Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
BARF
Anonymus
Stitched Up Heart
Spirit Adrift
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2466
Nouvelles: 27667
Entrevues: 115
Critiques en Vrak
Groupe: Orakle
Album: Tourments And Perdition
À une époque où la scène black metal de Québec gagne sans cesse en force, on ne peut pas négliger une présence très puissante provenant de la France. Le groupe Orakle distribue le 26 mai 2008...
Groupe: My Darkest Hate
Album: Combat Area
Vous vous réveillez un matin, mettons un lundi comme aujourd’hui. Vous avez la gueule de bois. Ou encore vous vous réveillez, car le beau père vous appel pour aller faire la toiture de sa maison à +...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Deicide
 Album: Till Death Do Us Part (2008)
Note:
8.2/10
Style : Death Metal

Compagnie : Earache Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. The Beginning of the End
02. Till Death Do Us Part
03. Hate of All Hatreds
04. In the Eyes of God
05. Worthless Misery
06. Severed Ties
07. Not As Long As We Both Shall Live
08. Angel of Agony
09. Horror in the Halls of Stone
10. The End of the Beginning
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Pierre-Yves Bédard
 
Pierre-Yves Bédard
Je n’étais encore qu’au berceau lorsque Deicide a commencé à faire pleurer les chrétiens avec sa musique toujours de plus en plus destructrice et satanique. Il ne se s’est jamais gêné pour ridiculiser la religion tant au niveau des paroles que des pochettes de disques. Par contre, il a connu des hauts et des bas à travers sa carrière presque légendaire. Avec «The Stench Of Redemption», paru en 2006, il a vraiment fait taire ses détraqueurs qui affirmaient que la formation était morte depuis longtemps en mettant au monde un album inspiré et près de la perfection. Évidemment, les attentes envers «Till Death Do Us Part», leur neuvième album studio, étaient très hautes étant donné le coup d’éclat de 2006. Est-ce que les morceaux de cet opus seront utilisés par les soldats américains pour torturer les prisonniers iraquiens tout comme «Fuck Your God» tirée de «Scars Of The Crucifix ?

Tout d’abord, dès le début de l’écoute, une atmosphère différente de celle habituellement créée par Deicide est présente. L’introduction est totalement instrumentale, avec un tempo relativement lent et agrémentée de quelques solos de guitare. Déjà là, il y a de quoi se sentir perdu. Heureusement, tout comme le Petit Poucet qui a déposé des morceaux de pain derrière lui pour ne pas perdre son chemin, l’auditeur se fait catapulter sur la bonne voie et à partir de ce moment, il est presque impossible de retoucher la terre ferme jusqu’à ce que la dernière note se fasse entendre. Comme depuis quelques efforts, les solos de guitare rapides et longs sont plus souvent présents qu’auparavant et il n’est pas rare de les retrouver côte à côte. Cet aspect très particulier représente un bon temps d’arrêt entre les blast beats omniprésents et les riffs envoûtants et violents qui viennent vous marteler les oreilles. Malgré tout, même si les pièces ont toutes des petites ressemblances, elles s’enchaînent bien et sont toutes intéressantes à leur manière. Par ailleurs, après toutes ces années de carnage et de profanation, il serait normal de dénoter une baisse de régime et de performance de la part du vocaliste Glenn Benton. Heureusement, sa voix se porte à merveille et sonne mieux que jamais. Sans aucun doute, l’homme ayant une croix inversée de sculptée dans le front n’a pas fini d’impressionner et de livrer des messages à caractère antichrétien. Si Jésus était encore dans sa tombe, il s’y retournerait jour et nuit.

En ce qui concerne le côté plus matériel de l’album, c’est bien réussi et pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la pochette, qui semble inspirée d’anciennes œuvres d’art à la saveur de Rembrandt attire vraiment les regards par sa beauté et par son côté plus lugubre. De plus, les collectionneurs ou les amateurs de garniture aimeront la «patch» «Glen Benton For President» et le bracelet offert sous certaines conditions. Il est aussi possible de se procurer la version vinyle qui vient en plusieurs couleurs en tirage limité.

En résumé, «Till Death Do Us Part» ne révolutionne pas et ne cause pas de surprise comme son prédécesseur l’a fait il y a de ça quelques années. Par contre, la recette gagnante semble bien conservée. Ce n’est pas l’album Death Métal qui change des vies, ni par son originalité, ni par sa brutalité, mais une chose est certaine, Deicide est bien vivant et continue de livrer du matériel qui est toujours intéressant à écouter. Certes, c’est un opus qui bûche à souhait et qui remplit très bien sa fonction primaire qui est de divertir l’amateur de Satan en chacun de nous. Une chose est certaine, le trio américain est là pour rester et n’a pas fini de nous donner des maux de cou.


  Note de MU : 8.2/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau