Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2457
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112

08:02:22 - Linkin Park / Coheed and Cambria

Photos du spectacle

Compte-rendu du spectacle
Spectacle: 22 février 2008 au Centre Bell de Montréal
Organisateur: GEG
Photographe: Patryk Pigeon
Compte-rendu: Sébastien Léonard

J’avais une bonne idée du succès de Linkin Park, mais à la vue du line up qui parcoure presque trois des quatre coté du Centre Bell, je m’aperçois rapidement que je l’ais sous-estimé. Et dû à cette marée de personne voulant entrer dans l’amphithéâtre en même temps j’ai finalement manqué la prestation de Chiodos qui ouvrait le show ce soir. J’arrive donc juste à temps pour celle de Coheed & Cambria. J’ai énormément entendu parler d’eux récemment, mais j’ai n’ai jamais pris le temps de porter une oreille à leurs musiques. Drôle de mélange! Une voix relativement aiguë ressemblant étrangement à celle du chanteur de Mars Volta posé sur un hard rock plutôt convenu. Même si certains passages sont plus métal je trouve que leurs compos ressemblent plus à une sorte de Bon Jovi plus moderne. Ils sont même accompagnés de deux choristes qui appuient le chevelu chanteur sur les refrains. Les membres du groupe bougent peu si ce n’est que du bassiste qui y met légèrement du sien. Ils ont l’air perdu sur cette scène trop grande pour eux. À l’exception de quelques admirateurs évidant, le publique leur porte une attention mi-intéressée. Soudainement, à la dernière pièce, ils semblent se réveiller et courir dans tout les sens en alignant quelques clichés métal. Un solo de guitare joué derrière la tête et une imitation du mouvement de mitraillette de Steve Haris (Iron Maiden) en sont quelques exemples. Somme toute un show ordinaire pour un groupe qui me semble sans grand intérêt.

Voilà enfin le pourquoi tant de monde ce sont réunie ce soir. J’ai nommé Linkin Park. Je dois préciser d’entrer de jeux que le texte ici écrit ce veut une critique objective du spectacle et non un jugement de valeur de la musique du combo malgré que je ne puisse passer sous silence l’énorme déception causée la sortie de Minutes to Midnight. Première particularité, la scène, qui est pourtant placée à une des extrémités de l’aréna, à tout de l’apparence d’un stage central. Aucun drap noir ne vient même cacher les sièges vides derrière celle-ci. C’est bien la première fois que je vois ça au Centre Bell. Deuxièmement, les effets visuels semblent réduits au minimum. Sans grande surprise, les six musiciens font leur entrée en sortant du plancher. La pièce What I’ve Done tirée de leur dernier album sert de coup d’envoi et enflamme instantanément les fans, gagnés à l’avance, qui ont presque rempli à pleine capacité la salle. À part un léger problème de son au début de la deuxième chanson, Somewhere I Belong et Lying From You sont interprétées à la perfection. Chester chante juste et chaque instrument est à sa place dans le mixte. Mais malgré cette exactitude d’exécution les gars ont l’air de faire un job et manque sérieusement de passion. Joseph Hahn œuvre nonchalamment derrière sa table de mixage, David Farrell semble avoir les pieds vissés au plancher et Brad Delson, comme à son habitude, marche tranquillement d’un bord à l’autre coiffé de son casque d’écoute. Et même si Mike Shinoda est sans contredit le meneur de foules, ce n’est seulement qu’après cinq titres qu’il s’adresse enfin à nous avec des formules clichées qui paraissent répétées soir après soir. J’ai beau chercher, je n’arrive pas à trouver la fougue que j’ai vue à mainte reprise dans des images de concerts et entendue sur leur disque Live In Texas. Là où justement en spectacle ils semblaient extérioriser leur facette métal, ils ont aujourd’hui un son de guitare plus aigu et en retrait qui fait plutôt ressortir leur coté pop en parfaite ligné avec la direction prit sur leur dernière parution. Je me dois toutefois souligner les jeux de lumière très réussis des quatre panneaux géants au dessus d’eux surtout utilisé pendant des pièces plus tranquilles comme Valentine’s Day et Hands Held High. Justement, un enchainement de balades vient casser le rythme de la prestation et même l’excellente Numb me paraît plus molasse. De plus, je pensais la mode des solos de drum complètement dépassée. Entendre et voir des passes que n’importe quel batteur moyennement talentueux peut jouer sans problème, ne me fait maintenant ni chaud, ni froid. Je leur lève malgré tout mon chapeau pour nous donner droit à deux rappels (ce qui ce fait de plus en plus rare de nos jours) et pour l’intensité soudaine déployer en final sur One Step Closer. J’aurais pensé à un peu plus de sueur de leur part quitte à sacrifier une interprétation trop proche de celle en studio.


Résultats: 0 image(s) sur un total de 0 page(s). Affiche: image 0 sur 0.




Images par page: 

 

RSS Feed: 08:02:22 - Linkin Park / Coheed and Cambria (Nouvelles images)

Recherche d'images
Recherche avancée
- Top images
- Nouvelles images
Membres enregistrés
Nom d'utilisateur:

Mot de passe:

Identifiez-moi automatiquement lors de ma prochaine visite?

» Mot de passe oublié
» Inscription

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau