Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2456
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112

08:10:23 - Comeback Kid / Misery Signals / Bane / Shai Hulud (Mtl)

Photos du spectacle

Compte-rendu du spectacle
Spectacle: Le 23 octobre 2008 à Le Nationale de Montréal
Organisateur: G.E.G
Photographe: Amaury Evra
Compte-rendu: Sébastien Léonard

Quand j’arrive au National à 8 heures tapantes, le groupe floridien Shai Hulud est déjà sur le stage et s’active comme il ce doit. Un petit tour de la salle rapide me permet de constater que même si le deuxième n’est pas ouvert il y a quand même pas mal de monde. J’ai déjà vu bien pire dans ce petit théâtre du village. Je remarque plusieurs stands à t-shirt et autres marchandises, mais pas celui de Comeback Kid. Bizarre! Je n’y porte pas trop attention et je me dirige rapidement dans le ‘‘mosh pit’’ car je veux profiter au max de la fin de leur show et j’ai une envie insatiable de ‘‘thrasher’’. Les cinq gars ne manquent pas d’énergie et leur hardcore est technique et entrainant. Dans la foule il y a plus de ‘‘mosh’’ au style hardcore (je veux dire par là les coups de pied et de poing dans le vide) que de thrash traditionnel. C’est parfait, on s’en retrouve que moins tassé à l’avant, la grande majorité laisse un grand espace vide qui nous permet de nous exécuter à notre aise. Le son est bon, quoique beaucoup trop fort pour la petitesse de l’endroit, et l’éclairage est simple, mais éclaire en masse et on distingue tout ce qui se passe devant nous. De plus, la scène est dépouillée et les musiciens ont beaucoup de place pour bouger. Ce dont Matt Mazzali et sa bande ne se privent pas. Le live n’est pas la meilleure place pour bien saisir toute la subtilité des compos du band qui peut faire figure de précurseur dans le genre (ils se sont formés en 1995), mais même si les chansons peuvent donner l’impression de tout se ressembler, ils ont l’entrain nécessaire pour permette de se défouler. Dans une des allocutions du chanteur, je semble comprendre que Comeback Kid se sont fait voler. Ceci peut expliquer pourquoi ils n’ont pas de stand.

Voici un autre groupe qui à de l’histoire sur la scène hardcore, Bane. Formé par le guitariste et ex-Converge Aron Dalbec sous le nom Gateway en 1995. Rapidement rejoint par un autre Aron (Bedar) au chant, le premier disque sort en 1998. Il débarque sur les planches avec une attitude et un son qui les rapprochent plus du style Newyorkais à la Biohazard etMadball qu’à celui plus prog des précédents. Comme le veut souvent le genre, le chanteur ressemble plus à un rappeur, de par son habillement, qu’à autre chose. Mais quand vient le temps de pousser un cri, pas de rap à l’horizon. Il s’adonne même à être un très bon frontman. Il communique beaucoup, bouge énormément et ne semble pas dérangé d’un iota de tout ce monde qui monte sur scène pour faire du stage diving. Il y va même de quelques accolades et n’hésite pas à faire chanter les fans à quelques reprises. Malgré la violence de la musique, il s’installe une ambiance chaleureuse entre eux et le public. Le sourire étant plus de mise que l’air de tueur. Coté musicale, rien de nouveau sous le soleil et ils ne réinventent pas le hardcore. Pourtant il y à de quoi nous faire aller dans tout les sens et ça ne manque pas de groove C’est pendant leur prestation que j’apprends que les gars de C.B.K. se sont effectivement fait voler leur autobus de tourné qui contenait toutes leurs affaires personnelles et promotionnelles. Leur volonté de continuer la tournée coute que coute est saluée en grande pompe juste avant qu’on nous invite à donner un don pour compenser ce qu’ils ont perdu et les revenus des ventes de marchandise qu’ils perdent. Pour un groupe de leur stature, ils ne sont pas des mégas vedettes, je sais que les ventes de chandails et autres sont une part importante des revenus d’une tournée. Comme de beaucoup, je m’exécute pour la bonne cause d’autant plus que j’avais prévu me ramener un souvenir.

Voici arriver la formation la plus originale de l’affiche. Pas que Misery Signals évolue dans un autre genre musical que les autres artistes présents, mais son approche possède une touche différente. Leur hardcore progressif et violent est épicé par une subtile pincée de jazz. Je dis bien subtile, mais perceptible par l’oreille mélomane. Sur stage ils dégagent une énergie plus contrôlée que ce à quoi ont est habitué dans le style. Il présente une facette plus professionnelle et moins juvénile pour cette scène. Peut-être un peu plus froide et moins spontané? C’est que nous avons affaire à toute une gang de musiciens. Comment commenter un show des gars du Wisconsin sans souligner le jeu inspiré du batteur Branden Morgan qui s’amuse à changer sa façon de tenir ses baquettes selon la musique. Le plus souvent du temps avec la prise ferme d’un drummer rock, mais à plusieurs reprises de la façon d’un jazzman. Au Chant, Karl Schubach dégage un coté plus grand que nature et même s’il est un des seuls à performer à quelque reprise un chant clair ce soir, le tout reste agressif à souhait et ne tombe jamais dans le mielleux par un savant dosage de l’utilisation. Vous l’aurez compris je suis un fan de la formation. Chacun de leurs trois albums possède des morceaux mémorables comme Nothing et Anchor qui sont joués. Même si comme moi plusieurs spectateurs s’activent à fond, je reste toujours surpris que la réaction ne soit pas plus forte dû à la qualité d’ensemble. Il est vrai que je ne les ai jamais vus en tête d’affiche. J’ose espérer que ce fait puisse être corrigé dans un avenir rapproché.

Nous voilà déjà rendus à nos Canadiens qui n’ont pas laissé en plan leurs fans malgré leur malheur. Ils nous arrivent même souriants et pleins d’énergie. Si je trouvais la foule quelque peu amorphe pendant la performance précédente, c’est ici tout le contraire. Dès que l’excellente Partners in Crime entame le show, un mélange de thrash, de body surfing et de mosh envahie le théâtre. Die Tonight qui suit nous ramène au premier disque Turn It Around. Avec la chanson titre de leur dernier album Broadcasting joué en troisième, nous avons déjà un aperçu de la direction que prendra le set list et c’est à une belle rétrospective de leur courte carrière que nous avons droit. À voir Andrew Neufeld aussi à son aise sur le devant de la scène, il est difficile de se rappeler qu’il était à l’origine guitariste dans le band. Il est proche de ses admirateurs et n’hésite pas à nous faire chanter. Il y a de la circulation sur stage avec tous les musiciens qui courent dans tous les sens et tous ceux qui y montent pour replonger aussitôt sur la foule. C’est ce qui est intéressant dans un show de Comeback Kid, il n’y a pas cette séparation habituelle qu’on voit la majorité du temps. Le public est amené à participer pleinement et les membres du groupe ne sont pas entourés par une gang de bodyguards qui les empêche de se faire toucher. Et pourtant la performance n’en est nullement affectée et les spectateurs en sortent gagnants. Pour des ‘‘headliner’’ la performance est relativement courte, à peine plus d’une heure. Ils ont quand même le temps de satisfaire les plus exigeants avec Talk Is cheap, False Idols Fall, Defeated et Lorelei pour ne nommer que ceux-là. Je leur lève mon chapeau, car nullement le groupe n’a laissé paraître la malchance qui leur est arrivée et ils se sont donnés à 100 %. Il ne faut pas oublier qu’ils sont le sixième groupe à passer devant nous ce soir. Avec la qualité de ceux-ci, je pense que l’on en a eux pour notre argent.


Résultats: 0 image(s) sur un total de 0 page(s). Affiche: image 0 sur 0.




Images par page: 

 

RSS Feed: 08:10:23 - Comeback Kid / Misery Signals / Bane / Shai Hulud (Mtl) (Nouvelles images)

Recherche d'images
Recherche avancée
- Top images
- Nouvelles images
Membres enregistrés
Nom d'utilisateur:

Mot de passe:

Identifiez-moi automatiquement lors de ma prochaine visite?

» Mot de passe oublié
» Inscription

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau