Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
I Prevail
IHSAHN
Matriax
Dance Laury Dance
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2480
Nouvelles: 27666
Entrevues: 120
Critiques en Vrak
Groupe: Jorn
Album: Bring Heavy Rock To The Land
Un nouvel album pour le maître, Jorn Lande. "Bring Heavy Rock To The Land" est un autre album dédié aux fans de la scène metal/rock. Malgré sa contribution à Masrerplan et d'autres projets metal...
Groupe: Magic Kingdom
Album: Metallic Tragedy
Magic Kingdom en sont à leur deuxième album. Ils sont dans les rares groupes power metal à venir de Belgique et il exploite un son typique power metal, mais vous allez voir qu'il y a beaucoup plus...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Arcturus
 Album: The Sham Mirrors (2002)
Note:
9.8/10
Style : Black Metal

Compagnie : Ad Astra

Format : CD

Liste des pistes :

01. Kinetic  
02. Nightmare Heaven  
03. Ad Absurdum  
04. Collapse Generation  
05. Star-Crossed  
06. Radical Cut  
07. For to End Yet Again  

MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Andrew Gagné
 
Tout d’abord laissez-moi vous présenter Arcturus. Le groupe a été fondé par Jan Axel Blomberg (aka Hellhammer), batteur du groupe, et par Steinar Sverd Johnsen, claviériste. Au début de sa création, le groupe jouait du death, peu après ils ont changé de style en jouant du black metal atmosphérique et aujourd’hui, ils font du avant-garde metal, style qui est joué sur l’album que je vais critiquer. Sur The Sham Mirrors, le groupe est composé des deux fondateurs, du guitariste Knut M. Valle, du bassiste Hugh Stephen James Mingay et du chanteur Kristoffer Rygg (qui a quitté le groupe peu après la sortie de l’album). Bon passons maintenant à la critique de chaques pièces de cette aventure sonore.



L’album débute avec Kinetic. On est toute suite plongé dans une atmosphère sonore très spéciale. La voix du chanteur est modifiée, à certains moments, pour donner un style robotique à sa voix et ça donne un certain charme à la pièce, et sa voix mélodique et puissante nous transportent tout au long de la pièce. Le clavier et les effets sonores sont très présents dans la pièce et donne cette ambiance futuriste et robotique à la chanson. La batterie, la guitare et la basse forment la base de la mélodie qui est très entraînante et plaisante à l'oreille. La première pièce nous permet de rentrer directement dans l'album et nous présente à merveille ce qui nous attend tout long de notre écoute.



Ensuite, on continue avec Nightmare heaven. Elle débute sur un bon gros riff de guitare et la voix mélodique du chanteur arrive et nous amène des cet univers symphonique. Variation est le mot maître d’Arcturus, et cette pièce en est le parfait exemple. On a des moments plus lents, d’autres plus sombres, des changements de mélodies. Les effets sonores sont encore nombreux et donnent toujours cet aspect futuriste que j'aime bien et qui donne une originalité au groupe, une autre excellente pièce.



On poursuit avec Ad absurdum. La mélodie est plus heavy et sa fait un très bon contraste avec la voix mélodique du chanteur. En général, cette pièce est plus agressive que les précédentes avec son rythme plus rapide, les riffs lourds de la guitare et de la basse, et le clavier qui donne un son plus sombre, ténébreux, à la pièce. Vers le milieu de la pièce par contre, on a droit à un moment plus symphonique surtout avec le chanteur qui fait des « Ooouuuuhhhhh! Ooouuuuhhhhh! » et sa donne une belle ambiance à la musique. Un autre chef d’œuvre sur cet album.



On arrive à la moitié de l’album avec la quatrième pièce, Collapse generation. La pièce sur un rythme très rapide avec la batterie qui va à fond sur le « doublebass drum », la guitare, la basse et le clavier vont dans le même sens. Puis quand le chanteur arrive pour dire quelques mots, tout devient calme, une belle petite mélodie se fait entendre et on revient avec le rythme effréné du début de la pièce. Une pièce qui « thrash » beaucoup comme je les aime.



On enchaîne avec Star-crossed. Changement radical par rapport à la pièce précédente, on commence avec un clavier symphonique et des effets sonores qui donne une sorte d’ambiance donnant l’impression d'être dans l’espace. Puis un gros riff arrive, et la pièce devient soudain plus sombre, mais mélangée avec le chant et le clavier. Une pièce variée, accrocheuse et magnifique comme Arcturus nous offre depuis le début de cet album.



Radical cut est l’avant dernière pièce de l’album. La chanson est plus proche d’un black metal atmosphérique. Le chanteur a une voix qui est dans le style du black metal, le rythme est rapide et la pièce est la plus agressive de l’album. Encore une fois, un mur de son nous frappe directement, toutes sortes d’éléments symphoniques se font entendre par le clavier et autres effets sonores. La guitare, la basse et la batterie sont toujours sur un ton agressif, ce qui fait un changement par rapport aux autres pièces. J’adore tout simplement ce mélange mélodique et agressif.



La dernière pièce de l’album est For to end yet again. On termine l’album avec un pièce de 10 minutes 33 secondes et quoi de mieux que de terminer un album avec un tel chef d’œuvre. La pièce commence avec une ambiance spéciale, que je ne sais trop comment décrire, et le tout devient une belle pièce mélodique et atmosphérique quand Kristoffer Rygg se met à chanter. Une mélodie très accrocheuse et entraînante, une guitare bien présente, la basse qui renforce le son et un excellent jeu de batterie de la part de Hellhammer. La clavier, accompagné des effets sonores, donne toujours cette atmosphère spéciale à leur musique. Au milieu de la pièce, on a droit à un beau moment calme et symphonique exécuter par le claviériste. On tombe par la suite avec des effets sonores qui donnent une ambiance très « space » à la musique, puis la guitare entre avec un riff très heavy. La mélodie change complètement et on est rendu avec un rythme plus rapide, le chanteur fait plusieurs variations de voix qui donnent une certaine particularité à la pièce. En plus, il y a même un très beau solo, assez spécial, qui se fait entendre. La dernière chanson est sans contestée la meilleure de l’album.



The Sham Mirrors est un album excellent d’un bout à l’autre, aucun défaut n’est présent. La production est excellente et on entend très bien chaques instruments. La variation du rythme, le changement fréquent de mélodie, les différentes ambiances entendues, la voix mélodique et puissante du chanteur, la guitare et la basse utilisées de toutes sortes de manières et leurs riffs accrocheurs font de The Sham Mirrors un pur chef d’œuvre du metal. Cependant, ce n’est peut-être pas pour tout le monde vu sa complexité et sa sonorité hors de l’ordinaire, mais je conseille à tous d'écouter au moins une fois l’album. Il mérite de faire partie de la collection de tout fan de metal.


  Note de MU : 9.8/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau