Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2458
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112

08:11:06 - In Flames / All That Remains / Gojira / 36 Crazyfists (Mtl)

Photos du spectacle

Compte-rendu du spectacle
Spectacle: Le 6 novembre 2008 au Métropolis de Montréal
Organisateur: B.C.I.
Photographe: Amaury Evra
Compte-rendu: Sébastien Léonard

Il n’est que 8 h 15 et il fait déjà très chaud, de beaucoup sont en sueur et on se sent en plein milieu de la soirée. Je vais pour une centième fois avoir l’air de tomber des nues tant je suis surpris de voir autant de personnes pour la prestation de 36 Crazyfists. Le groupe de metalcore ne manque pas d’action devant eux. Il y a bien le deuxième étage qui semble amorphe, mais rien pour décourager la troupe de l’Alaska. Côté musique, rien de nouveau sous le soleil. Des riffs de style ‘‘breakdown’’, des vocaux hurlé au max et quelques refrains mélodiques. Le look du chanteur Brock Lindow avec son capuchon en permanence sur la tête est pour moi très discutable, mais bon c’est tendance. L’éclairage est ce qui a de plus simple tandis que le son est pour sa part plus que respectable. Je leur lève mon chapeau d’avoir réussis à rester mobile parmi tous ces équipements qui encombraient la scène. Je souligne ici que même comme première prestation ils ont droit à une grande toile de fond à leur effigie.

Le Metropolis qui est presque complet est déjà bien réchauffé et les nombreux cris d’impatience à l’endroit de Gojira démontrent bien leur popularité croissante en sol québécois. Il faut dire qu’avec les disques de qualité constante que les Français nous pondent, celle-ci est bien méritée. C’est d’ailleurs avec l’excellente Oroborus, tirée du non moins excellent The Way Of All Flesh sortie plus tôt cette année, que démarrent les 45 minutes de bonheurs qui vont suivre. Vous l’avez sûrement compris, je suis un fan fini. Il y a de quoi! En plus de joué un des death métal le plus original des dernières années, ils l’interprètent avec une précision exemplaire. La principale force du combo vient précisément de là. Pour ceux qui n’apprécient pas ce genre presque mathématique d’approche de la musique, il peut être normal de rester stoïque devant ce qui passe ici. Mais pour les autres, ça embarque dans un mélange d’excitation et de transe. C’est justement ce qui ce passe dans la salle. Malgré un thrash violent au centre, beaucoup ont les yeux fermés et hochent la tête au gré de rythmes imbriqués. Jean-Michel Labadie à la bass reste le plus mobile des quatre même si Mario Duplantier impressionne toujours avec son jeu de batterie tantôt de la qualité d’un métronome, tantôt technique à souhait. Une belle part est faite à l’album From Mars To Sirius avec The Heaviest Matter Of The Universe, Backbone et Ocean Planet. C’est vite passé pour moi qui, à l’instar de plusieurs, rêve de les voir en tête d’affiche le plus tôt possible. Ça fait aussi toujours plaisir d’entendre notre langue natale entre les pièces, mais comme c’est la norme ce soir, leur prestation finie abruptement après la dernière chanson.

Avec eux aussi une toile de fond représentant leur denier disque, deux panneaux marqués de leurs initiales ATR ornes chaque côté du stage. Tranquillement mais sûrement, All That Remains fait son chemin dans l’univers du métal. C’est sûr que la majorité plus jeune de l’auditoire est la plus impatiente de leur arriver imminente. Le changement entre les deux premiers groupes qui a été d’une rapidité exemplaire ne se répète pas deux fois. Je ne sais pas si cela refroidit légèrement la foule, mais il faut que Before The Damned soit déjà entamé depuis plusieurs minutes avant que tout d’un coup le parterre explose dans un immense ‘‘mosh pit’’. Même pas moyen d’être tranquille sur les côtés. Malgré un nouveau disque tirant la formation encore plus vers le pop métal, l’agressivité reste de mise en live. Les vocaux gutturaux de Philip Labonte reste ses plus efficaces. Pas qu’il fausse sur les ‘‘cleans’’, mais ils n’ont pas le son racoleur des versions studio. Que cela tienne, ce dernier reste le frontman incontesté de la formation et en profite à mainte reprise pour faire chanter la foule. Même si ont reste sur l’impression que les titres plus violents comme In Dwells In Me ont la cote de popularité, la ‘‘catchy’’ Two Weeks ne ralentit en rien les ardeurs. Gros défaut à mon avis, le drum est beaucoup trop mit à l’avant au détriment des guitares. Est-ce pour mieux mettre en valeur les blast-beats hyper efficaces de Jason Costa? J’ose le croire, batteur d’exception comme il est. Malgré une courte incursion par In Darkened Heart, le petit dernier Overcome et The Fall Of Ideals restent les maîtres d’œuvre avec Chiron, Undone, This Calling et Not Alone. On aura beau crier pour un rappel de leur part, ils repartent aussi rapidement qu’ils sont arrivés.

Je m’excuse déjà pour avoir insinué que l’attente de ATR est pu être longue tant celle pour les Suédois d’ In Flame est interminable et crée beaucoup de désagrément. Malgré qu’au tout début tout commencé à l’heure exacte, il est presque 11 heures quand ils embarquent sur les planches. Ils ont pourtant un atout dans leur manche qui leur ne fait pas défaut encore ce soir. Ils possèdent une popularité qui ne se dément pas avec le temps. Malgré un changement radical de leur son, une horde de nouveaux fans ont remplacé ceux qui comme moi ont quitté le navire après Clayman. Pour que la tendance se maintienne, le premier titre de leur dernier opus The Mirror’s Truth sert d’ouverture. Ça ne semble pas déplaire à la grande majorité à peine dans la vingtaine venue pour les voir. Pour avoir assisté mainte fois à leur spectacle, celui qui a le plus pris de galon est le chanteur Anders Friden. Il est passé du ‘‘nerd’’ qui veut gueuler à un très bon meneur de foules. Il est bien le seul, car pour les autres musiciens on reste dans le très statique, un brin chorégraphié. L’ensemble du set liste est basé sur les quatre derniers disques. Et justement, personne ne se gêne pour chanter en chœur le refrain facilement assimilable de Cloud Connected ou Vanishing Light. Anders nous confie que malgré qu’il adore notre pays, le service des douanes le fait chier solide, juste avant d’entamer Delight And Anger. Pinball Mab reste un de mes moments forts de leur performance et me rappelle qu’ils ont déjà été un des chefs de files du death métal style Gothenburgh. Réalisant pleinement le changement de garde de ses admirateurs, le chanteur nous raconte qu’à chaque show, à l’annonce de vieilles pièces, tout le monde réagit, mais peu chantent ou bougent vraiment pendant ceux-ci. Il nous demande de le contredire juste avant d’entonner pas un, mais deux titres de The Jester Race avec Artifacts Of The Black Rain et la toune titre. Malgré un thrash plus fourni et concentré, le tout redevient à la normale avec du matériel plus récent. Si les vieux routiers comme moi n’en ont pas eux pour leurs argents, il en est autrement de leurs plus loyaux admirateurs qui ont pu profiter d’une des rares performances d’un groupe de leurs genres qui dure plus d’une heure et demie.


Résultats: 0 image(s) sur un total de 0 page(s). Affiche: image 0 sur 0.




Images par page: 

 

RSS Feed: 08:11:06 - In Flames / All That Remains / Gojira / 36 Crazyfists (Mtl) (Nouvelles images)

Recherche d'images
Recherche avancée
- Top images
- Nouvelles images
Membres enregistrés
Nom d'utilisateur:

Mot de passe:

Identifiez-moi automatiquement lors de ma prochaine visite?

» Mot de passe oublié
» Inscription

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau