Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2465
Nouvelles: 27667
Entrevues: 113
Critiques en Vrak
Groupe: Kotipelto
Album: Coldness
La carrière de Timo Kotipelto semble bien lancée avec la parution de son deuxième album Coldness. Avec la dissolution de STRATOVARIUS qui s'était produite dans la même année, cet...
Groupe:
Album:
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Soilent Green
 Album: Inevitable Collapse in the Presence of Conviction (2008)
Note:
8.0/10
Style : Grind

Compagnie : Metal Blade Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. Mental Acupuncture
02. Blessed In The Arms Of Servitude
03. In The Same Breath
04. Antioxidant
05. Lovesick
06. Rock Paper Scissors
07. Superstition Aimed At One's Skull
08. For Lack Of Perfect Words
09. When All Roads Lead To Rome
10. All This Good Intention Wasted In The Wake Of Apathy
11. A Pale Horse And The Story Of The End
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Karyn Bellamy-Dagneau
 
Karyn Bellamy-Dagneau
Trois ans après leur dernier album, Soilent Green, des cousins perdus de la Louisiane, nous reviennent avec leur cinquième, Inevitable Collapse in the Presence of Conviction. Pour moi qui ne connaissais pas le groupe avant d'entendre l'album pour la première fois, je ne savais pas à quoi m'attendre. Contrairement à la majorité des précédents, celui-ci a été réalisé par Metal Blade plutôt que Relapse Record. Sans être en mesure de faire aucune comparaison, je peux quand même affirmer que cet album est très bien réalisé : tous les instruments (voix comprise) ressortent clairement les uns des autres, et ce, sans enlever à leur agressivité et à leur puissance respective, et sans paraître être artificiel non plus.

Comme je disais plus haut, je ne savais pas à quoi m'attendre. Je suis heureuse de pouvoir dire que je ne serai pas mise à part : la seule ressemblance qui me vient à l'esprit en entendant Soilent Green – la similitude n'étant pas dans le style lui-même, mais dans la composition des morceaux – est Mr. Bungle ou Naked City. On ne reste jamais plus longtemps que quelques secondes dans un même « riff », qui ne se répète jamais vraiment, ou dans le même tempo. Pas la peine d'espérer un refrain non plus. Le résultat de ces 41 minutes de « Deathgrind » intense laissera l'auditeur sans repères, échevelé, et les oreilles bourdonnantes. C'est pourquoi c'est totalement absurde d'essayer de faire la critique de chaque morceau ou même de tenter d'isoler les meilleurs moments.

Cependant, je peux relever la petite passe de guitare sèche et de banjo au début de la troisième pièce « In the Same Breath », qui surprend par sa présence – mais on ne posera pas de questions —, qui soulage les oreilles pour la durée de son existence et qui montre que Soilent Green est quand même capable de faire une composition quelque peu mélodique et non pas purement technique. Car il faut bien le leur rendre, s'ils laissent de côté tout ce que la musique classique aura eu d'influence dans le métal, ils en gardent une rythmique sévère (toujours inconstante mais jouée tout autant serrée) et une capacité d'exécution qui demande non seulement une habilité personnelle, mais surtout une cohésion étroite entre chaque membre.

Un album pour ceux qui aiment ne pas savoir jusqu'où la musique peut les emmener, tout en gardant à l'esprit que, malgré l'efficacité décapante du résultat, l'originalité n'est peut-être pas toujours au rendez-vous.


  Note de MU : 8/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau