Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2465
Nouvelles: 27667
Entrevues: 113
Critiques en Vrak
Groupe: Zonata
Album: Reality
Ah, si cela n’avait pas été du vocal très énervant sur cet album, je crois que Zonata aurait été chercher un plus grand éventail de fans. Malheureusement, y a des ces groupes qui passent dans l’ombre...
Groupe: Children Of Bodom
Album: Blooddrunk
Reconnu pour ses mélodies accrocheuses et ses solos très techniques, Children of Bodom est l’un des groupes de Power Metal les plus populaires. Mais parfois, la popularité ne fait pas à tout le...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Dimension Zero
 Album: He Who Shall Not Bleed (2007)
Note:
6.9/10
Style : Gothenburg Metal

Compagnie : Regain Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. He Who Shall Not Bleed
02. Unto Others
03. A Paler Shade of White
04. Hell Is Within
05. Red Dead Heat
06. I Can Hear the Dark
07. Going Deep
08. Is
09. Deny
10. The Was
11. Way to Shine
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Pierre-Yves Bédard
 
Pierre-Yves Bédard
Dimension Zero est un groupe de Death/Trash Metal qui œuvre dans le domaine depuis près de 15 ans. Tout comme Bloodbath, il est en quelque sorte un rassemblement de «superstars» venant de Suède. Il compte parmi ses rangs Jocke Göthberg (ancien vocaliste de Marduk), Hans Nilsson (batteur de Luciferion), Daniel Antonsson (guitariste de Soilwork), Niclas Andersson (bassiste de Lord Belial) et Jesper Strömblad (guitariste de In Flames). Depuis 1995, les membres du groupe ont offert à leurs fans un métal rapide, agressif et surtout très violent. Certains considèrent même «Silent Night Fever» comme un des meilleurs albums des dix dernières années dans la catégorie Death Metal. Lorsque j’ai pu apercevoir sur le site officiel de la formation que le disque dont il est présentement question serait un peu moins «trash» que ses prédécesseurs, mais un peu plus mélodique, comme les toutes premières œuvres d’In Flames, j’ai longuement sourcillé en me demandant à quoi allait ressembler «He Who Shall Not Bleed».

Tout d’abord, il est important de noter que si vous recherchez le Dimension Zero qui existait depuis les années quatre-vingt-dix, vous ne le retrouverez presque pas dans l’opus faisant l’objet de la présente critique. Ce que je trouvais intéressant avec Dimension Zero était que la composition de leur musique ne subissait pas l’influence de la couleur de leurs groupes respectifs, ce qui donnait un produit fini complètement à l’opposé de ce qu’ils produisaient habituellement. Malheureusement, pour cet effort, c’est presque totalement l’inverse. La majorité des pièces sonnent beaucoup trop soit comme l’ancienne musique de Soilwork, soit comme le nouveau In Flames ou comme à l’époque de «Clayman». J’ai même eu l’impression d’écouter du Carpathian Forest (Black norvégien) à quelques reprises, mais surtout lors de la chanson titre. D’un autre côté, à voir de quelle façon In Flames et Soilwork ont compromis leur identité musicale au profit de la popularité, de la reconnaissance et de l’argent, ce n’était qu’une question de temps pour que Dimension Zero perde son essence originelle.

D’un autre côté, si vous recherchez du bon Gothenburg Metal un peu plus agressif que la moyenne avec des pièces quand même assez originales et diversifiées, «He Who Shall Not Bleed» s’avère un très bon choix. Les mélodies créées par la guitare sont effectivement bonnes et le vocal saccadé amène une petite touche de violence plaisante à l’oreille. Par contre, les endroits où la voix est «clean» n’ont pas vraiment leur place. La participation de Jeff Waters du groupe canadien Annihilator comme guitariste invité ainsi que la reprise de «Stayin’ Alive» des Bee Gees sur la version japonaise sont des extras qui sont assez intéressants.

En résumé, Dimension Zero revient avec un disque qui les rendra probablement plus populaires sur la scène métal actuelle, mais qui leur fera perdre plusieurs fans dont je fais partie. Sans vouloir être cruel, ils portent maintenant l’étiquette de «Sell Out» qui semble être très populaire de ces temps-ci. L’influence de Jesper est très présente tout au long de l’écoute et plaira assurément aux inconditionnels de son groupe principal. Si vous en êtes un, je vous conseille fortement cet album si vous recherchez une petite brise de fraîcheur dans votre collection. Par contre, si ce chapeau ne vous fait pas, passez à côté de «He Who Shall Not Bleed» en y jetant un simple coup d’œil sans toutefois cracher dessus.


  Note de MU : 6.9/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau