Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2465
Nouvelles: 27667
Entrevues: 113
Critiques en Vrak
Groupe: Dezperadoz
Album: The Legend And The Truth
Plusieurs nouveaux sous-styles de metal sont apparus depuis quelques années. Par contre, c'est sûrement la première fois qu'un groupe s'identifie comme étant du western metal. Dezperadoz en est à...
Groupe: Blind Guardian
Album: The Forgotten Tales
Parfois, les groupes nous donnent vraiment des cadeaux très spéciaux. De plus, quand il s'agit d'une de leur force, nous pouvons nous attendre à un résultat de haute qualité. En fait, c'est un peu le...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Thy Majestie
 Album: The Lasting Power (2000)
Note:
8.5/10
Style : Power Metal

Compagnie : Scarleft Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. Thy Majestie Theme  
02. Wings Of Wind  
03. March Of The damned  
04. Under Siege  
05. Name Of Tragedy  
06. Durnovaria  
07. ...At The Village  
08. Mystery Of Forest 
09. Cruenta Pugna  
10. The Green Lands 
11. Sword Of Justice  
12. Tears Of Sorrow  
13. Treachery  
14. Nymph's Recall  
15. Time To Battle  
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Kéven Binette
 
Cette semaine, ma critique se portera vers le premier album d'un groupe peu connu ; The Lasting Power, du groupe Thy Majestie. Ce groupe Italien peu connu est le "band" le plus épique de ce qui m'est été donner d'entendre. L'album n'a que 6 chansons, mais il possède une intro et 8 intermèdes ! En écoutant ce "cd", on est transporter tout simplement dans un véritable conte de fée. Il n'existe presqu'aucun refrain répétitif, il n'y a que l'instrumental et la voix du chanteur qui conte sa fabuleuse épopée à travers un monde remplit de magie et d'épée...




La pochette. Le dessin a été entièrement fais à la main, une peinture sans doute. Il n'y que le " Thy Majestie " en haut à droite qui ait été faite à l'ordinateur. La pochette met en scène un chevalier sur cheval blanc opposant un chevalier à l'armure noire monté sur un étalon noire, se battant à l'épée. Ils sont sur un pont en ruine aux abords d'un château. Chapeau au peintre qui a réaliser cette peinture.




Pour groupe à l'air aussi épique, s'aurait été ridicule de ne mettre aucune intro. Heureusement, ils en ont fait une. Et quelle intro c'est !! Au début, on entend une légère brise qui prend de l'expension. Ensuite, une voix grave qui nous raconte une histoire. C'est une histoire hyper-classique. Les forces du mal se sont échapés de la " dark dimension " et ils propagent la terreur partout dans le monde, mais bien sur, seul un homme pourra les arrêter. Cet homme se nomme, bien sur ; Thy Majestie. L'intro enchaine sans perdre une seconde sur la première pièce de l'album. Il faut aussi préciser qu'il n'y a aucun arrêt pendant l'album, les chansons s'enchainent du début à la fin.




Il n'a pas le choix, Thy Majestie doit accepter son destin après tant d'atrocités, il est l'élu. " Wings of Wind ", dès le départ, débute avec un rythme très "chevaleresque". Après quelques secondes, on peut entendre la voix du chanteur. J'avoue que je n'est pas beaucoup aimé la voix que j'ai entendu. C'est difficile de voir si c'est la voix d'un homme ou d'une femme, mais au fur et à mesure que la pièce continue, on reconnait assez bien la voix d'homme. On l'adopte très vite. Pendant les deux premières minutes, Darlo Grillo ( le chanteur ) chante et les deux autres minutes d'après, ce n'est qu'instrumental, à part Darlo qui rechante le dernier couplet. Il ne faut pas s'attendre à un instrumental extraordinaire. Il n'est pas heavy ni trop speed, mais l'instrumental est parfait pour le genre ( épique ).




" March of the Damned " est le premier intermède de l'album et il porte très bien son nom pour la première minute ( l'intermède dure 1m58 ). Au début, des chevaux lancés au galot se font entendre enchainé par une sombre symphonie. Le tambour, qu'on entend à un rythme constant, et des " back vocals " de symphonie musicale sont les principaux ingrédients de " March of the Damned ". Par la suite, à la fin de la première minute, les même chevaux galopants se font entendre, et on entend quelqu'un qui entre dans une taverne et qui va discuter avec un sombre personnage. L'ambiance de la taverne est gai, mais les deux compères préparent un sombre complot...




" Under Siege " est la pièce la plus longue du disque ( 8m05 ). On entend que très peu la voix du chanteur dans cette chanson, à peine trois minutes, mais l'instrumental est vraiment à couper le souffle. Il nous projète vraiment dans la pièce. L'instrumental s'accorde vraiment parfaitement avec " Under Siege ". Comme le nom l'indique, la pièce met en scène les forces du mal qui attaquent le château. L'heure de la guerre a sonné ! Les solos de guitare que nous offre le guitariste sont vraiment excellent. De plus, le dernier couplet est chanté par une symphonie musicale en latin. Quel est sa signification, presque personne ne peut le dire. La chanson se termine avec une averse et des orages, enchainant sur le deuxième intermède...




" Name of Tragedy " laisse présager le pire pour les vaillants et le roi, qui ont défendus le château en plein siège. Malheureusement, l'armée du roi et le monarque lui-même ont perdu la bataille et sont mort. Tout sa, a été raconté par la même voix grave de l'introduction avec une triste mélodie et l'averse qui tombe toujours.




Le soleil se lève, les oiseaux gazouillent et l'averse cesse enfin. Une mélodie à la guitare accoustique ( est-ce bien sa ? Je ne m'y connais pas très bien en instruments ), à l'air elfique débute. " Durnovaria " ne possède pas cette air elfique pour rien, " Durnovaria " est la capitale des elfes.




" ... at the village " est l'intermède le plus court de l'album ( 49s ), et c'est aussi le troisième d'affilé ! Une douce mélodie, calme, mais entrainante, se fait entendre. Elle possède toujours cette air elfique. À la fin de la pièce on est entrainé dans une taverne elfique et, tout a coup, ( un elfe ? ) nous dit ; " I'll show you the mystery of forest... ", et la troisième chanson de l'album débute..




" Mystery of Forest " débute avec le même air elfique, entendu dans les 2 intermèdes précédents. Le mystère de la forêt est tout simplement un arbre. Un arbre magique protégé par les elfes et qui tient éloigné les forces du mal. " Mystery of Forest " est une bonne chanson, mais la voix du chanteur a tendance à endormir, puisqu'il ne hausse quasiment jamais la voix. Mais comme toujours, l'instrumental est superbe. Pendant les deux dernières minutes de la pièce, elle nous emporte totalement. Dans les dernières secondes de la chanson, des bruits de champ de bataille se fontt entendre pour laisser place au prochain intermède.




" Cruenta Pugna " est le plus long intermède de l'album ( 2m34 ). Grace aux sons " background " de la pièce, on nous fait littérallement survoler un champ de bataille. La chanson est chanté uniquement en latin par une symphonie musicale. Après les deux premières minutes, on survole l'endroit où des centaines de vaillants chevaliers ce sont battus contre de viles créatures. Champ de bataille silencieux et rougit par le sang. L'ambiance est vraiment là. Et tout d'un coup, une voix de femme se fait entendre...




" The Green Lands " est assez ordinaire comme intermède. Elle est chanté par une voix d'homme avec une voix de femme en " back vocal ", j'ignore si c'est la voix de Darlo Grillo, mais elle est assez calme. Ils chantent que nous sommes nés pour être libre, mais avant tout, nous sommes nés pour être des hommes. La quatrième pièce de l'album enchaine tout de suite après.




" Sword of Justice " est la pièce la plus ordinaire de l'album. Il y a trop de paroles et pas assez d'instrumental tant immersif que j'aime tant. Comme l'indique le nom de la chanson, la légende dit que seul une épée bien spécial pourra rétablir la justice dans le monde ( on peut aisément deviner que cette épée est à Thy Majestie ). Malgré qu'il y est beaucoup de parole, le refrain est répété quatre ou cinq fois, ce qui un peu trop pour un groupe comme celui-ci. Le rythme est assez endormant et long. C'est décidemment la chanson la plus ordinaire de l'album.




" Tears of Sorrow " est vraiment ma mélodie favorite de tout les temps, tout style confondus. C'est vraiment triste et doux comme mélodie, elle porte vraiment bien son nom. Il n'y a pas grand chose d'autre à en redire, à part ; excellent. À vous d'en juger.




" Treachery " est la ballade de l'album. La rythme n'est pas aussi bon que " Tears of Sorrow ", mais elle ne donne pas sa place non plus. La pièce nous donne aussi un bon aperçu du talent du chanteur qui nous offre quelques " haussement " de voix durant le " slow ". Il y a du potentiel ! " Treachery " nous raconte la douleur d'un homme à avoir trahis, qu'il n'a plus de raison de vivre, qu'il ne vivait que pour servir son roi. La pièce laisse la place à la dernière intermède du cd.




" Nymph's Recall " est une mini-histoire d'amour entre une nymphe et un homme. Elle lui dit qu'elle le suivre partout, même en disgrâce. L'histoire classique, quoi. " Nymph's Recall " est plus un dialogue, qu'une chanson. On entend Syphiride ( la nymphe ) et Arther ( l'homme ) se parler, avec, à la fin, une symphonie d'elfe qui chante. Cette pièce laisse place à la dernière chanson de l'ablbum...




" Time to Battle " aurait pu grandement améliorer. L'instrumental et l'histoire et excellente, comme à chaque fois, mais le je-ne-sais-quoi dans la voix du chanteur qui a tendance à m'ennuyer, est encore là. Malheureusement, durant l'histoire, on assiste pas à la guerre qui est annoncée. On ne voit que Thy Majestie ( ou Arther ? ) se préparer et prier avant la grande bataille. Il implore Dieu de lui envoyer ses anges pour l'aider durant sa bataille. Une bonne chanson, mais qui aurait pu être mieux si le chanteur aurait pu en mettre un peu plus. Dans les 30 dernières secondes de la pièce, le rythme de la chanson change du tout au tout. Une mélodie joyeuse s'entame et clôt l'album, et quand l'on regarde la dernière page du petit livret, on peut apercevoir l'heaume du " Dark Lord " fracasser par une épée...




En résumé, Thy Majestie est un jeune groupe qui possède énormément de potentiel. Certaines pièces de l'album auraient pu être améliorer, ce qui aurait fait un album parfait, mais on leur pardonne aisément, puisque c'est leur premier album. Le genre épique a été tout simplement été ré-inventer par ce groupe italien. Encore bravo !



  Note de MU : 8.5/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau