Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2456
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112

07:10:16 - Queens Of the Stone Age / The Black Angels / Biffy Clyro

Photos du spectacle

Compte-rendu du spectacle
Spectacle: Le 16 octobre, Metropolis, Montréal, Qc
Organisateur: GEG
Photographe: Patryk Pigeon
Compte-rendu: Sébastien Léonard

Drôle de foule rassemblée ici ce soir. Drôle dans le sens d’inhabituel pour moi. La barbe, les couleurs dans des teintes de brun, les jeans serrés, les souliers « Converse » ainsi que des éléments hippy sont très en vogue. Non que je sois le seul dans le noir, car Queens of the Stone Age attire son lot de métalleux, mais nous sommes clairement en minorité. C’est bien à sept heures trente tapant qu’arrive sur scène le groupe Biffy Clyro devant un parterre à moitié vide, quoique le balcon semble déjà complet. Sans un mot, la formation entame une première pièce de laquelle émane quelque chose de très torturé de par un vocal rappelant les heures de gloire du grunge et des changements entre un tempo lent mais répétitif et des envolées que ne renieraient pas certains groupes de hardcore. Pendant toute la durée de cette pièce, impossible de voir le visage du chanteur-guitariste et du bassiste tant ils sont cachés derrière leurs cheveux. Sans être composé de grands techniciens, le trio m’impressionne par l’aisance, le naturel et les émotions qui se dégagent de cette compo dérangeante. Malheureusement, dès le deuxième morceau, le groupe enchaîne jusqu'à la fin sur un stoner rock plus conventionnel. Pas qu’il soit mal interprété, mais l’originalité du début fait place à un déjà vu qui me désenchante.


Aussitôt que les lumières se rallument, je constate en me retournant que le Métropolis s’est presque rempli sans que je m’en rende compte. Nos reines de l’âge de pierre ont toujours la côte, semble-t-il. Les six musiciens de The Black Angels ont donc la chance de jouer devant une foule beaucoup plus cousue et certains semblent même bien les connaître. Nous voilà partis pour presque une heure dans un voyage très « seventies ». Que ce soit par leur habillement, par leur musique et surtout par la voix du chanteur qui emprunte allègrement à Jim Morrison, tout nous ramène à cette période chaste de la musique rock. Même tous les instruments sont bien branchés à leur ampli, le sans fil semblant proscrit. Leur musique, tout en étant rock, possède quelque chose d’hypnotique qui nous amène vite en sorte de transe. Cette hypnose n’est que de courte durée pour moi quand les chansons qui s’enchaînent restent toutes dans cette même lignée, finissant même par me lasser. Mais donnons à César ce qui appartient à César. Chaque musicien présent semble multi-instrumentaliste tant on s’échange basse, guitare et percussions (excepté la batteuse) et la présence d’une cithare dans la dernière chanson a de quoi surprendre. C’est peut-être moi, mais les groupes d’aujourd’hui qui sonnent autant rétro m’agacent facilement, aussi géniaux qu'ont pu être les groupes de ces périodes. Une bonne partie du public semble pourtant bien apprécier.


Depuis le début de la soirée, le son est plus que correct, bien que les basses soient un peu trop fortes, mais les jeux de lumières restent dans un minimalisme primaire. La présence de six lampadaires style chandelier baroque sur la scène nous laisse présager un changement pour Queens of the Stone Age. À notre grande surprise, le groupe commence directement sa performance avec le mégasuccès No One Knows, de leur disque Songs For The Deaf. Ceci a pour effet instantané de faire lever le public en délire, mais enlève un gros canon pour faire lever les troupes vers la fin du spectacle. Josh Homme et sa bande ont donné le ton pour la suite des choses et concentreront leurs efforts sur les trois derniers albums tout en privilégiant les pièces les plus rock. Ceci peut sembler paradoxal lorsqu'on sait que le groupe se fait de moins en moins heavy en studio. Le choix est pourtant judicieux, car il crée une ambiance plus survoltée et permet aux fans de thrasher ou de danser, selon leur allégeance, sur les rythmes répétitifs et très stoner dont ils sont passés maîtres. Ce soir, c’est bien la musique qui parle tant les interventions sont rares et que courir d’un bord à l’autre de la scène ne semble pas leur tasse de thé. L’excellente Little Sister, du non moins excellent Lullabies To Paralyze, vers la fin du spectacle donne manifestement un regain d’énergie dans la salle. À entendre clamer leur nom avec autant de passion pour le rappel, les Queens ont assurément réussi leur retour à Montréal et c’est tant mieux.


Résultats: 0 image(s) sur un total de 0 page(s). Affiche: image 0 sur 0.




Images par page: 

 

RSS Feed: 07:10:16 - Queens Of the Stone Age / The Black Angels / Biffy Clyro (Nouvelles images)

Recherche d'images
Recherche avancée
- Top images
- Nouvelles images
Membres enregistrés
Nom d'utilisateur:

Mot de passe:

Identifiez-moi automatiquement lors de ma prochaine visite?

» Mot de passe oublié
» Inscription

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau