Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2465
Nouvelles: 27667
Entrevues: 113
Critiques en Vrak
Groupe: Compilation
Album: Louder than the Dragon - The Essential of Limb Music Products
Il y a quelque temps, Limb Music ( la compagnie derrière des artistes connus et moins connus comme Luca Turilli, Rhapsody, Mob Rules et Invictus, pour ne nommer que ceux là !) a eu l’excellente idée...
Groupe: In Flames
Album: The Jester Race
1996, The Jester Race … ces seuls mots évoquent à beaucoup de gens l’ère où les Suédois d’In Flames dominaient la scène du Death Melodic de Gothenburg. C’était leur 2e album, mais le premier avec...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Necrophobic
 Album: Hrimthursum (2006)
Note:
8.7/10
Style : Death Metal

Compagnie : Regain Records

Format : CD

Liste des pistes :

01.The Slaughter of Baby Jesus
02.Blinded by Light, Enlightened by Darkness
03.I Strike with Wrath
04.Age of Chaos
05.Bloodshed Eyes
06.The Crossing
07.Eternal Winter
08.Death Immaculate
09.Sitra Ahra
10.Serpents (Beneath the Forest of the Dead)
11.Black Hate
12.Hrimthursum
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Karyn Bellamy-Dagneau
 
Karyn Bellamy-Dagneau
En 1989, à Stockholm, Necrophobic s'est formé autour du drummer Joakim Sterner et du guitariste David Parland. Peu de temps après cependant, ce dernier quitte pour être remplacé par d'autres qui ne restent pas longtemps non plus, et ce, jusqu'en 1996. Alors arrive Sebastian Ramstedt en tant que premier guitariste, qui, en 2001, reçoit l'assistance rythmique de Johan Bergebäck. Avant leur introduction dans les rangs de la formation suédoise, Tobias Sidegård avait déjà fait son entrée comme chanteur en 1991 (c'est également lui qui fait la bass pour cet album, alors que depuis 2008, c'est Alex Friberg qui occupe le poste). Depuis la naissance du groupe, ce dernier a enregistré sept albums, dont celui-ci (n'est-ce pas?), Hrimtursum, parut en 2006. Necrophobic se veut inspiré entre autres des légendes Bathory, Slayer, Venom. En effet, la formation allie le black métal au death dans une thématique morbide, satanique et païenne – vous aurez donc deviné que les 60 minutes de Hrimthursum ne sont pas dédiées au triomphe de la chrétienté…

D'ailleurs, la pochette de l'album est assez représentative : une cathédrale tout en pointes dirigées vers le ciel brûlant dans un enfer de flammes au milieu d'un cimetière où le règne de l'hiver atrophie toute végétation. Dans la fumée noire prennent forme des visages démoniaques prêts, semble-t-il, à conquérir le tout.

Hrimthursum s'organise en douze morceaux ne dépassant pas les six minutes et vingt secondes. Seule la première pièce peut faire exception au reste, se présentant comme essentiellement instrumentale, mais avançant tout de même la couleur musicale de ce qui doit suivre. Elle offre ce que son titre exhibe, « The Slaughter of Baby Jesus », soit les cris terrifiés d'un nouveau-né au dessus d'une batterie assez militaire, auquel s'ajoutent les guitares et la volonté froide de l'assassin à la recherche de sa proie. « Blinded By Light, Enlightened By Darkness » s'impose immédiatement avec énergie. Le tout est mélodique et nous entraîne rapidement dans des riffs fort intéressants qui savent ne pas se faire oublier. Le jeu des guitares s'harmonise parfaitement avec le chant guttural mais compréhensible de Tobias. Très tôt, d'ailleurs, au milieu de mon tapage de pieds et balancement de tête, je pouvais scander avec lui « As I walk through the gateway »! Je tiens aussi à mentionner que le vidéo de ce morceau a été filmé et est disponible pour visionnent.

« I Strike With Wrath » débute avec l'appel hypnotisant de la première guitare auquel répond avec conviction la seconde, d'une voix plus grave. Mais ce n'est que lorsque Sidegård entre dans le jeu que l'ensemble prend de la vitesse. La bass se fait entendre aussi de temps en temps, quoique d'un débit traditionnellement plus lourd, elle se permet une certaine indépendance. « Age of Chaos » nous amène une atmosphère un peu plus pesante; l'ajout d'une chorale un peu diffuse y aide certainement, mais c'est en particulier dans la façon dont s'organisent à la fois les riffs des guitares et leur sonorité respective généralement plus basse qui donne ce résultat. Le sujet de la pièce étant plus sombre, le tempo est ralenti quelque peu et la bass se voit jouer un rôle plus important. La conclusion de ces cinq minutes et 49 secondes n'est pas très loin d'un espèce d'empressement fatal vers la fin de toutes choses, comme le corrobore les paroles : « The world is falling, it's falling apart / The earth is trembling in fear of the giants' wrath / So now you are standing with woven hands / Praying to a god that don't exist, tell me how foolish is that / We all are falling, we turn into dust / We are cast into oblivion, into the shadows of the past / Can you sense the nearing? The frozen rise from below / This is the bitter end for man, she is dying, bleeding at heart ».

Immédiatement, « Bloodshed Eyes » s'entame avec toute la vitesse épargnée par la pièce précédente. Traitant essentiellement de la renaissance du grand serpent infernal enserrant la Terre par les océans, Jormundgandr, ce cinquième morceau délivre son message avec précision dans sa première moitié pour ensuite évoluer vers ce qui pourrait s'interpréter comme une incantation destinée au réveil du fils de Loke. Cela s'exécute dans un chant clean multiple, grave et profond.

« The Crossing » présente un autre des enfants infernaux de Loke, Hel, régnant sur le monde des morts. Encore une fois, la façon dont les guitares et le chant s'entremêlent accapare tout l'intérêt de l'auditeur. Il semble évident, dans toute la noirceur inhérente de la composition des pièces, que chaque musicien est passionné par ce qu'il accomplit et est surtout décidé à offrir une musique sans compromis. Leur zèle est notable tout au long de l'album, parfois avec plus d'évidence qu'ailleurs. C'est encore le cas pour « Eternal Winter », où, si ce n'est pas la forte mélodicité des guitares qui fait du refrain un argument de réécoute, c'est la façon dont chaque mot décide de la ponctuation du rythme de l'ensemble qui fait de Hrimthursum un album à aduler.

Et « Death Immaculate » renchérit toujours de la même façon, sans jamais donner lieu à la répétition musicale. « You put your hope into the sky / For your souls salvation / I put my hope into the fire / For my souls damnation ».

Si un seul morceau doit sortir complètement du lot, ce serait sans aucun doute « Sitra Ahra ». Le sujet en est profondément satanique et agit de façon incantatoire dans le refrain. Comparée au reste de l'album, elle paraît dénuée de la complexité caractéristique des autres titres, elle est sobre. Délibérément plus lente, elle ne manque pourtant pas de faire sa marque. La tonalité des guitares est plus abrasive alors que la voix reste la même. « Serpents (Beneath the Forest of the Dead) » élabore un solo illustrant mieux la métaphore un peu facile décrite par Sidegård; une de racines s'entortillant comme des serpents dans le sol. Si c'est le seul morceau qui déçoit de l'album, « Black Hate » a le don de revenir en force avec un refrain qui reste en tête longtemps après l'écoute. Et les paroles ne constituent même pas le seul intérêt de cet avant-dernier titre. Bien sûr, c'est la progression mélodique des guitares.

« Hrimthursum » clôt le tout avec une insistance mise sur chaque instrument. Ici, le débit de la voix ralentit pour appuyer chaque mot, allant même jusqu'à une énonciation clean. De même, la basse se distingue dans sa gravité. Mais en aucun cas cela ne signifie que la batterie, elle, se réfrène.

Hrimthursum est un très bon album dont les éléments se distinguent les uns des autres, mais tout de même pas assez pour créer une disparité gênante. Je n'irais pas jusqu'à proclamer un concept, mais ce n'est pas loin. Mes meilleurs moments sont définitivement « Blinded By Light, Enlightened By Darkness », « I Strike With Wrath », « Age of Chaos », « Eternal Winter », « Black Hate » et « Hrimthursum ».


  Note de MU : 8.7/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau