Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
Seven Kingdoms
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2454
Nouvelles: 27667
Entrevues: 111
Critiques en Vrak
Groupe:
Album:
Groupe: Death Angel
Album: Relentless Retribution
C’est avec un changement au niveau du personnel de la section rythmique que Death Angel nous livre leur nouvel album intitulé ‘Relentless Retribution’. Nous retrouvons maintenant Damien Sisson à la...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Dream Theater
 Album: Octavarium (2005)
Note:
7.2/10
Style : Progressive Metal

Compagnie : Atlantic Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. The Root Of All Evil
02. The Answer Lies Within
03. These Walls
04. I Walk Beside You
05. Panic Attack
06. Never Enough
07. Sacrificed Sons
08. Octavarium
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Patrick Paquin
 
Octavarium est le 8e album studio du groupe de metal progressif New Yorkais Dream Theater. Pour apprécier la complexité de l’album, on doit savoir que c’est un album concept, non-seulement par les paroles, mais aussi par la musique. Le groupe tente de montrer que tout commence et fini au même endroit un peu comme une octave. Chacune des huit pièces commencent par une tonalité différente pour former une octave.

Musicalement, les chansons nous paraissent un peu séparées : les unes sont très entraînantes tandis que les autres tombent à plat. Comme exemple du premier cas il y a la première chanson : ‘’The Roots Of All Evil’’ qui contient des riffs très lourds, une voix rappelant celle de Dave Mustaine et un solo plus qu’intéressant. Cette énergie s’efface dès la seconde piste qui nous semble sortie tout droit de la trame sonore du film Mon Fantôme D’Amour .

Outre le line-up habituel Guitare, Basse, Drums que l’on connaît, Dream Theater ajoute plusieurs instruments comme beaucoup de groupes progressifs ont l’habitude de faire. C’est une symphonie composée de violons, pianos, guitares acoustiques, violoncelles, flûtes et même de cors français qui vous attend.

La cinquième piste, ‘’Panic Attack’’ est certainement le point fort du disque. La formation nous met dans la peau d’une personne très anxieuse et l’agressivité de la musique se marie bien avec le thème de panique et de stress. Je dois aussi souligner la complexité des enchainements de batterie que Mike Portnoy effectue.

Cet album contient aussi une chanson en hommage aux victimes des attentats du 11 septembre 2001 qui n’est pas si mal, mais la pièce de résistance est sans aucun doute la chanson titre. Une longue composition de 24 minutes propre au genre progressif divisée en cinq chapitres. La progression est excellente séparant le passage calme et le brutal par un solo.

En résumé, l’album est bien, mais en un tout. Si vous écoutez seulement une ou deux pièces, il est possible que ce ne soit pas les plus représentatives du groupe, mais si vous l’écoutez au complet vous serez en mesure de l’apprécier.

Les points forts: The Roots Of All Evil, Panic Attack et Octavarium.


  Note de MU : 7.5/10 Note des Membres : --/10  

 Auteur : Daves Couture
 
Daves Couture
Après avoir exploré le style METAL dans l'album Train Of Thought, un style qui lui convenait assez bien selon ma perception, DREAM THEATER s'éloigne de ce style pour se consacrer davantage au volet progressif. L'album Octavarium surprend autant par ses pièces fortement inspirées de PINK FLOYD que de U2. L'exploration musicale précinsée ici peut s'avérer un bon choix mais la différence marquée avec son prédécesseur est peut-être trop frappante.


Si l'on se rappelle bien le lien qui unissait la dernière pièce de l'album Six Degrees Of Inner Turbulence et la première de Train Of Thought, DREAM THEATER nous revient encore avec ce genre de lien. "The Root Of All Evil" est directement la suite logique de "This Dying Soul" autant par les séquences musicales empruntées que par la continuité de l'histoire racontée dans la première. Cette pièce se situe beaucoup mieux par rapport à Train Of Thought que les autres qui suivront. "The Answer Lies Within" est très peu énergique mais l'accent est principalement mis sur l'ambiance et elle est réussie dans cette mesure. Les amateurs de progressif remarqueront de façon évidente les liens avec l'un des grands de ce style qu'est PINK FLOYD. "These Walls" est de loin le morceau que je préfère mais je ne saurais dire à quelle influence elle se rattache. J'opterais pour un mélange de plusieurs styles et de leurs forces. La 4e pièce est très éloigné des autres car elle rejoint beaucoup plus la conception musicale de U2. J'ai fait le test avec des amis et la réponse a été très concluante quant à l'influence majeure de celle-ci. Intéressante sans plus mais très accessible. "Panic Attack" est très lourde et s'apparente plus au son qui caractérise Train Of Thought. Assez progressive mais le qualificatif "Metal Progressif" est l'expression qui décrit le mieux cette pièce. La 6e pièce utilise les effets dans la voix, caractéristique bien connue et utilisée assez souvent par DREAM THEATER. "Never Enough" joue encore dans le Progressif Metal avec un son très moderne, ce qui rend cette pièce encore assez lourde. "Sacrificed Sons" tombe carrément dans le style très pur du Progressif. On délaisse cette fois-ci le côté METAL et l'effet est réussie. La pièce titre de l'album Octavarium complète celui-ci et avec 24 minutes, elle se marie avec les grands classiques de groupes tels YES et plusieurs autres qui ont créé des chefs-d'oeuvre avec des morceaux de cette durée. Je ne pense cependant pas que cette pièce soit un grand classique mais plutôt un rapprochement avec ces générations et un témoignage que ce style a eu sur DREAM THEATER


Les amateurs de DREAM THEATER ne seront pas envoûtés par cet album, surtout que Six Degrees Of Inner Turbulence avait déjà abordé de façon intéressante certains volets de celui-ci. La réussite peut résider dans le fait que Octavarium est, somme toute, assez différent mais peut-être pas assez pour lui créer une identité propre. Vous savez cependant au moins une chose, DREAM THEATER ne reviendra pas avec une suite de cet album. Ceux qui sont déçus vont être heureux du changement et les personnes qui l'apprécient beaucoup vont pouvoir se tourner vers lui si le prochain s'avère plus décevant.


  Note de MU : 7.5/10 Note des Membres : --/10  

 Auteur : Alex Bélanger
 
Après l'excellent "Train of tought", les musiciens virtuoses de Dream Theater nous offrent cette année Octavarium, un album plus lent, plus progressif, bref beaucoup moins enlevant que son prédecesseur.





Plus convenu plus populaire ou probablement plus "commercial" autant par ses structures que son approche sonore, Octavarium decevra les gens qui comme moi, attendaient de Dream Theater qu'ils poursuivent dans la voie plus lourde et complexe abordée avec "Train of tought". Après une introduction en mid-tempo honnête, plusieurs ballades composent le début d'album; déjà, on se demande où sont passées les harmonies complexes et les prouesses époustouflantes d'antan? Plutôt, les voix riches, subtiles, à la fois puissantes et douces de James Labrie prennent une place prépondérante dans les pièces. Nous avons ainsi droit à un Dream Theater plus près du style rock progressif que du métal parfois expérimental de "Train of tought" ou même de "Metropolis part 2".





En milieu d'album, des pièces plus enlevantes (Panic attack) nous laissent entendre quelques segments instrumentaux plus poussés. Trop peu trop tard, l'auditeur réalisera bientôt qu'un petit quelque chose manque à ce disque...bref, la magie n'y est pas tout à fait. Même si les arrangements et l'enregistrement brillent d'une perfection équilibrée...Même si la pièce titre nous offrent 24 minutes de passages orchestraux, d'instruments divers et d'arrangements uniques, je suis resté sur ma faim.





Tous les éléments responsables du succès phénoménal de ce groupe "élite" de la scène mondiale du metal progressif sont pourtant bel et bien présents. Les musiciens demeurent des virtuoses hors-pair; cependant, rien de cet album ne m'a vraiment accroché. Pourquoi? La technicité hors-pair des musiciens de Dream Theater a probablement repris le dessus, pour leur permettre d'enregistrer et d'exécuter des pièces sans âme, sans magie, ennuyeuses à la limite.





En résumé, cet album s'adresse surtout aux fans invétérés du groupe. Pour les autres, revenez à "Train of tought" ou "Images and Words". Vous savourerez alors une musique plus sincère et mieux ressentie que sur Octavarium. Encore, pour découvrir les véritables innovations et implications des musiciens de ce groupe, allez voir du côté des derniers albums solos des artistes de Dream Theater (surout celui de John Petrucci), vous vous en sortirez à meilleur compte.




  Note de MU : 6.5/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau