Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2457
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112
Critiques en Vrak
Groupe: Silent Voices
Album: Building Up The Apathy
On connaît surtout la Finlande pour ses groupes de Power, de Folk, ou même de Black. Cela dit, on la connaît peu par ses groupes de progressifs. Cependant, les choses pourraient changer avec ce...
Groupe: Dissimulation
Album: Prakeikimas
Dissimulation est un groupe de Thrash / Black Metal en provenance de la Lituanie. Formé par Nekrofagas à la guitare, Stabmeldys à la batterie et Venomous à la basse et au vocal, le groupe en est a...
# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
 Groupe: Enslavement Of Beauty
 Album: Mere Contemplations (2007)
Note:
7.5/10
Style : Black Metal

Compagnie : I.N.R.I. Unlimited

Format : CD

Liste des pistes :

01. A Study of Love and Metaphors
02. X and Moments
03. The Perilous Pursuit of Volition
04. Exit There; And Disappear
05. An Affinity for Exuberance
06. Abundance Extends to Lush
07. I Raise My Craving Hands
08. Nostalgia Grows
09. Impressions
10. 11:23 pm
MU Interactif
Critiques des Membres
Plus d'information
Fiche de l'artiste
Toutes les nouvelles
Toutes les critiques
Tous les compte-rendus
 
 Auteur : Stéphan Lévesque
 
Voilà finalement le nouvel album d’Enslavement of Beauty, un groupe que je croyais mort après plus de 6 ans sans l’apparition de quoi que ce soit. Les norvégiens en sont maintenant à leur quatrième album qui s’intitule « Mere Comtemplations » et succède à l’excellent « Megalomania » parut en 2001. Pour cette nouvelle sortie, la formation est passée de 4 à 2 membres. Les 2 fondateurs du groupe restants soit Ole Alexander Myrholt (vocal et paroles) et Tony Eugene Tunheim (musique et composition). Le son général n’est cependant pas du tout affecté étant donné que les compositeurs sont toujours présents, donc nous avons droit à du black très mélodique et plutôt enjoué sans toutefois tomber dans le folklore. Le côté symphonique et ambiant est également au rendez-vous, mais c’est très loin de groupe tel que Dimmu Borgir ce qui ajoute assurément à l’originalité d’Enslavement of Beauty.

Je dois avouer qu’après le dernier album que j’avais adoré et surtout la disette de 6 ans, je m’attendais à rien de moins qu’un album grandiose. La première chanson « A Study of Love and Metaphors » n’est pas là pour décevoir, au contraire, c’est un morceau très mélodique droit au but avec une mélodie principale doublée au clavier ce qui garantie son effet dès les premières secondes. La deuxième pièce nous apporte davantage là ou les norvégiens avaient laissé sur « Megalomania » avec un riff principal plus black et accrocheur accompagné d’une merveilleuse ambiance au clavier qui donne envie de taper du pied. Le synthétiseur joue d’ailleurs un rôle clé dans cette formation qui met beaucoup l’accent sur cet instrument. Passons maintenant au morceau le plus fort de l’album qui est tout à fait parfait et c’est « An Affinity for Exuberance ». Nous retrouvons ici de nombreux leads très agréables à entendre, rien d’incroyable, mais très bien composé. On peut relever un petit côté que je qualifie d’inquiétant ce qui s’agence merveilleusement avec le côté mélodique. De plus, un solo dans la même veine s’ajoute au milieu de la pièce enrichissant grandement le tout.

Maintenant, je dois cependant m’attaquer aux côtés plus négatifs de l’album, car je ne peux me le cacher, je suis un peu déçu en bout de ligne. Premièrement, la profondeur des chansons en général mises à part les 3 morceaux dont j’ai parlé préalablement est moindre comparativement à l’opus précédent. Il y a aussi quelques longueurs dans 2 chansons en particulier ce qui m’a grandement déçu, puisqu’au lieu d’avoir une section médiane instrumentale, il nous offre à la place des temps quasi vides qui s’éternisent et enlèvent toute l’intensité. Les solos sont presque inexistants et c’était un point que j’appréciais beaucoup de ce groupe soit un court solo bien placé dans la plupart des pièces. Peut-être est-ce dû au départ de 2 des 4 compatriotes ? Bref, la guitare est beaucoup moins présente qu’auparavant ce qui enlève de la richesse au son. L’album manque de profondeur et de diversité ce qui peut venir un peu monotone après quelques écoutes.

Malgré tout, la majorité des chansons coule bien avec peu de changements de rythme, de belles ambiances et partitions de clavier, quelques leads bien utilisés et certains riffs à tendance black avec beaucoup de picking ce que j’affectionne particulièrement. La production est une fois de plus très ordinaire bien que supérieure au dernier. Cependant, dans le style qui est préconisé ici, c’est moins dommageable que pour un album de power métal par exemple. En somme, je recommande cet album et de jeter un œil au précédent.

Les incontournables : « A Study of Love and Metaphors », « X and Moments », « An Affinity for Exuberance ».


  Note de MU : 7.5/10 Note des Membres : --/10  

Classification des styles ?
Critique de votre album?

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau