Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2476
Nouvelles: 27667
Entrevues: 117
Critiques en Vrak
Groupe: DragonForce
Album: Sonic Firestorm
Nous les avions connus sous le nom de DragonHeart en 1999 grâce à leur tout premier démo. En 2001, ils changeaient de nom pour DragonForce sortant du même coup leur premier album, Valley of the...
Groupe: Maraude
Album: Court Présage
Maraude est une formation de Québec qui naquit en 2007. Il est composé de membres de Csejthe, Obscure Spell et Metallum. Sa sonorité générale peut se catégoriser dans un registre Black Métal, mais...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Heol Telwen
 Album: An Deiz Ruz (2005)
Note:
9.5/10
Style : Black / Folk Metal

Compagnie : Burning Star Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. An Douar eleh m’on ganet
02. An Deiz Ruz
03. Dahud
04. Ar Korrigan Du
05. Etre douae Mor
06. Epona part. 1
07. Epona part. 2
08. Enez Glaz
09. Kan Ar Kern
10. Son Ar Everezh
11. Heol Telwen
12. Ynis Witrinn
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Martin Mongeau
 
Le métal folklorique est devenu très populaire au cours des quatre ou cinq dernières années (popularité probablement causée par les effets combinés du Seigneur des anneaux et de World of Warcraft) et comme c’est souvent le cas lorsqu’un style devient populaire, nous assistons présentement à un baby-boom de groupes de folk métal. Comme nous le savons si bien, quantité ne rimes pas toujours avec qualité et bon nombre de ces jeunes arrivants sur la scène ne sont pas du tout digne de mention. Toutefois la formation parisienne Heol Telwen, après une seule écoute de leur album « An Deiz Ruz », est devenue un de mes groupes fétiches du genre. Ce qui les rend si intéressant c’est le fait que leur musique, malgré les flûtes, les cornemuses et tous ces joyeux instruments, ne perd rien de son intensité et sa brutalité. C’est du folk métal avec des couilles, si je peux me permettre l’expression.

L’album débute avec…des criquets et autres bruits de la forêt. Typique et pas très original me dis-je mais, après seulement quelques secondes, changements de ton : guitares acoustiques, flûte…Ouais bon, une intro qu’on pourrait coller à n’importe quel album de Cruachan ou Eluveitie ou Suidakra etc…puis paf! La première chanson, « An Deiz Ruz », commence : coup de poing sur la gueule, la guitare électrique nous arrache les tympans avec un son abrasif, et sale...Mais c’est fichtrement black métal ça! Le chanteur s’y met aussi avec un cri enragé…À la deuxième pièce, « Dahud », le groupe continue de défoncer la baraque et atteint sa vitesse de croisière, soit à peu près 200 km/h. La flûte joue avec autant de d’intensité que les guitares, elle n’est pas là pour nous faire faire des sets carrés! Sur la troisième piste, « Ar Korrigan Du », on se fait même servir on solo de guitare thrash comme on les faisait dans le bon vieux temps. De la cornemuse, des chœurs, du pipeau, ce que vous voulez mais toujours servi avec une bonne dose de YAARRRR! L’album continue ainsi jusqu’à la dernière chanson, « Ynis Witrinn », une outro qui tente autant que possible de stabiliser notre rythme cardiaque…Bref, cet album décoiffe à souhait.

Outre la musique traditionnelle, Heol Telwen va chercher ses influences dans le métal extrême, le thrash le death et principalement le black mélodique. En général l’album transmet une grande quantité d’énergie et de violence qui n’est aucunement ralenti ou amoindri par la musique folk. Un bon exemple de cet intensité c’est l’instrumentale « Etre douae Mor » qui débute avec une première partie traditionnelle mais déjà une intensité est présente, créée par la guitare acoustique et les percussions puis, lorsque les guitares électriques s’y mettent, c’est l’explosion! La pièce devient encore plus épique et intense sans pour autant être kitsch (ce qui semble être le problème de bon nombre de groupes de folk métal). La production quant à elle, est moyenne, comme c’est typique de beaucoup de groupe de black, ce qui a pour effet d’endurcir le son, de rajouter un peu plus de poil*. En ce qui concerne le talent, les instruments traditionnels ainsi que les guitares et la basse sont jouées avec brio, le seul point faible c’est le batteur qui parfois semble perdre un peu le contrôle lorsque le rythme est trop rapide.

En tout et pour tout, « An Deiz Ruz » d’Heol Telwen c’est l’album de folk métal le plus sauvage que je connaisse, c’est de la vraie musique de champs de bataille, les clowns de Turisas peuvent aller faire leurs leçons, ils en auraient long à apprendre de ces parisiens bretons. Si jamais après la troisième guerre mondiale faut que j’aille arracher la face de mon ennemi pour sauver mes récoltes, je vais le faire en écoutant du Heol Telwen. Mes coups de cœurs de l’album sont : « Ar Korrigan Du », « Epona » part. 1 et 2, « Kan ar Kern » et « Son Ar Everezh ».

* lire : pouèle


  Note de MU : 9.5/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau