Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2457
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112

08:10:18 - Moonspell / Dimmu Borgir / Danzig (Mtl)

Photos du spectacle

Compte-rendu du spectacle
Spectacle: 18 octobre 2008 au Metropolis de Montréal
Organisateur: BCI
Photographe: Patryk Pigeon
Compte-rendu: Sébastien Léonard & Sophie LeMay (Moonspell)

*Veillez noter que dû au zèle de Danzig et de son management, aucune prise de photo n’était possible pour sa performance. Cette situation hors de notre contrôle nous désole et nous nous excusons de ne pouvoir vous présenter de photos comme il est dans notre habitude.*

Les hostilités de ce Blackest Of The Black ayant commencé tôt j’ai manqué la performance de Skeleton Witch. Quand je rentre dans le Metropolis une fourmilière de techniciens s’active su une scène qui fait un peu fouillis tant il y a de l’équipement. Tellement que, quand celle-ci est enfin prête, les musiciens de Winds Of Plague ont peu de place pour se déplacer. Le combo évolue dans un style hardcore au accent symphonique dû à la présence de la claviériste Kristen Randall (ex-Abigail Williams). Le résultat rappelle légèrement Bleeding Through. Ce n’est pas foncièrement mauvais et quelques bonnes idées ressortent des compos. Le plus gros défaut de la performance live est qu’on n’entend pas vraiment les claviers et que l’on voit plus Kristen headbangner violemment qu’autre chose. Le seul qui réussi vraiment à se déplacer dans l’espace réduite est le frontman et chanteurJonathan Cooke. Sa voix est puissante et elle ressort bien du mixte sonore. Un tharsh digne de mention s’active parmi un groupe restreint au devant de la foule. Dans la dernière chanson nous avons droit à un duo vocal entre Kristen et Jonathan où celle-ci prouve qu’elle à du coffre. Belle petite performance d’une demi-heure pour commencer ma soirée.

Moonspell s'amène sur scène avec la ferme intention de nous faire passer les 25 prochaines minutes avec les poings dans les airs. Il n'y a que quatre chansons au programme, mais elles nous sont livrées avec une énergie et une intensité sans compromis. C'est d'abord, Finisterra, du précédent album, qui soulève la foule présente, créant même un mini-thrash qui se reformera à quelques reprises au cours de cette (trop) courte prestation, suivie de la pièce titre de la dernière parution, Night Eternal, et de Moon in Mercury, qui amènent les mêmes réactions enthousiastes dans la salle. On ralentit finalement un peu le tempo le temps d'un classique, Full Moon Madness, mais encore une fois, tout le monde embarque, chante et lève les poings ou les "devil horns" avec une énergie qui semble unir chaque personne présente. Entre les chansons et même pendant, le chanteur Fernando Ribeiro s'adresse souvent aux spectateurs et s'efforce de parler en français à quelques reprises. À défaut d'avoir assez de place pour se déplacer sur scène, les musiciens communiquent chacun à leur façon avec le public et on voit bien qu'ils auraient voulu rester plus longtemps, mais pour le moment, ce n'est que partie remise en cette nuit éternelle.

À voir la quantité astronomique de t-shirts à l’effigie de Dimmu Borgir et les quelques visages maquillés dans la salle, on pourrait croire que ces dernier sont les vedettes de l’affiche. L’impatience de les voir monter sur les planches est palpable, et ce, même si les Norvégiens ont pris l’habitude de venir nous voir aux six mois. Dimmu c’est forger avec le temps une place privilégier dans l’univers du Black Metal. C’est Progenies Of The Great Apocalypse de Death Cult Armageddon qui ouvre le bal. La réaction de la foule est instantanée. Chose certaine, ceux qui ne sont pas collés sur le stage ont la majorité du temps que des ombres à voir se déplacer. C’est que, comme ils ont pris l’habitude c’est dernier temps, des lumières pivotantes placées derrières eux éclairent vers nous pendant que la scène est sous un éclairage de couleur unique vert, bleu, violet ou rouge. La majorité ne semble pas s’en faire pour autant et ceci donne un côté mystérieux à la scène. The Serpentine Offering nous ramène sur le petit dernier In Sorte Diaboli. Une constatation que je ne peux pas passer sous silence est l’absence de Galder qui en est pour beaucoup dans la présence scénique du groupe. Il est remplacé à pied levé par Jan Axel Blomberg (je ne suis pas sûr de ma source). Pas qu’il soit un mauvais musicien, mais l’effet n’est pas le même. J’ai pour mon dire que chaque fois que la formation se départie d’un membre de ce que j’appelle son ‘‘dream team’’, celui de Puritanical Euphoric Misanthropia et Death Cult (les deux meilleurs disques à mon avis), ils perdent en force de frappe en live. Il en est de même pour Tony Laureano qui fournit un job correct, mais qui ne possède pas la rapidité de Nick Barker. Il aurait fallu que Hellhammer soit de la tournée. Sinon dans l’ensemble le reste de la formation est égale à elle-même et exécute une performance satisfaisante, mais sans grande surprise. La popularité de Puritanical ne se dément pas avec les réactions que produisent King of the Carnival Creation et Puritania sur l’audience qui chante, tharsh et headbang à souhait. La majorité du set list est tiré des trois dernières offrandes, si ce n’est de Mourning Palace qui conclue le tout sous une marée d’applaudissement. Mission accomplie pour les Norvégiens.

À voir la frénésie qu’ont causée les précédents, la marche est haute pour Danzing. Ils sont en même temps les têtes d’affiche et le groupe le moins extrême à jouer ce soir. Je m’attends déjà à ce que beaucoup quittent avant la fin de la performance. Je dois vous mettre au parfum dès le début, je n’aime pas et je n’ai jamais aimé ce chanteur. Mon traumatise remonte déjà à plusieurs années quand j’ai assisté à une de ses performances en première partie de Ozzy pour la première tournée du maintenant célèbre Ozzfest. Sepultura faisait partie de l’affiche et Max était encore avec eux. C’est pour dire que ça date. Rien ne semble vraiment avoir changé depuis ce temps. Monsieur Danzing ressemble toujours à un babouin body-builder avec une surdose d’attitude. De plus, il n’a toujours pas appris à chanter. Je n’insinue pas qu’il n’a pas de voix, mais l’art de s’avoir chanter inclue de s’avoir quand respirer et de savoir suivre la mélodie des instruments. Il a en plus la mauvaise manie d’éloigner son micro de sa bouche avant d’avoir fini chaque phrase. Ce qui donne comme résultat que 90 % des dernières syllabe est inaudible. Pour ce qui est de la musique, on nage dans un métal simpliste et facile. Je dois quand même avouer que certains titres ont réussi à m’arracher un hochement de tête et quelques tapes du pied, la preuve qu’ils possèdent un nombre de bons ‘‘beat’’. Mais pour la grande majorité du temps, quand le chant rentre dans la partie mon plaisir s’en voit diminué. La scène est par contre bien décorée et avec tout l’équipement des autres groupes enlevé, Danzig ne manque pas de place pour sautiller. Pour leur part les autres membres reste sur leur position si ce n’est qu’a de rares exceptions. Le jeu de lumière est beaucoup plus clair qu’il ne l’a été précédemment et le mixage sonore donne toute la place à la voix (vous s’avez déjà ce que j’en pense). Même si j’ai eu raison et que de beaucoup quitte la place avant la fin, ceux qui restent n’en ont que pour le quatuor. J’ai beau penser ce que je veux, mais Danzing est là depuis plus de 20 ans et il a ses fidèles partisans. Malgré tout la performance de ce soir ne me fait pas changer d’idée d’un iota sur le personnage, même en faisant fi de la qualité des chansons. Je ne peux pas tous les aimer.


Résultats: 0 image(s) sur un total de 0 page(s). Affiche: image 0 sur 0.




Images par page: 

 

RSS Feed: 08:10:18 - Moonspell / Dimmu Borgir / Danzig (Mtl) (Nouvelles images)

Recherche d'images
Recherche avancée
- Top images
- Nouvelles images
Membres enregistrés
Nom d'utilisateur:

Mot de passe:

Identifiez-moi automatiquement lors de ma prochaine visite?

» Mot de passe oublié
» Inscription

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau