Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2457
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112

07:08:17 - Dream Theater / Redemption / Into Eternity (Mtl)

Photos du spectacle

Compte-rendu du spectacle
Spectacle: 17 aout 2007 au Centre Bell de Montréal
Organisateur: GEG
Photographe: Patryk Pigeon
Compte-rendu: Sébastien Léonard

Pour tout fan de métal assez éclectique dans ses goûts musicaux et qui suit la plupart des shows de la scène, Into Eternity fait partie de la routine tant ils sont souvent à l’affiche en guise de première partie. J’entends souvent beaucoup de critiques à ce sujet, ce serait pourtant les réduire à bien peu de choses en les jugeant sur ce point. Oui, leur mélange de musique extrême et de métal progressif à tendance très ’80 a de quoi en rebuter plus d’un, mais on ne peut surtout pas les taxer de manquer d’originalité. Le talent et la synergie sur stage étant au rendez-vous, le groupe possède les ingrédients pour nous faire passer un bon moment. Première constatation ce soir, le band a uniformisé son look, chacun étant habillé en noir le plus classique possible. Exit les bracelets et les accoutrements à la Judas Priest pour le chanteur Stu Block. Deuxième constatation, les lumières ne sont pas à leur avantage, les cinq musiciens jouant dans un environnement des plus sombres. À part pour les spectateurs près de la scène, nous avons le droit à des ombrages plus qu’autre chose (j’exagère à peine). La prestation, axée sur les deux dernières parutions en date, est solide et Tim Roth impressionne toujours par ses solos et sa technique irréprochable. Pourtant, comme à l’habitude, ils ne semblent pas faire l’unanimité. Peut être ne sont-ils pas assez «mainstream» pour la chance qu’ils ont d’avoir autant de visibilité?


Voici la nouvelle formation pour la voix de Fates Warning, Ray Alder, qui nous est présentée sous le nom Redemption. Le timbre vocal de Alder est reconnaissable dès ses premières notes, contrairement à son look sobre et ses cheveux courts, ce à quoi on n’a pas été habitué. De par sa voix et les riffs sombres qui parsèment les compositions, Redemption peut facilement souffrir de la comparaison avec FW, mais c’est dans les envolées musicales qu’ils se démarquent. Paradoxalement, c’est aussi là le problème. À l’image des membres qui semble grandement manquer de cohésion, les prouesses techniques de chaque instrument semblent jouées à tour de rôle sans jamais réellement partir dans la même direction. Le groupe joue aussi à son tour dans une ambiance feutrée due à l’éclairage toujours sombre. Peut-être si le groupe persévère encore quelques années les membres pourront-ils développer une meilleure synergie? À suivre.


Le théâtre du Centre Bell, sans afficher complet, est maintenant bien rempli pour accueillir Dream Theater, qui en est (si je ne me trompe pas) à sa septième prestation à Montréal, auxquelles j’ai bien sûr toutes assisté. Pas besoin de vous dire que je suis un grand fan et que je suis toujours aussi excité à la perspective de les revoir en show. C’est sur une scène dépouillée et munie d’un écran géant, mais beaucoup plus claire que précédemment, que le groupe débute le spectacle. Les cinq virtuoses semblent en pleine forme et vont nous offrir une performance plus énergique que celle de la tournée dixième anniversaire où ils avaient semblé à bout de souffle. Avec des pièces agressives comme Constant Motion et Panic Attack des deux plus récents albums, on pense que le ton pour la soirée est donné. Mais, à ma grande surprise, ce sont les pièces Another Day et Surrounded, pratiquement deux ballades, qui sont choisies pour représenter Image And Word. Je dois admettre que le plus gros défaut ce soir, s’il en est un, est qu’en se gratifiant de deux premières parties le théâtre du rêve doit raccourcir sa performance à deux heures, rappel compris. La majorité des titres du répertoire de ceux-ci dépassant les dix minutes, beaucoup de classiques manquent donc à l’appel. Mention spéciale pour les belles surprises Blind Faith et Lines In The Sand, rarement jouées mais néanmoins excellentes. C’est sûrement pour pallier à l’absence de chansons de Scenes From A Memory et Train Of Thought qu’en guise de rappel un excellent medley nous est servi, le groupe maîtrisant toujours aussi bien les transitions entre chaque partie de morceau jouée. Au final, même si rien n’est joué d’Awake, James, John, John, Mike et Jordan sont toujours aussi impressionnants à regarder exécuter leurs prouesses quasi impossibles tout en gardant une chimie de groupe exemplaire. Comme ils nous le promettent à la fin, ils auront sûrement la chance de venir prochainement nous jouer un set beaucoup plus long comme ils en sont capables.



Résultats: 0 image(s) sur un total de 0 page(s). Affiche: image 0 sur 0.




Images par page: 

 

RSS Feed: 07:08:17 - Dream Theater / Redemption / Into Eternity (Mtl) (Nouvelles images)

Recherche d'images
Recherche avancée
- Top images
- Nouvelles images
Membres enregistrés
Nom d'utilisateur:

Mot de passe:

Identifiez-moi automatiquement lors de ma prochaine visite?

» Mot de passe oublié
» Inscription

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau