Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
BARF
Anonymus
Stitched Up Heart
Spirit Adrift
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2469
Nouvelles: 27667
Entrevues: 115
Critiques en Vrak
Groupe: Epica
Album: The Divine Conspiracy
La formation de metal symphonique Epica est de retour en 2007 avec son quatrième album, "The Divine Conspiracy". La troupe de la chanteuse Simone Simons allait tenter de proposer encore plus...
Groupe: Bleeker Ridge
Album: Small Town Dead
Bleeker Ridge est un jeune groupe de Orillia en Ontario et "Small Town Dead" est leur premier album. Peut-être avec quelques années de retard, il vous fera penser à des groupes rock du début...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Aborted
 Album: Strychnine.213 (2008)
Note:
5.2/10
Style : Death Metal

Compagnie : Century Media

Format : CD

Liste des pistes :


01. Carrion
02. Ophiolatry On A Hemocite Platter
03. I35
04. Pestiferous Subterfuge
05. The Chyme Congeries
06. A Murmur In Decrepit Wits
07. Enterrement Of An Idol
08. Hereditary Bane
09. Avarice Of Vilification
10. The Obfuscate

MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Pierre-Yves Bédard
 
Pierre-Yves Bédard
Aborted est un groupe de Death Métal Brutal qui a su se faire remarquer depuis le milieu des années quatre-vingt-dix. Que ce soit par leurs performances enflammées ou leurs pochettes toutes plus violentes les unes que les autres, la formation belge s’est formée un très grand bassin de partisans partout à travers le monde. Ils ont même une association de fans se nommant l’ «Aborted Army» qui se déguise en chirurgiens sanguinolents un peu tordus comme sur la couverture de «Goremageddon: The Saw and the Carnage Done». Après tant d’années à parler de décapitation, de sang et de chair déchirée, le groupe a décidé d’expérimenter une nouvelle avenue depuis quelque temps. Par contre, cette direction est de plus en plus présente dans l’album dont il sera question.

N’ayant pas vraiment pas porté une attention particulière à Aborted depuis «Goremageddon: The Saw and the Carnage Done», j’ai décidé de me replonger dans leur univers très «gore» que j’adorais tant où les pires tortures et agressions prenaient vie. À ma grande surprise et mon désarroi, je me suis senti égaré lors de l’écoute de Strychnine.213. Certes, le contenant, représentant une femme en très mauvais état, est toujours aussi attirant par ce qu’il dégage comme violence, mais le contenu n’est plus du tout représentatif de l’originalité du groupe d’autrefois. Comme il le décrit si bien, cet opus est un équilibre entre leur prodigieux passé Death Brutal et du Grindcore. J’avoue que certains mélanges entre les styles peuvent donner un produit fini très intéressant. Que ce soit le Black/Death de Behemoth, le Black/ Trash d’Aura Noir ou le Black/Punkish de Darkthrone, les résultats tiennent bien la route. Par contre, en ce qui me concerne l’alliage qu’ont fait de gros noms comme Cryptopsy et Aborted en amenant une touche «core» n’est pas plus résistant que la maison en paille du premier petit cochon dans la fameuse histoire pour enfants. Ceci aboutit bien sûr à l’écroulement de quelque chose qui a pris des années à construire, une réputation et un bassin d’amateurs qui vénèrent la formation depuis leur début.

Au niveau musical, Strychnine.213 a un tempo moins rapide que ses prédécesseurs. L’utilisation de la pédale double par le batteur est toujours présente, mais n’a pas autant de vélocité qu’auparavant. Par le fait même, les rythmes créés par ce dernier sont majoritairement lents pour du Brutal Death. De plus, les quelques solos de guitare et les riffs sont aussi ralentis, ce qui ne permet pas de créer autant d’énergie qu’un groupe œuvrant dans le domaine qu’il devrait. Par ailleurs, au niveau vocal, il y a beaucoup moins de profondeur qu’avant. La voix est relativement superficielle, ce qui cadre bien avec la nouvelle approche, mais qui en décevra probablement plusieurs. De plus, son registre se situe presque autant dans les aigus que dans les graves, ce qui n’a pas vraiment sa place. Dans un autre ordre d’idées, en ce qui a trait à l’aspect plus structural et technique de l’effort, certains éléments qui donnaient une dose d’authenticité au groupe ont aussi disparu ou ont été mis de côté. Par exemple, il n’y a presque plus de petits extraits de films anciens au début ou à la fin des chansons et les paroles parlent d’une torture intérieure reliée à des sentiments au lieu d’être très crues et explicites en décrivant littéralement une dissection, une tuerie ou un viol.


En résumé, avec Strychnine.213, Aborted ne vient pas prouver grand-chose, sauf le fait qu’il n’est plus ce qu’il était. Il a perdu son essence en se tournant maintenant vers une voie qui peut peut-être sembler plus facile pour attirer un auditoire différent. Je ne dis pas que la décision prise par les membres est mauvaise ou que le disque dont il est présentement question est un fiasco total, je dis seulement qu’après plusieurs écoutes, je n’arrive pas à accrocher et à reconnaître des artistes qui faisaient un excellent travail auparavant. La majorité des caractéristiques qui le faisaient ressortir du lot de formations du même genre ne sont tout simplement qu’atténuées à un niveau tel qu’il est maintenant difficile de l’identifier clairement et avec certitude.


  Note de MU : 5.2/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau