Recherche MU :
Groupes: 1308
Critiques CD: 2442
Nouvelles: 27667
Entrevues: 107
Critiques en Vrak
Groupe: The Gates of Slumber
Album: The Wretch
Cette formation continue, une fois de plus, à creuser dans les voutes du métal antique. C’est encore une fois très lourd et rempli de moments où l’on ressent l’âme des musiciens sur chaque mouvement....
Groupe: Powerwolf
Album: Blood of the Saints

Quand je voyais le buzz créé autour de Powerwolf, je croyais que ce groupe allemand était une formation de black métal cheesy un peu étant donné...

# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Nightwish
 Album: Dark Passion Play (2007)
Note:
8.6/10
Style : Symphonic Metal

Compagnie : Nuclear Blast

Format : CD

Liste des pistes :

01. The Poet and the Pendulum
02. Bye Bye Beautiful
03. Amaranth
04. Cadence of Her Last Breath
05. Master Passion Greed
06. Eva
07. Sahara
08. Whoever Brings the Night
09. For the Heart I Once Had
10. The Islander
11. Last of the Wilds
12. 7 Days to the Wolves
13. Meadows of Heaven

MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Sarah O'Connor
 
Sarah O'Connor
Nombreux ont été déçu de voir Tarja Turunen quitter définitivement le groupe Nightwish. La chanteuse partit malheureusement avec l’âme très gothique de la formation finlandaise qui était devenue un espoir pour la scène du métal. Le groupe possédait de très bons musiciens outre Tarja, ce qui a permis au groupe de rester uni et de se tourner vers une nouvelle alternative : Anette Olzon. C’est à partir de ce nouveau départ que la formation enregistre Dark Passion Play, un album bien différent, certes, mais très convaincant.

Que dire de plus sur cet album qui, en plus de modernisé, a changé littéralement le Nightwish d’entent. Sois qu’on aime où qu’on n’aime pas. Pour ma part, j’ai eu une période d’adaptation et j’ai dût accepter le fait que le passé est passé et que l’on doit aller de devant. Sur le coup, j’ai été énormément déçue mais j’ai appris à apprécier l’album à sa juste valeur. Il renferme pleins de secrets à découvrir, pleins de beauté… Mais il y a un deuil réel à faire : Le vieux Nightwish est partie avec Tarja. Je considère donc cet album comme le Nightwish 2, le Nightwish moderne… Faut voir le beau côté des choses.

La nouvelle chanteuse mérite tous les encouragements. Elle a su faire ses preuves facilement dès les premières pièces et possède sans aucun doute un talent indiscutable. On retrouve un soprano très puissant, à la grande différence de Tarja et sa voix grave et profonde. Encore une fois, des voix masculines viennent rajouter de la couleur à la musique déjà très colorée et cette union avec la voix douce de la chanteuse créé un très bel effet. Anette Olzon modernise le groupe et trouve bien sa place dans le monde très symphonique de Nightwish. Il faut tout de même admettre que le changement entre Dark Passion Play et les albums précédents de la formation est considérable, la nouvelle chanteuse étant parmi les causes. Cela risque inévitablement d’attrister plusieurs fans.

La musique a changé, elle aussi, mais elle ne fait qu’évoluer. Encore une fois, guitares puissantes, mélodie plus ou moins violente, émotions très variées… La personnalité de Nightwish ressort par endroit comme dans les succès By Bye Beautiful et Amaranth, ainsi que dans quelques autres compositions. On retrouve sur l’album de longues compositions très complètes, très surprenantes et uniques. Les riffs répétitifs très accrocheurs se superposant avec les rythmes puissants et la très grande musicalité du groupe créent un album succès encore une fois. On retrouve dans l’album plusieurs nouveaux instruments, comme le violon et même la cornemuse. Le piano a une très grande place dans les chansons douces comme Eva et Meadows of Heaven, et la guitare acoustique vient aussi agrémenter la chaleur de la musique dans The Islander. On retrouve même une pièce instrumentale à allure un peu folklorique, Last of the Wilds ,qui vient compléter l’énergie pure de l’album Les chants opéras et la base gothique sont aussi présents mais beaucoup moins que sur les albums précédents. Le groupe explore une plus grande surface musicale, un peu comme Once… Musicalement, je lève mon chapeau.

Il y a plusieurs manières de voir cet album. Un changement radical pour le groupe qui pourrait malheureusement les nuire dans leur carrière, mais aussi une évolution très travaillée et une preuve de courage après le départ de Tarja. J’ai confiance en cette nouvelle approche et je conseille à tous ceux qui ont eu ce recul devant Dark Passion Play comme moi, de prendre le temps de le réécouter et d’apprendre à l’apprécier.

Il existe aussi la version instrumentale de l’album que je vous conseille fortement.


  Note de MU : 9.2/10 Note des Membres : --/10  

 Auteur : Marc Desgagné
 
Marc Desgagné
Après trois ans et plusieurs aventures, Nightwish revient en 2007 avec l'album "Dark Passion Play" sur Roadrunner Records. Outre les changements de style depuis la création du groupe, Nightwish présentait leur nouvelle chanteuse, Anette Blyckert. La présentation musicale de Nightwish n'offre pas réellement de surprises, puisque le groupe continue ce qu'il avait débuté sur "Once". Nightwish peut entrer dans la catégorie que je viens d'inventer, la NWOMM (New Wave Of Melodic Metal).


Cependant, la formation finlandaise a tout de même pu offrir quelque chose de solide dès la première pièce "The Poet And The Pendulum". Elle est d'une durée de 13 minutes et selon moi, elle fait l'historique de leur discographie jusqu'à maintenant. Elle est à la fois épique, symphonique, quelques clins d'oeil aux albums "Wishmaster" et "Oceanborn", le vocal plus agressif masculin et elle contient aussi des éléments plus modernes avec un son plus calme et typique de la nouvelle vague de plusieurs groupes du même genre, comme Within Temptation. D'ailleurs, je vais revenir un peu plus tard à cette petite comparaison. Pour ce qui est de "The Poet And The Pendulum", c'est sans aucun doute le morceau fort du disque, qui éclipse la presque totalité des autres pièces en raison de toutes les influences et de sa puissance.


Par la suite, le tout se gâte beaucoup, si on se fit à la qualité de la première pièce. Étrangement, "Bye Bye Beautiful" revient dans le temps de "Wish I Had An Angel" avec Marco Hietala qui se défonce la voix. Il semble en colère, mais heureux. Pour "Amaranth", Nightwish nous offre un mélange à saveur pop dans la majeure partie du disque, et c'est probablement ce qui dérangera le plus les fans de l'ère "Wishmaster". Anette continue ce que Tarja avait commencé, mais il faut se rendre compte que le changement lors de "Once" n'était pas totalement sa décision. Le second moment fort survient avec la pièce "Master Passion Greed" et son début pratiquement électronique aux claviers, mais qui est continué par une batterie très rapide. Elle est l'opposée de pratiquement toutes les autres pièces de l'album et Marco est le plus présent avec son style de vocal qu'on lui connaît. C'est sûrement la pièce que les fans vont aimer s'ils n'accrochent pas à Anette, puisque Marco est pratiquement seul au vocal.


Ensuite, nous avons "Eva", le premier single que Anette nous a offert. Musicalement, elle me rappelle beaucoup la nouvelle approche de Within Temptation. "The Islander" nous donne l'image d'une soirée autour d'un feu sur le bord de la plage avec beaucoup d'alcool et une guitare acoustique. Pratiquement tout le monde connaît quelqu'un avec ce type de guitare qui veut absolument en jouer si on a le malheur de parler de feu à l'extérieur sur une plage. "Last Of The Wilds" apporte pratiquement une touche folk à l'album. Il faut dire que Nightwish une quantité assez surprenante de musiciens différents pour venir jouer du violon au cours de l'album.


En général, Nightwish a mis plus de 1h15 minutes de musique sur "Dark Passion Play", ce qui est assez lourd. Après plusieurs années, le groupe a accumulé vraiment beaucoup d'idées et il a peut-être tenté de tout inclure en même temps. Les extrêmes sont visibles sur le disque, ainsi que les changements musicaux. On passe du vieux Nightwish, à celui moderne que plusieurs aiment moins. Que ce soit le symphonique, épique, pseudo pop, mélodique, folk, légèrement gothique ou new wave of melodic metal (ce type n'existe pas, je viens de créer le NWOMM), on a un peu de tout. Musicalement, c'est sûrement l'album que Nightwish a poussé le plus loin, mais il a perdu de la fougue pour y parvenir, sans oublier que Anette a fait du bon travail, mais il faudra du temps aux amateurs pour s'habituer.

Mes pièces préférées: The Poet and the Pendulum, Master Passion Greed, Last Of The Wilds.


  Note de MU : 8/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau