Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2455
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112
Critiques en Vrak
Groupe: Rage
Album: Reflections Of A Shadow
Le trio Allemand est de retour avec leur 4ième album en 4 ans. Décidément, nos amis ne chôment vraiment pas. Ils sortent un album à chaque an mais d’où sortent-ils toutes leurs énergies ? En écoutant...
Groupe: Tribune
Album: Elder Lore/The Dark Arts
Tribune nous vient de la flamboyante région de Burnaby, en Colombie-Britannique. Ce disque, vachement bien bourré de rock métallisé, propose un son semi-stoner avec une...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Neuraxis
 Album: The Thin Line Between (2008)
Note:
8.7/10
Style : Death Metal

Compagnie : Prosthetic Records

Format : CD

Liste des pistes :

01. Darkness Prevails
02. Wicked
03. Versus
04. Deviation Occurs
05. The Thin Line Between
06. Dreaming The End
07. Standing Despite...
08. Oracle
09. Phoenix
10. The All And The Nothing
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Pierre-Yves Bédard
 
Pierre-Yves Bédard
Depuis quelques années, quelques changements assez surprenants sont survenus chez Neuraxis. Le départ de Ian Campbell, qui était présent depuis «A Passage Into Forlorn» fut suivi de celui de Steven Henry, faisant de Yan Tiel le seul membre de la formation originale encore présent. Le groupe ne perdait pas seulement un vocaliste et un guitariste, mais deux membres très impliqués dans l’écriture de paroles et la composition musicale. Trois années après la parution du dernier album studio et près d’un an après l’album live, Neuraxis nous revient avec l’opus dont il sera question dans cette critique sous l’étiquette de leur nouvelle maison de disques, Prosthetic Records, avec Alexandre «Alextreme» Leblanc (Atheretic, Point Blank Rage) derrière le micro et Will Seghers (Ex-Quo Vadis) à la guitare.

Pour débuter, je ne peux m’empêcher de parler de la voix d’Alexandre Leblanc. En se joignant à Neuraxis, la mission qu’on lui confiait n’était pas des plus faciles. Heureusement, il a su se prouver comme étant la personne idéale pour remplir ce rôle. Sur «The Thin Line Between», il apporte une touche de brutalité désarmante, une puissance et une énergie dont il est le seul à connaître le secret. Un détail qui m’a fait sourciller au cours de mon écoute est le fait que sa voix semble un peu adoucie par moments. On dirait que toute la profondeur qu’il peut créer n’est pas toujours utilisée à son maximum. Tous les fans du groupe qui ont eu la chance de les voir en spectacle savent comment il peut avoir un vocal relativement «gras» à la Mikael Åkerfeldt (Opeth, Bloodbath). Par contre, sur cet album, lors de certains passages, la sonorité ressemble plus à celle de Nergal (Behemoth). Pour terminer, il est aussi intéressant de noter que le groupe a décidé de laisser tomber tous les moments vocaux qui faisaient plus «Grind» pour cet album, ce qui n’est pas une mauvaise décision, selon moi, malgré le fait que c’était quelque chose qui le caractérisait depuis longtemps.

Au niveau plus musical, Neuraxis a fait certaines modifications qui changent un peu le style du groupe, sans toutefois être décevantes. Tout d’abord, je dois souligner que, à mon humble avis, l’album dont il est présentement question est le plus technique que la formation a su nous offrir à ce jour. Que ce soit au niveau des guitares, de la batterie ou de la basse, ils ont vraiment augmenté la complexité de la musique d’un cran, ce qui saura ravir les amateurs du genre et qui rendra leurs performances sur scène encore plus délectables. Une des premières choses que j’ai remarquées en écoutant «The Thin Line Between», c’est à quel point la guitare est placée à l’avant-plan. En réécoutant mes vieux disques de Neuraxis, j’ai remarqué que cette dernière avait toujours eu une importance capitale, mais avait tendance à être un peu étouffée par les vocaux et la batterie, ce qui n’arrive pas cette fois-ci. Il est donc plus aisé d’apprécier tous les «riffs» et les passages complexes qui sont orchestrés dans chaque pièce. Quelques solos à vous faire fondre le cerveau ont même été intégrés à quelques reprises, ce qui représente un petit extra très apprécié. D’un autre côté, la batterie est moins omniprésente qu’auparavant. Les rythmes rapides ainsi que les «blast beats» ne sont plus de la partie d’un bout à l’autre de l’opus comme c’était le cas auparavant, ce qui ralentit par le fait même le tempo des pièces en général, n’enlevant rien à la couleur très brutale et destructrice à laquelle Neuraxis a su nous habituer à travers les années.

Une autre nouveauté dans «The Thin Line Between» qui, à mon avis, est quand même assez intéressante, est l’ajout de passages plus lents, voire très acoustiques. Ces derniers se retrouvent au cours du marathon qu’est la pièce titre de l’album, au début de «The All And The Nothing» et sans oublier la pièce «Standing Despite», qui n’est qu’un léger repos avant l’excellente pièce «Oracle». Finalement, je ne pourrais passer à côté de l’incroyable travail qu’a fait Jeff Fortin en ce qui concerne la production de l’album. Un groupe de la trempe de Neuraxis mérite ce qu’il se fait de mieux et il a sans doute choisi un des meilleurs dans son domaine.

En résumé, Neuraxis a su revenir en force malgré les évènements survenus à l’interne. Les membres avaient des choix très importants à faire et ils ont bien fait leurs devoirs. «The Thin Line Between» est un album qui laissera sûrement la barre très haute pour tous les autres groupes de Death Metal Technique de ce monde. Non, la machine de guerre qu’est Neuraxis ne s’essouffle pas. Elle est toujours bien en vie et saura vous en mettre plein les oreilles. Certes, ce n’est pas l’album le plus brutal de son histoire, mais je suis certain qu’en concert, les pièces de l’album dont il a été question dans cette critique seront très appropriées pour le fameux «Wall of Death» qui caractérise le groupe depuis toujours. En terminant, je tiens à féliciter personnellement Alex et Will qui ont habilement su s’intégrer suite au départ de deux musiciens que je croyais irremplaçables.


  Note de MU : 8.7/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau