Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2457
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112

08:08:01 - Peste Noir / Akitsa / Sombres Forêts / Magister Dixit

Photos du spectacle

Compte-rendu du spectacle
Spectacle: Le 1 août au Théatre Plaza
Organisateur: Sepulchral Productions
Photographe: Amaury Evra
Compte-rendu: Sébastien Melançon

Message important : Dû au fait que Akitsa et Peste Noir veulent garder un côté marginal à leur formation. Ils n’ont permis qu’aucune photo ne soit prise. Nous nous excusons pour cette situation

Premier août 2008, voilà que la malédiction des treize nuits de la peste commence ici, à Montréal. Comme vous l’avez deviné, il s’agit d’une petite tournée de treize soirées Métal dans laquelle on retrouve majoritairement des groupes d’ici. À l’affiche pour Montréal : Peste Noire, Akitsa, Sombres Forêts et Magister Dixit. Sur le billet, ouverture des portes : 19 h, dans les faits 19 h 30 serait plus exact, mais bon, rien de bien méchant. En jetant un œil aux chandails portés par les gens qui attendent en ligne, plusieurs fans de ces formations plutôt underground sont présents. La scène est équipée de deux batteries dont l’une, identifiée Magister Dixit, qui ouvre la soirée.

Formation originaire de Blainville, Qc, Magister Dixit a vu le jour il y a un peu plus de dix ans. Fidèles à eux-mêmes ils se présentent sur scène maquillée. Très maquillés devrais-je préciser. À mon avis, un peu de maquillage et mêmes certains costumes peuvent donner un certain charme aux formations et les distinguer les unes des autres; malheureusement, je trouve souvent que le mouvement métal pousse souvent la note et exagère, donnant un aspect quelque peu puéril à l’ensemble. L’aspect visuel final du groupe se veut quelque peu théâtral et n’apporte rien de particulier. Le son n’est malheureusement pas bien équilibré et sonne quelque peu comme un vieil enregistrement craché par un ghettoblaster. Les membres du groupe ne semblent pas canaliser leur énergie dans un but commun et le vide entre les pièces jouées est maladroitement comblé. Le drummer semble avoir quelques problèmes avec sa batterie et, au cours du spectacle, il tente de corriger la chose ce qui crée un vide supplémentaire. Le chanteur, abstraction faite de son côté surdramatique, affiche une voix intéressante, le transfert de sa voix black à sa tonalité clean est très bien maîtrisé et donne un certain charme à la formation. Il est difficile de porter un jugement définitif sur la performance musicale puisque celle-ci a été victime de plusieurs petits problèmes techniques. La réaction du public s’est limitée à des applaudissements polis et à quelques commentaires provenant de l’assistance qui semblaient référer à de précédentes performances… De plus, je n’ai pas ressenti que la formation était particulièrement énergique. En gros je reste indifférent, voir même quelque peu déçu par l’ensemble.

Le temps requis pour retirer les drums de Magister Dixit laisse s’accumuler beaucoup d’attentes de la part de la formation suivante, Sombre forêts, un groupe toujours bien Québécois. Cette formation est en fait le projet d’une seule personne : Annatar. Il se présente sur scène accompagné d’autres musiciens (possiblement parmi eux Icare et Neptune du groupe Gris (anciennement Niflheim) selon Sepulchral Productions). À première vue, j’ai cru que l’aspect théâtral allait être à nouveau surexploité, à voir l’ensemble affublé soit de toges noires ou d’hoodies encapuchonnés rehaussés d’un masque (noir pour tous les musiciens et blanc pour le chanteur, seul membre permanent de Sombres Forêts). Finalement, leur allure une fois fondue dans un éclairage restreint a eu pour effet de créer une ambiance fusionnelle entre le public et la formation. Les pièces ont été jouées de façon fluide, sans laisser de temps morts, exception faite d’une occasion (applaudissements obligent) L’ensemble de la prestation a traversé l’audience comme un grand souffle de douleur glaciale qui sied à merveille à ce genre musical situé à mi-chemin entre le black, le progressif et l’expérimental. La voix torturée d’Annatar est puissante et communicative et les musiciens choisis pour interpréter ses compositions sont aussi communicatifs. Le tout est lié et surtout unidirectionnel. De plus, le son a été corrigé depuis le dernier groupe ne faisant qu’augmenter la qualité de la soirée. Les fans portant les couleurs du groupe étaient emportés par la prestation et le Head Banging et les cris tortueux étaient au rendez-vous. Je peux difficilement en ajouter davantage sinon que j’ai réellement adoré du début à la fin et que comme bien des gens présent dans la salle, une prolongation n’aurait pas été refusée! Vivement la prochaine performance d’Annatar, à laquelle je serai, je l’espère, présent.

Une autre formation québécoise underground prend la salle d’assaut : Akitsa. Cette formation a elle aussi vu son lot de fans se déplacer pour elle. Cette fois attention, la scène est plus que faiblement éclairée (malheureusement volontairement) de façon à laisser planer un certain mystère sur eux et créer une certaine ambiance. Cette formation, cette fois, n’a aucun artifice. Les membres sont simplement vêtus de noir de la tête aux pieds, donc quasi invisibles sous ce manque de lumière. Musicalement je trouve que les pièces, bien qu’accrocheuses, sont répétitives. La formation donne une prestation très fixe et loin d’être mémorable. Le chanteur se laisse aller à quelque mouvement, mais il conserve les pieds bien en place. L’ensemble de la représentation semble pourtant rejoindre la foule qui est de plus en plus compacte et surtout de plus en plus entraînée par la musique (très palpable, vu le nombre de têtes qui se faisaient aller). Du début à la fin, mes pieds marquaient le rythme des pièces, mais je n’arrivais pas à m’emballer. Je trouve que le choix du groupe de se la jouer mystérieux coupe un lien avec le public et à mon avis du fait même de l’intérêt d’assister à leur représentation. Ils ont enchainé leurs pièces les unes après les autres ; musicalement le son était bon et les morceaux bien rendus. Leur temps écoulé, ils ont quitté la scène sans aucune mention spéciale. L’image que les membres veulent afficher semble réussir à créer son effet puisqu’une fois le retour des lumières effectué, diverse questions telles : C’était normal qu’on ne voix pas grand choses?, ou : Je ne suis pas sur de comprendre ce que je viens d’entrevoir, fusait dans le public; leurs fans répondaient que ceci faisait partie d’eux. Personnellement je me contente de dire que musicalement c’était correct, mais que je ne suis rejoint en rien par ce côté vide que créait cette ambiance presque noire. Les fans par contre ont semblé adorer donc je crois que l’on peut dire que cette partie de la représentation n’aura laissé personne indifférent mais surtout personne sur la même impression quant à la prestation.

Voici maintenant venue de France la peste elle-même : Peste Noire. Bien entendu le groupe principal fait l’unanimité du public. Cette fois la salle se compacte et les paroles sont chantées en chœur par le public et la formation. Finalement ou étrangement le premier thrash de la soirée s’ébauche et se maintient faiblement jusqu’à la fin de la représentation. Le groupe dégage énormément d’énergie et encore une fois la fusion avec le public s’exécute à merveille. Je me vois moi-même emporté par ces tonalités recherchées et évolutives accompagnées de texte français. Je ne peux cacher mon penchant pour les textes francophones sur la scène internationale puisque, de façon générale, l’Anglais prend trop de place. La voix du chanteur est relativement sèche et courte à tonalité black mais puissante; celle du deuxième guitariste est plus près du death tout en étant très tortueuse, ce qui donne un ensemble génial lorsqu’elles sont mélangées. Plusieurs pièces de leur répertoire ont été exécutées, dont le mort joyeux qui a su en ravir plus d’un. Leur spectacle a été d’une longueur honorable et ici nous sentions un désir de jouer, de passer un message. La finale a été quelque peu ordinaire selon mon humble opinion, car la formation n’a produit aucun rappel et, en guise de salutation, ils se sont contentés de fermer leur amplificateur puis ont quitté... Si encore une fois certains clamaient le brio de la chose, moi je trouve déplorable de voir qu’aujourd’hui, pour certains groupes, il soit bien vu de quitter sans rappel et de ce fait d’ignorer et de laisser en plan un public en appétit qui, de son côté, semble trouver la chose normale et même tendance. Mais bon, les fans du groupe on adoré et si ce n’est de cette finale le show était génial, donc passons par-dessus mon avis personnel qui ne semble pas être touché par ce côté tordu des formations undergrounds et terminons ces lignes en soulignant que la soirée en compagnie de Peste Noire a été très agréable.

Dans l’ensemble, si je mets mes goûts individuels de côté sur les quelques détails mentionnés précédemment quant au maquillage, éclairage et etc., c’était une bonne soirée, à l’exception de la première formation qui réellement était plus qu’ordinaire. Dans les faits j’ai adoré la prestation de Sombre Forêt et de Peste Noire sans détester celle d’Akitsa. Encore une fois une soirée où le métal québécois (et français) démontre qu’il a de quoi rejoindre plusieurs personnes dans différents genres et qu’il a su se tailler une place plus qu’appréciable chez nous… Longue vie aux talents présents et à venir.


Résultats: 0 image(s) sur un total de 0 page(s). Affiche: image 0 sur 0.




Images par page: 

 

RSS Feed: 08:08:01 - Peste Noir / Akitsa / Sombres Forêts / Magister Dixit (Nouvelles images)

Recherche d'images
Recherche avancée
- Top images
- Nouvelles images
Membres enregistrés
Nom d'utilisateur:

Mot de passe:

Identifiez-moi automatiquement lors de ma prochaine visite?

» Mot de passe oublié
» Inscription

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau