se retrouvent sur Ironbound sont essentiellement des versions remaniés et assez semblables à ceux que l’on retrouve sur ces 2 chefs d’œuvre. Je ne crois pas par compte que ces similarités nuisent au produit dans son ensemble. La composition est de retour au sommet et la production qui en résulte est phénoménale. C’est exactement le matériel que Overkill aurait dû produire depuis ses débuts. Il a fallu attendre 2010 pour en savourer tout le potentiel. Tous les ingrédients dans les rythmiques y sont présents. Des guitares lourdes qui s’appuient énormément sur les rythmiques solides du batteur, celui-ci s’étant bien mis au fait des tendances modernes de compositions, et la voix de Bobby Blitz Ellsworth qui n’a rien perdu de son efficacité. On y retrouve même certaines influences de Iron Maiden dans la pièce ‘Endless War’, ce que je n’avais pas entendu de ce groupe jusqu’à maintenant.

Ceci dit, l’album n’est pas parfait en soi. Il contient son lot de pièces qui ne vous accrocheront pas vraiment mais celles qui attireront votre attention auront un effet magique. The Green & the Black, Ironbound et Bring me the Night n’auront aucune peine à vous séduire mais Ironbound ne maintient pas ce rythme jusqu’à la fin. Sans dire que les pièces suivantes créent un essoufflement, il y a une énergie déficiente à l’exception de Endless War et The SRC. Pour conclure, l’essentiel de ce que vous apprécierez de Overkill se retrouve sur Ironbound et je n’ai pas hésité une seule seconde à acheter ce CD qui fait partie de mes écoutes régulières depuis un mois.


  Note de MU : 8.5/10 Note des Membres : --/10  

 Auteur : Albert Lamoureux
 
Albert Lamoureux
‘Overkill’ célèbre son 25e anniversaire avec la parution de leur 16e album ayant pour titre ‘Ironbound’. On retrouve le même personnel que sur l’album précédant soit Bobby ‘Blitz’ Ellsworth à la voix, D.D. Verni à la basse, Dave Linsk et Derek Tailer aux guitares ainsi que Ron Lipnicki à la batterie. Les deux premiers sont les derniers membres fondateurs du groupe, les guitaristes sont dans le groupe depuis plusieurs années et le batteur fait partie du groupe depuis 2005.

Passons maintenant à la musique de ce nouvel album. La première pièce a pour titre ‘The Green And Black’, soit les couleurs du groupe. Avec un tel nom, il n’y a aucun doute qu’elle soit dédiée aux amateurs du groupe. L’introduction semble familière et après quelques instants on fait le lien avec la mélodie classique que l’on retrouve sur la trilogie ‘Overkill’. Suit une musique endiablée et précise. On remarque immédiatement que Blitz chante et crie avec autant de passion que par le passer sinon plus. Les changements de rythme sont bien agencés et les solos de guitare sont impressionnants. Comme si nous n’étions pas assez pris à la gorge avec le premier titre, nous avons droit à une seconde pièce contenant un rythme agressif et saccadé. La batterie et la basse font front commun et sont au premier plan pour la majeure partie de cette composition. La section médiane est inattendue, mais reste en ligne avec ce que le groupe a déjà fait sur la pièce ‘Playing With Spiders/Skullkrusher’. Malgré cette partie plus tranquille, la pièce ‘Ironbound’ est parmi les plus lourdes de l’album! Même si le groupe n’a pas peur d’innover après toutes ces années, on retrouve le style classique qui a fait la force du groupe tout au long de ces années sur le titre ‘Bring Me The Night’. Il n’est pas surprenant que ce morceau soit le premier extrait et vidéo pour cet album. L’introduction sombre et mélancolique de ‘The Goal Is Your Soul’ fait lever le poil de la nuque tellement elle est impressionnante. La mélodie des guitares est simple, mais efficace et bien soutenue par une basse omniprésente. Les titres ‘Give A Little’ et ‘Killing For A Living’ sont un éloignement du style traditionnel du groupe, ils s’apparentent davantage à ce que Bliz a fait dans le projet ‘The Curse’. Néanmoins, le résultat est entrainant et technique et se marie bien avec les autres compositions de cet album. Ron Lipnicki nous offre une belle prestation sur ces deux pièces et est mis en valeur à plusieurs occasions. Les influences du groupe ‘Iron Maiden’ sont très évidentes sur la pièce ‘Endless Wars’ surtout au niveau des harmonies des deux guitares. Le mélange de la vitesse et des mélodies de guitares doubles est simplement sublime.

Malgré leurs racines bien ancrées dans le Thrash, le groupe livre un album actuel qui est nettement supérieur aux derniers albums du groupe tant au niveau de l’écriture que de l’exécution des musiciens. ‘Ironbound’ est un album incontournable pour tout amateur du groupe. C’est aussi une très bonne façon de fêter ses 25 ans!


  Note de MU : 8.9/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau