Recherche MU :


The Black Keys
[Blues/Rock]
SKATERS
[Punk Rock]
Beck
[Rock / Indy]
Young The Giant
[Rock / Indy]
>>Voir liste
Spirit Adrift
Lamb of God
Ensiferum
Sirenia
>>Voir liste
Groupes: 1308
Critiques CD: 2456
Nouvelles: 27667
Entrevues: 112

08:04:29 - Gigantour - Megadeth/In Flames/Children of Bodom (Mtl)

Photos du spectacle

Compte-rendu du spectacle
Spectacle: 29 avril 2008 au Centre Bell de Montréal
Organisateur: GEG
Photographe: Patryk Pigeon
Compte-rendu: Sébastien Léonard

Le Gigantour, festival de métal mis sur pied par Dave Mustaine, était de passage à Montréal pour sa troisième édition. Comme à son habitude, Dave est accompagné de quelques-uns des groupes les plus populaires de l’heure et de petits nouveaux qui commencent à faire sensation. Les premiers à réchauffer la salle ce soir sont les Américains de High On Fire. Dû au fait que j’assistais en direct à une entrevue de monsieur Mustaine à Musique Plus, je n’ai pas pu arriver à temps pour assister à leur performance. Dommage, car c’est un groupe que je ne connais que de nom et je suis toujours curieux d’augmenter mes connaissances musicales. Comme pour les éditions précédentes avec The Dillinger Escape Plan et Lamb of God, un groupe de métal plus extrême fait partie de l’affiche. Ce soir, ce rôle revient à Job For A Cowboy. La réaction des spectateurs face à leur musique death à la limite grind est mitigée et ne laisse personne indifférent. La majorité des gens sur place étant des fans de métal plus traditionnel, ils ne semblent pas comprendre ce qui leur arrive en pleine face. Pour les quelques amateurs comme moi, nous sommes partis pour une ride d’une demi-heure dans ce qui se fait de mieux dans le genre. Le groupe se concentre majoritairement sur des titres de son dernier album en date, Genesis, avec entre autres, Bearing The Serpents Lamb et Altered From Catechization. Il se permet également un retour aux sources avec la pièce Entombment of a Machine, tirée du EP éponyme. Un groupe restreint s’adonne au mosh (donner des coups de pieds et de poings dans le vide) mais est vite ramassé par les métalleux, qui n’y comprennent rien et qui tentent tant bien que mal de partir un thrash qui ce respecte.

Les choses sérieuses commencent avec Children Of Bodom, à la popularité qui ne se dément pas. Vraisemblablement, les musiciens ont beaucoup d’admirateurs dans la foule. Malgré qu’ils aient un nouvel album à défendre, Blooddrunk, c’est avec une pièce du précédent Are You Dead Yet? qu’ils ouvrent le spectacle. Alexi Laiho et sa bande semblent heureux d’être parmi nous, à l’exception de Warman au clavier, qui semble seulement faire son travail. L’éclairage joue dans des teintes de rouge, de bleu et de vert qui doivent rendre ardue la tâche de notre photographe. Il faut quelques instants à la foule pour se réveiller, mais une fois le party commencé, il ne lâche pas pendant les 40 minutes auxquelles le groupe a droit. Hellhounds On My Trail et le single Blooddrunk sont bien sûr jouées et m’ont même semblé meilleures que sur l’album, surtout du fait qu’il n’y a pas le filtre sur sa voix qui m’agace sur la nouvelle parution studio. Fidèles à eux-mêmes, leur performance plaît à la foule.

Il semble que les Suédois d’In Flames aient gagné leur pari en changeant radicalement de son sur l’album Reroute to Remains à voir l’impatience qui gagne l’impressionnante quantité de personnes qui se sont déplacées au Centre Bell ce soir. Le groupe, qui a déjà officié dans un death métal rapide et mélodique, se spécialise maintenant dans les mid-tempo aux refrains accrocheurs accompagnés de clavier. Il commence le spectacle avec une pièce qui me semble tirée du disque Come Clarity et continue le tout en alternant des titres du dernier en date, A Sense Of Purpose, à d’autres pigés dans les trois parutions précédentes. La seule excursion dans le passé se matérialise avec Graveland de The Jester Race. Les spectateurs sont plus occupés à chanter les refrains en chœur et à sauter à la demande d’Anders qu’à thrasher comme des damnés. Ils ont tout maintenant d’un groupe d’aréna et ça tombe bien, car c’est là que nous sommes ce soir. Devant tant de succès, je ne peux que m’incliner et accepter qu’ils ne sont plus ceux que j’ai connus dans les années ’90. Il me reste juste à écouter en boucle leurs confrères de Dark Tranquillity et me dire que c’est moi qui ai tort.

Mais avant tout, le groupe le plus attendu reste sans contredit Megadeth, qui a réussi le tour de force de renouveler ses fans en touchant la nouvelle génération d’amateurs de métal sans toutefois se mettre à dos la majorité de ses vieux admirateurs. Les excellents The System Has Failed et United Abominations y sont sûrement pour quelque chose. La force de la performance de Dave et sa bande ce soir est qu’ils savent ce que les fans veulent et nous font cadeau du plus beau setlist qu’il m’ait été donné d’entendre depuis longtemps de leur part. Sleepwalker sert d’apéritif à un trio de classiques qui ne peuvent que faire exploser la place : Wake Up Dead, Take No Prisoner et Skin O’ My Teeth. Quoi demander de mieux? À part Kick The Chair et Trust, l’essentiel du spectacle sera basé sur les quatre albums Peace Sells… but Who’s Buying?, So Far, So Good… So What!, Rust In Peace et Countdown to Extinction, sans bien sûr mettre de côté le dernier. De mon point de vue au parterre, les spectateurs sont déchaînés autant qu’enchantés d’avoir autant de bonnes pièces à se mettre sous la dent. Symphony of Destruction et In My Darkest Hour ne semblent pas s’être démodées d’un poil. Même si c’est avant tout un spectacle de Mustaine, je ne peux passer sous silence l’arrivée de Chris Broderick à la guitare, qui possède un jeu approprié aux compos du groupe et possède une présence scénique de beaucoup supérieure à son prédécesseur. Fidèle à lui-même, Dave n’est pas le plus loquace et laisse sa musique parler pour lui. Il ne peut s'empêcher de narguer un spectateur au chandail des Flyers. Se faisant l'espace d'une soirée, un défenseur des Canadiens. Il nous invite à chanter le refrain de À tout le monde, trop content qu’on puisse le chanter correctement. Holy Wars en guise de rappel nous fait sortir le peu d’énergie qu’il nous reste et garantit qu’on retourne chez nous complètement vidés.


Résultats: 0 image(s) sur un total de 0 page(s). Affiche: image 0 sur 0.




Images par page: 

 

RSS Feed: 08:04:29 - Gigantour - Megadeth/In Flames/Children of Bodom (Mtl) (Nouvelles images)

Recherche d'images
Recherche avancée
- Top images
- Nouvelles images
Membres enregistrés
Nom d'utilisateur:

Mot de passe:

Identifiez-moi automatiquement lors de ma prochaine visite?

» Mot de passe oublié
» Inscription

Nos partenaires
Conditions d'utilisation | Politique de confidentialité | FAQ © MetalUniverse.net. Enr. (2001-2017) Tous droits réservés.
>>> Si vous êtes une compagnie ou un groupe, rock / metal / autres, vous pouvez nous envoyer un courriel, pour promotion, critiques d'albums ou publicité : marc[@}metaluniverse.net
>>> If you are a label or a band, rock / metal / others, you can email us for promotion, cd reviews or advertising: marc[@}metaluniverse.net
Conception graphique : Marc Desgagné - Programmation : Andrew Gagné - Samuel Falardeau