Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2465
Nouvelles: 27667
Entrevues: 113
Critiques en Vrak
Groupe: Kataklysm
Album: Shadows And Dust
La troupe de Maurizio Iacono est de retour avec un nouvel album. Après les derniers albums qui avaient laissé les amateurs un peu froids, Kataklysm se devaient de revenir en force. « Shadows & Dust »...
Groupe: Kaledon
Album: Legend Of The Forgotten Reign Chapter 5 - A New Era Begins
Les amateurs de power metal connaissent probablement la formation italienne Kaledon, qui est présent sur la scène metal depuis 1998. Après quatre démos et quatre albums studio, ces derniers...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Csejthe
 Album: La Mort du Prince Noir (2009)
Note:
8.5/10
Style : Black Metal

Compagnie : Mankind's Demise Records / Les Productions Hérétiques

Format : CD

Liste des pistes :

01. Invocation
02. La Mort du Prince Noir
03. Le Sang d'Harczy
04. La Comtesse
05. La Redoutable Ascendance
06. Destin Funeste
07. La Dernière Parade
08. Sans Croix et Sans Lumière
09. Conjuration


MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Pierre-Yves Bédard
 
Pierre-Yves Bédard
Depuis le seizième siècle, le nom de Csejthe est associé à la demeure de la tueuse en série la plus prolifique de l’histoire de l’humanité. En effet, ce château de Hongrie a abrité la Comtesse Erzsébet Bathory de son mariage jusqu’à ce qu’elle y fut emprisonnée suite à ses méfaits. Depuis 2006, une formation de la Rive-Sud de Québec porte le nom de ce dernier. Après un split avec Ziel Bevrijd et un demo en 2007 contenant les mêmes pièces, il revient avec un album pleine longueur qui fut rendu disponible au début de la tournée québécoise Blasphème et Sacrifices 2009 où ils assuraient le support direct de Monarque. «La Mort du Prince Noir» est donc composé de trois réenregistrements du split/démo, de deux nouvelles pièces qui furent entendues au Black Christmas VI et de morceaux instrumentaux.

La première particularité qui se fait valoir lors de l’écoute est la qualité des écrits. En effet, en plus d’être en français, ils sont bien construits et viennent transposer ce que le groupe raconte à son auditoire. En plus d’exposer chronologiquement certaines étapes marquantes de la vie de la Comtesse dont la mort de son mari, l’assassinat d’Ilona Harczy, les meutres à répétition, les bains de sang, son emprisonnement et sa mort, les paroles sont presqu’entièrement conjuguées à la première personne donnant l’impression de vivre les tranches de vie du monstre hongrois presqu’en direct.

Le deuxième point fort de cet album est l’atmosphère qui s’en dégage. Plus précisément, le sujet que les membres de Csejthe traitent n’est pas des plus joyeux et ils ont su transmettre toute cette froideur, cette haine, cette tristesse et cette cruauté de belle façon. Tout commence avec une pochette assez drabe représentant un portrait en noir et blanc du protagoniste principal de l’opus. Par la suite, aussitôt que le disque est inséré dans le lecteur, une musique au tempo modéré, noire, voire dépressive, se fait entendre. Les morceaux principaux (biographiques) sont souvent entrecoupés par ce que je me permets de nommer des interludes instrumentaux qui, sans ralentir la cadence de l’album, viennent apporter un côté ambiant qui saura assurément charmer les amateurs du genre. Musicalement parlant, la guitare met en scène des riffs intéressants caractéristiques du Black Métal sans toutefois tomber dans le déjà vu. Le vocal cadre bien avec l’image projetée par les Québécois et un certain écho constant donne l’impression que le chanteur livre les paroles du fond du château dont le groupe porte le nom. La basse se veut mordante et ajoute sincèrement une pesanteur qui rend la musique encore plus sombre. À la batterie, Frostruhm fait un travail digne de mention qui colle à la personnalité du quatuor même si les rythmes qu’il expose ne sont pas les plus techniques et complexes.

En résumé, Csejthe débarque avec un album pleine longueur qui saura intéresser plusieurs amateurs de Métal Noir Québécois. Le concept dans lequel il œuvre se veut des plus intéressants et la musique qui accompagne ce dernier se veut des plus convaincantes. Sans aucun doute, la formation de la Rive-Sud de Québec est dotée d’un talent de composition et d’écriture hors du commun. «La Mort du Prince Noir» est réellement un incontournable. Même s’il n’est pas entièrement fait de sang neuf, il vaut amplement le détour.

Jeune fille, sotte
Ton corps servira, en laissant couler ta vie sur moi
Ma jeunesse, fleurira




  Note de MU : 8.5/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau